O’Brien évoque la situation en Haïti pour demander une prolongation des échéances de la dette de Digicel

0
1838

Ces derniers temps, la situation d’Haïti est l’objet de toute forme d’utilisation. Le Premier Ministre de facto Ariel Henry , son Ambassadeur à Washington Edmond Bocchit et son allié et ex-opposant André Michel, par exemple, mettent tous les trois en avant la situation catastrophique en Haïti que le régime PHTK a lui-même créée et pour lequel ils travaillent tous, pour demander une intervention militaire étrangère au pays de Jean Jacques Dessalines.

Pareillement, le groupe Digicel, confronté depuis près de 7 ans à une dette de plusieurs milliards qui menace son avenir et son existence, n’a pas trouvé mieux, lui aussi ,  que de recourir à cette  même réalité économique, politique et sociale résultant des 12 années de  gestion du régime « Têt Kale » en Haïti, pour tenter de justifier le défaut de paiement de sa dette de 925 millions de dollars américains arrivant à échéance en mars prochain.

Un texte paru dans le journal irlandais « IrishTimes »  a rapporté cette semaine que Digicel est en pourparlers avec un certain nombre de grands détenteurs de ces obligations pour essayer de les amener à accepter un troisième remboursement différé en quatre ans.

Samedi 3 décembre 2022 ((rezonodwes.com))–

Haïti, au bord du gouffre, capte les esprits alors qu’O’Brien plaide pour plus de temps sur la dette de Digicel.

La société est en pourparlers sur la troisième refonte de sa dette en quatre ans, car elle cible les détenteurs de 925 millions de dollars d’obligations devant être remboursées en mars prochain

Digicel de Denis O’Brien est en pourparlers avec les détenteurs d’obligations à qui sa compagnie doit  925 millions de dollars pour obtenir une prolongation des échéances des prêts.

Le groupe de télécommunications Digicel de l’homme d’affaires Denis O’Brien a construit son entreprise en s’aventurant dans certains des marchés les plus difficiles du monde où d’autres n’oseraient pas.

Certains sont absolument minuscules. Prenez l’île néerlandaise de Bonaire au large du Venezuela (22 000 habitants) et Montserrat, le territoire britannique d’outre-mer ailleurs dans les Caraïbes, qui compte moins de 5 000 habitants et où Digicel est le deuxième opérateur mobile.

D’autres, comme la Jamaïque, le premier marché de Digicel, ont une histoire d’instabilité économique – même si ce pays a connu un revirement remarquable au cours de la dernière décennie, ce qui a contribué à réduire sa dette nationale de 1,5 fois la taille de son économie à moins de 90 %.

Aucun, cependant, n’a relevé les défis d’Haïti, le plus grand marché de Digicel par les abonnés mobiles et l’un de ses principaux revenus traditionnels.

Depuis le lancement de Digicel en Haïti en 2006, la nation est passée d’une catastrophe naturelle à l’autre – y compris des tremblements de terre dévastateurs en 2010 et l’année dernière – et des troubles civils périodiques, dont une nouvelle vague a été déclenchée par l’assassinat de son président d’alors, Jovenel. Moise, il y a 17 mois.

Haïti est un pays où le produit intérieur brut (PIB) annuel par habitant est inférieur à 1 700 dollars (1 777 euros), selon le Fonds monétaire international (FMI).

Digicel a émis un avertissement sur les bénéfices le 10 novembre, déclarant qu’il s’attendait à ce que le bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) de son entreprise haïtienne tombe à 25 millions de dollars – 35 millions de dollars pour les six mois jusqu’à la fin mars.

Les Nations Unies ont déclaré en octobre qu’un nombre record de 4,7 millions de personnes en Haïti, soit 40 % de sa population, sont confrontées à la faim aiguë, dont 19 000 dans des conditions de famine catastrophiques pour la première fois, le tout dans des bidonvilles contrôlés par des gangs brutaux dans un pays sur le bord.

Au milieu des craintes que la crise humanitaire ne se transforme en un événement de migration de masse, certains hauts responsables de l’administration du président américain Joe Biden font pression pour qu’une « force armée multinationale » entre en Haïti, a rapporté le New York Times cette semaine.

