Révocation/Démission : Devant la force de frappe du martellyste Ariel Henry, le joveneliste Rénald Luberice s’enfuit

0
1754

Les Tet Kale continuent de se bagarrer pour le pouvoir. Mais, les problèmes de la population sont relégués au fonds des tiroirs de l’oubli. Toute honte bue d’amuser la galerie en début de semaine, Lubérice a annoncé au conseil des ministres nommés irrégulièrement en dehors des prescrits de la Constitution de 1987, qu' »il sait gré aux membres du Conseil des ministres de considérer sa démission« 

L’ancien candidat malheureux aux législatives de 2015 pour la commune des Belladères dans le Plateau Central, a finalement plié bagage et s’est rendu à l’évidence que sa mission de « Secrétaire du Conseil des Ministres » – sans un président en fonction – est terminée et que désormais, les portes du Palais National délabré lui sont fermées. C’est Me. Josué Pierre-Louis, un pion de Michel Martelly, qui viendrait assurer la relève pour les même propagandes idéologiques PHTK.

Mercredi 15 septembre 2021 ((rezonodwes.com))– Renald Luberice s’avoue enfin vaincu!

Le rebelle secrétaire général du Conseil des Ministres, après avoir en maintes fois défié l’autorité du premier ministre de facto, Ariel Henry, a fini par rédiger et publier sa lettre de démission adressée aux membres du Conseil des ministres.

 »Vous comprendrez bien, Mesdames, Messieurs les membres du Conseil, que je ne saurais me maintenir au Secrétariat général du Conseil des ministres sous la direction d’une personne nommée par Jovenel Moise, accusée dans son assassinat, et qui n’entend pas coopérer avec la justice, cherchant, au contraire, par tous les moyens, à en faire obstruction », a écrit Luberice, ex-conseiller du président assassiné.

A la vérité, Renald Luberice, sentant venir la fin du bras de fer entre son clan et celui du Dr Henry, a pris les devants, afin de diminuer la portée de l’officialisation de sa révocation par un arrêté qui devait être publié dans les prochaines heures.

M. Lubérice, une des têtes pensantes d’un gouvernement ayant déstabilisé toutes les institutions publiques du pays et accusé d’institutionnaliser la corruption, d’entraîner des millions d’Haïtiens dans l’extrême pauvreté et de fédérer des gangs armés criminels G9, a terminé sa note en criant « Vive la démocratie ! Vive la justice ! Vive la nation haïtienne« .

Dans cette honteuse foire d’empoigne, Ariel Henry, supporté par l’international, les Martellystes et une frange de l’ex opposition, semble avoir gagné la première manche sur les Jovenelistes, Lamothistes et autres Lambert(istes).

Notons que l’ancien président Jovenel Moise a dirigé le pays par décret pendant plus d’un an et qu’Haiti, depuis le 13 janvier 2020, est devenu le seul et l’unique pays de l’Amérique et des Caraïbes sans parlement et un réel pouvoir judiciaire indépendant.

Mais que gagne la nation dans tout ça?

Image

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.