Télécoms – Sanctions contre Huawei : l’Amérique latine résiste; des pays de la Caraïbe en pleine réflexion. Que fait Haïti ?

0
165

Le marché des téléphones cellulaires en Amérique l’Amérique Latine et dans les Caraïbes , précarité et pauvreté aidant,  semble vouloir adopter beaucoup plus le profil de celui de l’Asie que celui des États-Unis d’Amérique. La Chine ,  le plus grand marché des téléphones cellulaires au monde et aussi la plus grande population, est à la base de cette ,,nouvelle tendance.  À l’heure actuelle, 6 des 10 principaux fabricants de téléphone cellulaire ( smartphones et autres) au monde sont chinois ( Huawei, Oppo, Vivo, Xiaomi, Lenovo, Oneplus ).

Samsung et Apple ont de sérieuses difficultés à suivre la cadence imposée par le géant chinois Huawei. Seule une guerre peut changer cette nouvelle réalité de l’industrie des télécommunications mondiales   Cette guerre peut-être commerciale , technologique ou autre.  L’Administration Trump  s’y prépare et les pays de différents continents y sont invités. L’Amérique Latine semble vouloir résister.  Des pays de la Caraïbe sont en pleine réflexion pour trouver un équilibre entre les besoins de développement de la région, les sommes énormes investies par la Chine en infrastructures et autres, et l’importance de maintenir de bonnes et étroites relations avec les États-Unis.   Haïti , pour l’instant et pour sa part , après la publication du rapport de  la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif  , en pleine lutte pour sa dignité, est également concernée.  .

Par Montaigne Marcelin

Mardi 11 juin 2019 ((rezonodwes.com))– Selon le journal en ligne Dpl.news ( Digitalpolicylaw),  l’Amérique latine conteste les efforts de l’administration Trump pour mettre la région contre Huawei et choisit de rester près de Beijing au lieu de rejoindre la campagne américaine visant à exclure la société chinoise des réseaux de télécommunications.

Les diplomates affirment, toujours selon cette agence d’informations, que les autorités américaines pressent les pays d’Amérique latine d’imiter la décision de Washington d’exclure Huawei de ses réseaux 5G, avertissant que Pékin pourrait utiliser la société pour des activités d’espionnage. Mais le Brésil, sous le régime du président de droite Jair Bolsonaro, pourtant allié de son homologue américain Donald Trump, mène la résistance. Hamilton Mourao, vice-président du Brésil, a déclaré que son gouvernement voyait « Huawei avec de bons yeux », alors qu’il se rendait à Beijing avec une délégation commerciale à la fin du mois de mai.

« Huawei est établi au Brésil et réalisera plus d’investissements », a-t-il déclaré, ajoutant que des représentants de la société chinoise étaient arrivés à son bureau de Brasilia en mai pour présenter leurs projets d’expansion. Le Brésil, le Mexique et l’Argentine, les trois plus grandes économies d’Amérique latine, doivent décider cette année ou début 2020 s’ils permettront à Huawei de participer au déploiement de l’infrastructure mobile 5G dans leurs pays, écrit Digitalpolicy.com.

En avril, rappelle le journal, Wilbur Ross, secrétaire au Commerce, ne laissa aucun doute sur un auditoire d’hommes d’affaires mexicains et américains sur ce que l’administration Trump pensait des projets d’expansion de Huawei en 5G en Amérique latine. « Nous ne voulons pas d’une participation très active des investissements chinois au Mexique, et surtout pas dans des projets stratégiques », a déclaré Ross, a déclaré Alfonso Romo, chef du bureau de la présidence du gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador.

Un haut diplomate sud-américain a déclaré « qu’il y a beaucoup de pression des États-Unis pour ne pas autoriser Huawei à entrer », soulignant que la pression exercée contre Huawei est l’une des raisons de ses visites dans la région que le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, a lieu cette année. Mais les efforts de l’administration Trump n’ont apparemment pas abouti, du moins pour le moment. Sebastián Piñera, président du Chili, a rencontré en avril le président de Huawei, Liang Hua, à Shenzhen et a déclaré: « Huawei est invité à participer à des appels d’offres publics » au Chili pour des projets 5G et un câble à fibres optiques au Chili, écrit le journal en ligne .

