17 juin 2024
Une révision interne de l’OEA était nécessaire pour la rendre plus « efficace », affirme l’ambassadeur des USA auprès de l’organisation hémisphérique
Actualités Corruption Diplomatie Élections Sondage

Une révision interne de l’OEA était nécessaire pour la rendre plus « efficace », affirme l’ambassadeur des USA auprès de l’organisation hémisphérique

Les États-Unis demandent à l’OEA de procéder à une « autoréflexion » et promettent une aide politique et économique.

L’OEA est vu par les Haïtiens comme le plus grand supporteur du régime corrompu et illégitime Tèt Kale-PHTK

Samedi 8 avril 2023 ((rezonodwes.com))–L’ambassadeur des États-Unis auprès de l’OEA, Francisco Mora, a déclaré qu’une révision interne de l’OEA était nécessaire pour la rendre plus « efficace ».

Les États-Unis estiment que l’Organisation des États américains (OEA) devrait procéder à une « auto-réflexion » et sont disposés à soutenir cette révision, tant sur le plan économique que politique, selon l’ambassadeur du pays auprès de l’organisation, Francisco Mora.

« Toutes les institutions, après un certain temps, doivent procéder à une auto-réflexion« , a déclaré M. Mora, qui a pris ses fonctions en janvier, lors d’une interview accordée à EFE.

L’OEA a été la cible de critiques de la part de secteurs internes et externes à l’organisation pour sa performance dans les différentes crises auxquelles la région a été confrontée, des élections controversées en Bolivie en 2019, en Haiti en 2011 à la situation au Venezuela, en passant par la crise la plus récente au Pérou.

M. Mora a estimé qu’une révision interne de l’OEA était nécessaire pour la rendre plus « efficace », bien qu’il ait également défendu le rôle que l’organisation a joué dans le contrôle des élections dans la région.

« L’observation des élections est l’une des choses que l’OEA fait bien », a déclaré le diplomate d’origine cubaine.

« L’OEA donne de la crédibilité aux élections ; cette crédibilité doit être protégée et financée à un moment où les démocraties sont très fragiles », a-t-il ajouté.

Il a cité en exemple le cas de la Bolivie, où l’OEA a publié un rapport concluant à une « manipulation malveillante » et à de « graves irrégularités » lors des élections présidentielles de 2019.

Le gouvernement bolivien a vivement critiqué le rapport et accusé l’organisation d’avoir alimenté un « coup d’État » dans le pays.

source: Efe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.