Taiwan retire son ambassadeur au Honduras en raison du rapprochement de ce pays avec la Chine

0
949

Jeudi 23 mars 2023 ((rezonodwes.com))—Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a annoncé jeudi qu’il allait rappeler son ambassadeur à Tegucigalpa en signe de « profond mécontentement » concernant le voyage d’une délégation hondurienne, dirigée par le ministre des Affaires étrangères Eduardo Enrique Reina, à Pékin en vue d’établir des relations diplomatiques avec la Chine.

Le ministère taïwanais des affaires étrangères a exprimé son « profond mécontentement » à l’égard de cette visite, qui « blesse gravement les sentiments du peuple taïwanais », selon l’agence de presse taïwanaise CNA.

Le gouvernement taïwanais a nié mercredi avoir reçu une notification officielle du Honduras concernant la fin des relations diplomatiques et a conseillé au pays d’Amérique centrale de « se méfier des fausses promesses de la Chine ».

La semaine dernière, la présidente du Honduras, Xiomara Castro, a annoncé sur Twitter qu’elle avait ordonné à M. Reina d’ouvrir des relations diplomatiques avec la Chine, ce qui entraînerait la rupture des liens diplomatiques avec l’île autonome.

Le ministère taïwanais des affaires étrangères a expliqué jeudi que depuis que Mme. Castro a pris la présidence du Honduras, Taipei « a négocié activement une coopération bilatérale avec le gouvernement hondurien dans la mesure de ses moyens », ce qui « démontre la volonté de Taïwan d’aider au développement » du pays d’Amérique centrale.

Le ministère des affaires étrangères a également accusé Tegucigalpa de « ne pas tenir compte de l’amitié traditionnelle entre les deux pays depuis plus de 80 ans ». Dans la matinée, le ministre des Affaires étrangères Joseph Wu avait assuré que le Honduras « demandait un prix élevé » pour maintenir ses liens diplomatiques avec Taipei, tout en affirmant que Taïwan « n’entrera pas dans le jeu de la diplomatie monétaire de Pékin ».

« La Chine supprime l’espace diplomatique de Taïwan et il y a des signes d’intervention chinoise au Honduras », a déclaré M. Wu. Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Wang Wenbin, a nié aujourd’hui que Pékin ait influencé la décision du Honduras et a déclaré que la décision de Tegucigalpa « est conforme à la tendance générale au niveau international et repose sur ses propres conditions ».

La rupture des relations entre le Honduras et Taïwan réduirait à 13 le nombre de pays avec lesquels Taipei entretient des relations diplomatiques officielles et ferait du pays d’Amérique centrale le neuvième pays – et le cinquième pays d’Amérique latine – depuis 2016 à rompre ses liens avec l’île pour établir des liens avec la Chine.

Quatre pays d’Amérique latine – le Panama, le Salvador, la République dominicaine et le Nicaragua – ont rompu leurs relations avec Taïwan ces dernières années en faveur de la République populaire de Chine. Outre le Honduras, les pays avec lesquels Taïwan entretient des relations diplomatiques sont le Guatemala, la Cité du Vatican, Haïti, le Paraguay, Esuatini, Tuvalu, Nauru, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Belize, les Îles Marshall et Palau.

La Chine revendique la souveraineté sur Taïwan, qu’elle considère comme un territoire rebelle depuis que les nationalistes du Kuomintang se sont retirés sur l’île en 1949 après avoir perdu une guerre contre l’armée communiste.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.