Vatican | Corruption – Le Cardinal Becciu fait l’objet d’une enquête pour « association illicite »

0
504

Promoteur de la justice: « Le diocèse et Caritas étaient essentiellement gérés par la famille Becciu. Le parquet de Sassari est également arrivé à ces conclusions ».

Jeudi 24 novembre 2022 ((rezonodwes.com))–L’enquête ouverte par le promoteur de justice du Vatican, parallèlement au processus de gestion des fonds de la Secrétairerie d’État, vise le cardinal Angelo Becciu et d’autres personnes pour association de malfaiteurs.

Le Promoteur de Justice Alessandro Diddi a confirmé jeudi aux journalistes que, à l’ouverture de la 37ème audience du procès, il a fait état des résultats de la commission rogatoire pour l’hypothèse du délit d’association, dans le cadre de laquelle le Tribunal de Sassari a transmis au Vatican les résultats des investigations menées sur la Coopérative Spes d’Ozieri, dirigée par le frère de Becciu, Antonino.

Interrogés par les journalistes, les avocats de la défense de Becciu, Fabio Viglione et Maria Concetta Marzo, ont déclaré ne rien savoir de cette accusation supplémentaire. Ils ont même souligné qu’ils ne savent pas s’il s’agit d’une enquête parallèle. Cependant, Diddi a décidé d’intégrer les résultats dans les dossiers de la procédure en cours, les considérant comme importants.

La documentation envoyée par le Tribunal de Sassari via une clé USB contient « une sélection des actes transmis à ce Bureau », et notamment les notes de la Garde des Finances d’Oristano et une série d’extraits de chats des appareils téléphoniques saisis chez Maria Luisa Zambrano, la nièce du Cardinal, et le frère de Becciu.

« Je considère que les documents reçus sont particulièrement pertinents », a-t-il déclaré.

Diddi au cours de l’audience.

Il y a aussi, entre autres, « des considérations sur ce Bureau et sur le Tribunal lui-même », ainsi que des commentaires sur les journalistes, qui selon les enquêteurs « ont participé à une campagne de presse contre ce processus », a-t-il dit.

Il est également fait mention de Monseigneur Sergio Pintor, l’ancien évêque d’Ozieri décédé il y a deux ans, et « qui était évêque lorsque le compte utilisé par la Coopérative Spes a été ouvert », et il est lié « à des personnes impliquées dans ce processus ».

Apparaissent ensuite les documents de transport du pain (bons de livraison de la Coopérative Spes aux paroisses – exactement 928 documents de transport – qui auraient servi « à justifier les sommes déboursées par le diocèse à Spes », selon Diddi.

Selon la reconstitution des faits, cette documentation aurait été réalisée quelques semaines avant le début du procès actuel, sur des livraisons de pain datant de 2018. « Ils sont allés de paroisse en paroisse pour chercher les destinataires du pain et personne n’a reconnu leur signature sur les documents de transport », a déclaré le Saint-Siège.

Quant aux relations entre l’évêque de l’époque, Mgr Pintor, et la famille Becciu, M. Diddi a parlé d’une « forte ingérence de la Curie romaine dans l’activité du diocèse« .

« Pintor n’avait aucun contrôle sur Caritas. Le diocèse et Caritas étaient essentiellement gérés par la famille Becciu. Le parquet de Sassari est également arrivé à ces conclusions », a déclaré le promoteur de la justice.

De même, en ce qui concerne le soi-disant « compte de promiscuité » utilisé par Spes, « Monseigneur Pintor ne savait rien de son ouverture », a déclaré Diddí. D’autres découvertes montrent les relations « cordiales, amicales » de Giovanna Pani, entre les parents de Becciu, et de Cecilia Marogna.

Du rapport de la Garde des finances d’Oristano, enfin, selon Diddi émerge un « fait troublant », la découverte de l’enregistrement d’un appel téléphonique entre le cardinal Becciu et le pape François le 24 juillet 2021, trois jours avant l’ouverture du procès au Vatican et une dizaine de jours après le départ du pontife de l’hôpital Gemelli, après une opération du côlon.

En plus de Becciu, des Zambrano, une troisième personne « non identifiée » apparaît dans l’audio. Sur l’enregistrement, réalisé avec le téléphone de Zambrano et diffusé dans la pièce mais à huis clos, on peut entendre Becciu se plaindre au pape : « Il m’a déjà condamné, il est inutile que je fasse la démarche », dit-il. Le cardinal évoque également l’argent versé par Cecilia Marogna à l’agence britannique Inkerman pour la libération de la religieuse colombienne enlevée par les djihadistes au Mali.

Pour la rançon », a rapporté Diddi Becciu, « il a demandé au pape de confirmer qu’il y avait une autorisation de payer l’argent à Inkerman. Dans sa déclaration, le cardinal a indiqué que le pape était au courant, mais que lors de l’appel téléphonique, le Saint-Père reste perplexe. D’autre part, il venait de sortir de l’hôpital et était fatigué« .

La suite de l’audience d’aujourd’hui a été consacrée à l’audition du témoin de l’accusation, Monseigneur Alberto Perlasca, ancien chef du Bureau administratif de la Secrétairerie d’État, ainsi que partie civile dans le procès, témoignage qui se poursuivra vendredi avec l’examen des défenses.

sources combinéees

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.