Nouvelle déroute mardi soir de la PNH face aux bandits à Martissant

0
653

Au moins cinq personnes ont été blessées par balles, des véhicules endommagés et des policiers contraints d’abandonner de force la scène des opérations, à la suite d’une nouvelle démonstration de force des bandits de Village-de-Dieu et de Grand-Ravine.

Mercredi 21 avril 2021 ((rezonodwes.com))– La déroute des unités spécialisées de la PNH à Martissant, dans l’après-midi du mardi, a renforcé les hommes armés des quartiers de Grand-Ravine et ceux de Village-de-Dieu. À la suite d’une démonstration de forces des bandits, les policiers retranchés dans des véhicules blindés ont renoncé à installer des séparateurs sur le Bicentenaire, dans l’entrée Sud de la capitale.

De fortes détonations ont retenti, des usagers paniqués couraient dans tous les sens, des citoyens tentaient également de se mettre à l’abri des balles perdues, exposent des séquences audiovisuelles filmées en amateur.

La fin de la journée a été vécue comme un cauchemar par les résidents de la zone et les usagers de cette voie ouvrant sur quatre départements géographiques d’Haïti. À visage découvert pour certains, des bandits se sont substitués aux forces de l’ordre en procédant à des fouilles de routine. Dans la foulée de leur démonstration, deux employés de la CSC/CA, ont été kidnappés. Paul Normalis et Mimose Benoît ont été conduits dans des lieux de séquestration inconnus, a confirmé l’institution à travers un tweet.

L’un des conseillers de la CSC/CA, contacté par Rezo Nodwes, rapporte que la femme du vérificateur, diabétique et hypertendue, a été relâchée par les ravisseurs, alors que les deux autres otages sont restés entre les mains des bandits.

Au soir des évènements, le ministre de la Justice et de la sécurité publique du gouvernement de facto, Rockefeller Vincent, a exigé des mesures fortes des autorités policières pour mettre un frein au phénomène du kidnapping.

Il déclare avoir instruit la Police nationale d’Haïti (PNH) et les Forces armées d’Haïti d’intervenir à Village-de-Dieu, à Grand-Ravine et à la Croix-des-Bouquets.

En dépit d’un calme apparent constaté, aux premières heures du mercredi, la situation demeure fragile. Des tirs sporadiques et des menaces d’enlèvement font craindre un climat délétère consécutif à l’échec des forces de l’ordre à chasser les civiles armés, de plus en renforcés  dans leur initiative d’imposer la terreur.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.