Antonio Guterres : Un plan politique crédible pourrait briser le statu quo international en Haïti

0
1206

Des dirigeants des droits humains, parmi lesquels NERHO et d’autres associations socio-professionnelles, soulignent que la présence d’Ariel Henry dans tout plan de résolution « crédible » de la crise n’est pas souhaitable, et que sa tragédie électorale prédéterminée en fait le principal obstacle.

Cette même organisation, à travers BINUH, n’a-t-elle pas ouvertement soutenu l’accord mort-né de Ariel Henry, André Michel, Edmonde Beauzile… en septembre 2021 et récemment l’accord Tonton Nwèl du 21 décembre 2022 avec Mirlande Manigat ayant plongé le pays dans le chaos total?

Gutteres: « Le seul moyen à mon avis de surmonter cette réticence… est de mettre en place un processus politique crédible« .

Cela fait maintenant seize jours que le Premier ministre de facto, Ariel Henry, a restreint les commentaires sur le compte Twitter officiel de la Primature en Haïti.

Mardi 16 mai 2023 ((rezonodwes.com))–Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré lundi que l’actuel « statu quo » international sur l’envoi d’une force de sécurité pour stabiliser Haïti pourrait être rompu si un plan crédible était trouvé pour l’avenir politique du pays en crise.

Guterres et les dirigeants haïtiens ont poussé depuis des mois pour une nouvelle mission internationale pour stabiliser la nation la plus pauvre de l’hémisphère occidental, qui n’a pas tenu d’élections nationales depuis 2016 et a été ravagée par la violence des gangs, une situation de santé publique qui se détériore et l’instabilité politique.

« Il y a en effet une certaine réticence de la part des pays qui ont une capacité plus forte à être en mesure de mener ce genre d’opération », a déclaré Guterres lors d’une conférence de presse à Kingston aux côtés du Premier ministre jamaïcain, Andrew Holness.

« Le seul moyen à mon avis de surmonter cette réticence… est de mettre en place un processus politique crédible« , a déclaré Gutteres, qui a décrit la situation actuelle comme « une sorte de statu quo ».

« Nous avons un problème politique, la nécessité de rassembler les différents acteurs pour trouver la voie politique permettant à un gouvernement légitime d’être reconnu par tous« , a déclaré Guterres.

Plusieurs nations, dont le Canada, les États-Unis et la France, ont déclaré soutenir l’idée d’un effort d’intervention, mais aucune n’a encore offert de le diriger.

La proposition d’envoyer une force armée n’a pas unanimité de soutien, ni au sein de la population haïtienne ni au sein du Conseil de sécurité.

Pour les Haïtiens, l’idée d’envoyer une force de maintien de la paix évoque des souvenirs douloureux. Le pays a déjà accueilli des troupes américaines, françaises et canadiennes, ainsi que des missions de l’ONU – dont l’une a provoqué une épidémie de choléra qui a tué plus de 10 000 personnes.

Le Premier ministre de facto, Ariel Henry, un apprenti-dictateur, qui dirige le pays depuis l’assassinat de son dernier président, Jovenal Moise, en 2021, a plaidé en octobre pour une intervention.

Faisant écho aux commentaires du représentant spécial de l’ONU pour Haïti le mois dernier, Guterres a déclaré lundi que l’intervention serait « plus une opération de police que toute autre chose ».

Il a également remercié Holness pour le travail de la Jamaïque dans le bloc caribéen CARICOM de 15 membres pour trouver une « sortie de crise politique » en Haïti.

« J’espère que si nous pouvons faire avancer positivement le processus politique, nous serons en mesure de surmonter les impasses, et j’en appelle vivement à ces pays qui ont la capacité d’être prêts à le faire », a ajouté le chef de l’ONU.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.