Le sénateur Latortue et consorts interdits de mettre les pieds au Parlement

1
2054

Seuls 10 Pères Conscrits sont autorisés à siéger au Grand Corps, aurait décidé Pierre François Sildor, le président autoproclamé du Sénat de la République, selon une note de la Police parlementaire affichée devant les différents bureaux du Sénat

Lundi 2 mars 2020 ((rezonodwes.com))– Les neufs sénateurs du deuxième tiers, dont Youri Latortue, Jean Renel Sénatus, Jean Mary Junior Salomon, et autres, sont donc avisés qu’ils ne pourront plus, à partir de ce lundi, fouler le périmètre du Parlement, réservé, exclusivement aux employés et aux élus du troisième tiers.

Cet avertissement de la Police parlementaire invite les sénateurs en conflit avec l’Exécutif à renoncer à l’idée de venir siéger au Grand Corps. ‘’Sur ordre du Bureau du Sénat, seuls les 10 sénateurs en fonction et les employés ont accès à l’enceinte’’, lit-on dans la note, devenue virale sur des réseaux sociaux.

Ce lundi 2 Mars 2020, Dieupie Chérubin a été invité à vider les lieux par l’actuel questeur Jean-Marie Ralph Féthière. Au moment du clash, les deux hommes ont eu des échanges musclés, rapportent des journalistes en charge de l’actualité au Parlement.

Le sénateur de l’Ouest, Patrice Dumont, réagissant sur la décision, a désapprouvé l’inélégance  du Bureau, irrégulièrement formé, à interdire l’accès aux 9 parlementaires sans avoir mis en avant les motifs réels d’une telle communication. L’élu du Rassemblement des Patriotes haïtiens conteste l’autorité du Président du Grand Corps Pierre François Sildort à convoquer l’assemblée aux fins de statuer sur le mandat de ces élus.    

À signaler, le jeudi 20 février dernier, 4 des 9 sénateurs éjectés du Parlement par un simple tweet de Jovenel Moise, Youri Latortue, Jean-Marie Junior Salomon, Dieupie Chérubin et Jean Renel Sénatu, ont envahi le Grand Corps en brandissant une décision du Tribunal des référés les autorisant à reprendre siège.

Aux Gonaïves, le 27 février dernier, Youri Latortue a accompagné plusieurs centaines de gens dans les rues pour saluer la décision dudit tribunal à autoriser les 9 sénateurs à réintégrer l’assemblée.

Après avoir saisi le tribunal électoral, le tribunal correctionnel, le tribunal des référés, quels autres recours ces élus écartés par le Palais national vont-ils tenter ? Vont-ils capituler ?  Des interrogations qui s’imposent compte tenu de l’obstination de ces parlementaires à reprendre siège au Grand Corps.

Hervé Noel
vevenoel@gmail.com

1 COMMENT

  1. Nan 34 tran “Shithole” la mwen wè tout fim yo. Pou memwa menm, Elefan poko ka wè la…
    Le 6 février 2015, j’ai vu déjà ce film: Simon Dieuseul Desras. Au sein du Tribunal des Référés, un certain Brédy Fabien (san lanvè san landwat) avait autorisé le carriériste Desras (il ne faut pas déformer son nom) à reprendre sa place au Sénat. Il faut signaler, “Les décisions des tribunaux des référés sont toujours provisoires et jamais définitifs.”
    Le juriste Fritzo Canton était sans appel, “la démarche de Desras ne se fonde que sur l’audace. En effet, le carriériste Desras allait avoir gain de cause à l’avènement au pouvoir du présumé assassin Jocelerme Privert. Il avait trouvé le “ministère de l’environnement” en vue de continuer à faire un peu d’argent pour sa vieillesse à l’instar de François Annick Joseph. À un certain moment, pour ôter les mamelles dans la bouche de Martelly, Desras voulait même solliciter l’aide des soldats chiliens.
    Latortue et les autres doivent se préparer à aller aux “élections.” À défaut, ils peuvent faire appel à leurs mandants en vue de contraindre Jovenel Moise a reconsidéré son tweet koupe trip. A la traka pou lave kay tè…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.