Ricardo Salinas, un nabab des médias proche de Lopez Obrador au Mexique, a déclaré: « Je n’ai que de bonnes choses à dire sur Huawei. Je pense que c’est une honte que ces Américains fassent pour les couler.  » Ernesto Piedras, responsable du cabinet de conseil du service de veille concurrentielle, a expliqué que les réseaux de télécommunication du Mexique étaient fortement dépendants de Huawei. Le Mexique est dominé par América Móvil et le géant américain AT & T, qui ont accédé au marché en achetant des réseaux locaux qui « étaient totalement Huawei il y a six ans ». AT & T au Mexique a l’ADN chinois », a déclaré Piedras. L’interdiction américaine retarderait le déploiement mondial de la 5G entre 10 et 14 mois, a-t-il ajouté, rendant improbable l’arrivée au Mexique avant 2023.

Selon des analystes, Huawei dispose du meilleur équipement pour la 5G, ajoutant qu’il n’existait aucun fournisseur américain capable de leur faire concurrence en Amérique latine. Les seuls fournisseurs viables sont Samsung, Ericsson et Nokia, qui auraient un coût plus élevé. La campagne américaine contre Huawei est liée à la guerre commerciale de Trump avec la Chine.

Washington a fait pression sur les gouvernements européens pour opposer son veto à Huawei et a menacé de limiter les échanges de renseignements avec le Royaume-Uni s’ils ne s’alignaient pas. Mais pour l’Amérique latine, où la croissance économique faiblit, il est impératif d’attirer les investissements et les financements chinois.

A Pékin, Bruno Rodriguez, ministre cubain des Affaires étrangères, dont le gouvernement est le régime communiste, a déclaré le responsable de l’agence de nouvelles chinoise Xinhua: « Nous avons des relations commerciales traditionnelles avec Huawei, et Cuba a toute confiance dans la technologie chinoise et cette entreprise en particulier ». Il a dit les Etats-Unis « perdre la compétence technologique » contre la Chine et utilise des « outils rudimentaires typiques d’une autre époque » pour arrêter son expansion.

Un dirigeant d’une entreprise de télécommunications internationale opérant en Argentine a souligné qu ‘ »il n’y a aucun moyen d’exclure Huawei ». Si le candidat à la présidence choisi par la présidente de gauche Cristina Fernández remporte les élections d’octobre, il est probable que Buenos Aires s’alignera sur Beijing. L’opposition du Brésil à une interdiction de Huawei va à l’encontre de l’affinité politique plus générale de Bolsonaro avec Trump.

Mais cela reflète en partie l’influence de la communauté agricole qui l’a amenée au pouvoir, qui dépend de la Chine en tant que gros acheteur. Larissa Wachholz, directrice de Vallya, une société de conseil qui fait venir des investisseurs chinois au Brésil, a déclaré qu’à moins qu’il ne soit démontré que la Chine avait accès aux données d’autres pays via la technologie 5G, « le Brésil n’empêchera pas Huawei de participer. « 

 Le gouvernement chinois a rassemblé une technologie de pointe et averti qu’il risquait de subir des conséquences si ses ventes étaient interrompues dans ce pays, ont rapporté samedi les médias américains. Un par un la semaine dernière, le gouvernement chinois a réuni des dirigeants des sociétés américaines Dell et Microsoft et de la Corée du Sud Samsung, entre autres, pour les avertir.

Les entreprises ont été informées que « la détermination de Trump a perturbé la chaîne d’approvisionnement mondiale et que les entreprises qui suivent cette politique risquent des conséquences permanentes », a rapporté le NYT.

Les sociétés basées en dehors des États-Unis ont été informées qu’elles ne seraient pas pénalisées si elles maintenaient leurs activités normalement, selon le New York Times.  Facebook a annoncé qu’il cesserait de préinstaller ses applications sur les appareils Huawei afin de se conformer aux normes américaines, conclut l’agence d’information spécialisée dans l’écosystème digital.

Quelles conséquences pour la Caraïbe ?

Selon David Jessop ,consultant , pour les pays de la Caraïbe, cela est particulièrement compliqué car non seulement ces pays sont géographiquement proche des États-Unis, mais la rupture USA/Chine se produit au moment même où la région espère élargir ses futures relations commerciales et d’investissement avec Washington.

Comme le secrétaire général de la CARICOM, Irwin LaRocque, l’a récemment souligné, continue t-il, la région souhaite que les États-Unis étendent la dérogation accordée par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à la loi sur le partenariat commercial du bassin des Caraïbes (CBTPA) au-delà de son expiration en décembre, afin de permettre aux marchandises caribéennes de rester non réciproques. accès en franchise de droits au marché américain.

