Vertières 219è | Après une requête formulée pour l’occupation d’Haïti par des soldats étrangers, quelle sera la substance du message d’Ariel Henry, ce 18 novembre?

0
1120

Que le Dr. Ariel Henry se ressaisisse car il n’est pas placé bien à la vue du peuple haïtien pour faire la leçon ce 18 novembre après avoir sollicité une intervention militaire pour venir en aide à son régime décrié et expiré.

Jeudi 17 novembre 2022 ((rezonodwes.com))—Après l’épopée du 18 novembre 1803, une date rappelant les prouesses de l’armée indigène ayant battu à plate couture l’armée de Napoléon, trois autres grands faits historiques sont venus marquer Vertières. Ce lieu de mémoire et d’histoire, c’est dire combien est significative la dernière bataille livrée, aux yeux de millions d’haïtiens patriotes et jaloux de la sauvegarde de ce souvenir du passage de l’état de servitude à la libre expression de la liberté et l’épanouissement.

Au prime abord, il convient de rappeler que l’immense étendue du territoire où se déroulait le dernier combat final de la victoire ouvrant la route à l’indépendance, le 1er janvier 1804, appartenait à des particuliers. Vertières que nous vènerons aujourd’hui, à l’exception des pourfendeurs de la patrie, une catégorie à laquelle appartiennent désormais le Premier ministre de facto, Dr. Ariel Henry, son cabinet de conze et des supporters en mal de faire ou de refaire une santé économique , a été racheté en 1903 par le Président Nord Alexis pour le compte de l’Etat haïtien. Tonton Nord, pour célébrer le centenaire du Combat de Vertières, précédant le 1er janvier 1804, a consenti, selon des informations disponibles, de débourser ses propres fonds pour léguer cette superficie sacrée a la postérité.  

Ainsi, les premières festivités de célébration de Vertières ont officiellement débuté le 18 novembre 1903, une tradition qui allait prendre un sacré coup en 1915, non seulement avec le débarquement des militaires américains mais encore l’abolition de l’armée indigène pour la remplacer par les Forces Armées d’Haïti, qui, n’ont jamais livré un seul combat à l’ennemi autre que le peuple non armé dénonçant les gouvernements corrompus, anti-patriotiques, criminels et incompétents de Lescot à Jean Claude Duvalier pour aboutir au chef du gouvernement de doublure, Dr. Ariel Henry.

Le deuxième grand fait historique marquant Vertières est la reproduction théâtrale du combat sur le lieu même du site le 18 novembre 1953. En effet, pour la première fois, les séquences du déroulement de la guerre de l’Indépendance à Vertières ont été jouées en plein air sous la présidence du General Paul Eugène Magloire qui, pour l’occasion, a inaugure les fameux monuments venant consacrer ce site comme l’un des lieux de combat le plus célèbre au monde. Un site où le sang a coulé pour libérer la race noire des jougs de l’esclavage inhumain des français.

Des officiers des Forces Armées d’Haïti, après des heures de répétition, ont pu magistralement fait revivre le 18 novembre 1953, les prouesses de Capois la Mort se relevant de son cheval pour l’avancement de la lutte jusqu’à la victoire finale.

Et nous voilà 219 ans plus tard, incroyable mais vrai, un premier ministre illégitime, inconstitutionnelle et de surcroit imposé au pays par une “coalition d’ambassadeurs étrangers”, un fait qui n’aurait jamais dû avoir lieu vu la lutte farouche engagée par les Fondateurs de la Patrie, le 18 novembre 1803, pour nous léguer cette terre avec toute la latitude de décider nous-mêmes de notre propre avenir,  a unilatéralement avec un petit clic de copains-coquins, demande aux forces étrangères de venir remettre en question toute une série de lute entamée en 1791 pour nous conduire à l’indépendance.

Dr. Ariel Henry qui marche à contresens de l’histoire et pris pour un traitre à la Patrie, a sapé l’Ideal dessalinien bien qu’il ne soit pas le seul et l’unique dirigeant – importé- à travailler contre les intérêts supérieurs de la Nation. Mais, dans son cas, avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête des haïtiens, il est devenu un vil personnage et est considéré à tort ou à raison comme l’ennemi national #1. Il est l’exemple typique de l' »esclave a talent”, celui-là, du temps de la colonie, s’opposait contre toute idee de liberté des esclaves des champs chuchotée.

Aujourd’hui, le pays se meurt, les pauvres deviennent plus pauvres qu’ils ne l’étaient avant l”’émergence” du régime corrompu PHTK, qui a institutionnalisé la criminalité, officialisée par le régime Lavalas, dans sa tentative de survie en 2004.

Ariel Henry se bouche les oreilles, se ferme dans un mutisme et hypothèque l’avenir de millions de jeunes. Qu’est-ce qu’il peut bien déclarer vendredi? Cette unique et simpliste question, nous l’’avions posée à un citoyen représentant de droits humains: “Qu’ Ariel la boucle car quand on a rien à dire, on se tait particulièrement si aucune substance ou considération n’a été dégagée dans des messages précédents. Les haïtiens ont maintes fois parlé depuis longtemps. Il est plus que le temps que M. Henry foute le camp. La table est desservie. Il est une honte nationale depuis son dernier appel à l’occupation du territoire”.

cba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.