Le premier ministre par intérim d’Haïti et ancien neurochirurgien, Ariel Henry, a plaidé pour une intervention militaire étrangère en octobre. Mais la question de l’implication des troupes américaines n’est pas d’actualité, car Haïti « reste marqué par la longue histoire d’intervention désordonnée et parfois brutale de l’Amérique dans le pays, y compris une occupation qui a duré près de deux décennies » jusqu’en 1934, a déclaré le Times.

Dans ce contexte, Digicel a émis un avertissement sur les bénéfices le 10 novembre, déclarant qu’il s’attendait à ce que le bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) de son entreprise haïtienne tombe à 25 millions de dollars – 35 millions de dollars pour les six mois jusqu’à fin mars. , la seconde moitié de son exercice financier, contre 74 millions de dollars un an plus tôt, au milieu de « troubles publics, violence et perturbation substantielle de l’activité économique ».

Digicel a réduit de 1,2 milliard de dollars sa dette au cours de l’été grâce au produit initial de la vente de son unité du Pacifique, sa dette nette s’élevait toujours à 4,2 milliards de dollars fin septembre.

La gourde haïtienne a plongé de plus de 20 % depuis fin septembre par rapport au dollar, la monnaie dans laquelle Digicel publie ses bénéfices et sa dette obligataire est libellée.

O’Brien a déclaré que Les pensées de l’entreprise « accompagnent le peuple haïtien alors qu’il subit des impacts extrêmes sur la communauté et la société ».

Un autre groupe n’était pas loin de l’esprit de l’homme d’affaires lorsqu’il a lancé l’alerte sur les bénéfices : un groupe de détenteurs d’obligations Digicel, qui devaient 925 millions de dollars (881 millions d’euros), qui devraient récupérer leur argent début mars de l’année prochaine.

L’Irish Times a rapporté cette semaine que Digicel est en pourparlers avec un certain nombre de grands détenteurs de ces obligations pour essayer de les amener à accepter un remboursement différé.

Les négociations interviennent à un moment où les obligations émises par les pays et les entreprises des économies en développement connaissent une année assez difficile, les investisseurs ayant retiré plus de 85 milliards de dollars des fonds des marchés émergents jusqu’à présent en 2022, selon les estimations de JP Morgan.

Si O’Brien réussit à obtenir des extensions, ce sera la troisième fois en quatre ans qu’il restructurera la dette de Digicel. Les agences de notation appelleront probablement cela un autre «échange de dette en difficulté», car cela impliquerait que les détenteurs des obligations de mars 2023 échangent leurs certificats contre des billets à long terme.

Début 2019, la société a poussé les investisseurs à accepter des remboursements différés de deux ans sur 3 milliards de dollars d’obligations. Il a agi de manière plus agressive l’année suivante pour infliger 1,6 milliard de dollars d’annulations de dettes aux détenteurs d’obligations, ce qui équivaut à plus d’un cinquième de ses 7 milliards de dollars d’emprunts.

La plupart des créanciers n’avaient guère le choix, car ils étaient beaucoup moins susceptibles de recouvrer si Digicel succombait à la liquidation.

Cependant, les investisseurs de longue date dans les obligations de mars 2023 ont été très ennuyeux. Digicel a été le premier à cligner des yeux il y a deux ans lorsqu’il a affronté les détenteurs de ces billets lors de la restructuration plus large de la dette de 2020.

La crise en Haïti focalise les esprits. Les obligations de mars 2023 changent actuellement de mains sur le marché à un peu plus de 40 cents par dollar.

Moins de 8 % de ces créanciers – qui se classent plus haut que beaucoup d’autres – étaient prêts à l’époque à accepter une petite décote sur ce qui leur était dû et une prolongation de deux ans de l’échéance demandée sur la dette.

Alors que la société a réduit de 1,2 milliard de dollars sa dette au cours de l’été grâce au produit initial de la vente de son unité du Pacifique, sa dette nette s’élevait toujours à 4,2 milliards de dollars fin septembre. Cela équivaut à 5,9 fois son EBITDA au cours des 12 mois précédents.

Les derniers développements suggèrent que les investisseurs s’inquiètent de la capacité de l’entreprise à rembourser intégralement la dette. O’Brien sera-t-il satisfait d’une simple prolongation de la durée des obligations ?

Source : https://www.irishtimes.com/business/2022/12/02/haiti-on-the-brink-focuses-minds-as-obrien-pleads-for-more-time-on-digicel-debt/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.