Haïti – Un drame de trop : 3 membres d’une même famille brûlés vifs dans leur véhicule, plusieurs autres citoyens assassinés par des bandits

0
4722

Drame à Croix-des-Bouquets : 3 membres d’une famille assassinés par des bandits. Ariel Henry trop occupé à signer des Accords à être ratifiés par le parlement, conformément à la Constitution de 1987, est trop occupé pour un tweet à propos de cet énième incident regrettable survenu dans le pays.

par Hervé Noel

C’est le désarroi total après l’assassinat collectif par des bandits de 3 membres d’une seule famille, Josette Fils Désenclos, Sarahdjie Désenclos, Sherwood Sondjie Desenclos, samedi de très tôt, à Tabarre. Un drame de trop, juge la société.

Samedi 20 aout 2022 ((rezonodwes.com))–

La capitale haïtienne s’est réveillée dans la torpeur après l’annonce de l’assassinat collectif de 3 membres d’une même famille, à Tabarre. Des images filmées en amateur par des policiers retranchés dans un véhicule blindé ont donné froid dans le dos.

Les cadavres calcinés des trois victimes dans leur véhicule et plusieurs corps sans vie face contre terre retrouvés dans les environs, exposent le degré de la cruauté entretenue par les gangs.

Josette Fils Désenclos, Sarahdjie Désenclos, Sherwood Sondjie Desenclos, trois membres d’une seule famille, exécutés puis brulés par des criminels du gang de Cité Doudoune, non loin du Pont « Tabarre », traduisent le mépris du droit de vivre et la suprématie des gangs, dans un contexte où la PNH se vante d’avoir pris le contrôle de Croix-des-Bouquets.

Un acte indescriptible témoigne Vernissaint Compère, qui partage le domicile avec les victimes. Le cri du jeune homme transpire le rejet face à la sauvagerie imposée par les « 400 Mawozo ».

« Après les détonations automatiques, j’ai tenté de les contacter. Les appels restaient sans succès. Des nouvelles sur le drame ont par la suite inondé les réseaux sociaux. Je n’ai eu aucune information sur les corps calcinés », a-t-il témoigné.

Dans le secteur protestant, c’est l’émoi. Jean-Rosemond Ladouceur, membre de l’Assemblée « Rock Solide » se dit dévasté par les nouvelles de l’assassinat de ces trois âmes, membres de l’Église. Il en est de même de Germaine Édouard, renversée par le drame.

Dans l’intervalle, le premier ministre Ariel Henry et son gouvernement de facto s’enferment dans un silence rugissant. Le patron de la Primature, en voyage à Trinidad et Tobago, à l’occasion d’un Forum sur l’investissement, tentera de vendre Haïti, incapable de résoudre une crise sécuritaire intenable.

Hervé Noel
vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.