De plus, la CARICOM a déjà conclu avec les États-Unis un accord détaillé sur la sécurité, qui prévoit un large éventail d’initiatives régionales allant du traitement du crime organisé à l’échange d’informations et au terrorisme, et comprend comment les États-Unis pourraient contribuer à la création d’un partenariat pour la résilience dans les Caraïbes autour de la réduction des risques de catastrophe et de la riposte, et développe de nouvelles initiatives énergétiques, prévoit -il.

Malgré cela, la plupart des pays de la région souhaitent également des relations positives et étroites avec la Chine, idéalement du type de la « deuxième génération » qui se développe rapidement avec la République dominicaine. Depuis que les relations ont été établies en 2018, les exportations dominicaines vers la Chine ont quadruplé pour atteindre 180 millions de dollars américains au premier trimestre de cette année. éventuellement des vols directs, et il y a des rapports non confirmés que le président Xi pourrait visiter la République Dominicaine dans un avenir proche.

Il reste à voir, toujours selon ce consultant, à quel point les États-Unis ont l’intention de négocier de nouveaux accords commerciaux avec les Caraïbes, mais le choix d’un nombre limité de chefs des Caraïbes pour assister à la réunion de Mar-a-Lago avec le président Trump en mars et ses récentes déclarations John Bolton, son conseiller à la sécurité nationale, sur les relations avec la Chine, le Venezuela et Cuba n’est pas de bon augure.

Dans les mois à venir, les dirigeants des Caraïbes devront trouver un équilibre entre les besoins de développement de la région, les sommes énormes investies par la Chine en infrastructures et en investissements, et l’importance de maintenir des relations étroites avec les États-Unis,  affirme M. Jessop.

Quelles sont les conséquences pour l’industrie Télécom en Haïti ?

Les sanctions américaines contre Huawei arrivent également à un moment où  Haïti est  empêtrée  dans une crise politique aiguë mettant aux prises la majorité de la population face à un régime (PHTK et alliés) dont le second rapport de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif vient de montrer officiellement la vraie nature et le vrai visage.

Dans  un contexte où des escadrons de la mort et gangs de tout genre au service d’un système qui ne veut pas mourir occupent différents espaces de pouvoir, on ne s’attend à aucune réaction officielle de la part des autorités de facto qui sont en place actuellement en Haïti .  

Par contre , on peut tenter de mesurer la grande inquiétude d’autres acteurs de l’industrie Télécom en Haïti, tels les opérateurs téléphoniques,  les vendeurs de smartphone du fabricant Huawei et les usagers après, par exemple, les annonces de Google ,YouTube et Facebook qui veulent se conformer aux injonctions de l’Administration Trump en interdisant l’accès des téléphones Huawei à leurs applications.

Haïti ,officiellement, est à la veille du  déploiement de nouveaux réseaux 4G-LTE. Quand on sait l’implication de Huawei dans la mise en place des réseaux 4G-LTE de la Caraïbe, les sanctions américaines contre le géant chinois des équipements de Télécom ne peuvent que venir contrarier certaines planifications en Haïti. Surtout que ZTE est déjà dans le viseur des USA.

Notons également que toutes les grandes marques de téléphone chinois se retrouvent sur le marché téléphonique en Haïti . Ce sont : Huawei, Oppo, Vivo, Xiaomi, Lenovo, Oneplus  .

Samsung et Apple ne se vendent pas bien sur les marchés asiatiques comme sur les marchés américains. Alors que le marché indien est sur le point de supplanter les États-Unis en tant que deuxième marché en importance pour les smartphones, des entreprises telles que Huawei se préparent à une prise de contrôle. C’est aussi le cas au niveau des grandes masses des usagers des systèmes de téléphonie mobile en Haïti, dans la Caraïbe et en Amérique Latine.

Certains pensent que Huawei pourrait être meilleur pour les pays des Caraïbes pour 5 principales raisons :

1. Meilleure qualité –

2. Milieu de gamme et budget supérieurs –

3) Meilleure tarification –

4) Samsung et Apple sont trop chers ou trop peu puissants –  

5) De meilleures options –

 L’avantage pour Huawei et les autres téléphones cellulaires chinois, selon d’autres observateurs,  est qu’ils sont perçus en Amérique Latine, dans la Caraïbe et en Haïti comme ayant un meilleur rapport Qualité/Prix.

Dans sa lutte commerciale avec la Chine, c’est tout cela et peut-être plus encore, que se propose de changer l’Administration Trump. Toute la question est de savoir si cela suffit pour justifier une guerre mondiale ?

Montaigne Marcelin

Consultant Indépendant

11 juin 2019

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.