TPS: « Le Palais National doit directement intervenir » préconise Me. Sœurette Michel

0
1039

La diplomatie haïtienne, considérée comme la chasse gardée de la présidence, est rudement mise à l’épreuve, cette dernière semaine. Jovenel Moise doit placer son mot sur le TPS accordé à plus de 50000 de ses concitoyens au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier 2010




Miami (Fl), jeudi 11 mai 2017 ((rezonodwes.com)).-« Le gouvernement d’ Haïti aurait dû et devrait directement communiquer avec le gouvernement des Etats-Unis sur la question du TPS« , c’est en ces termes que Mme Sœurette Michel, avocate et dévouée de la cause de la diaspora en Floride, s’est directement adressée au président de la République, M. Jovenel Moise. L’heure est à l’action, nous confie-t-elle, entre les deux chefs d’ Etat, sans personne interposée.

Me. Michel, fondatrice et PDG de The Michel Law Firm, LLC qui répondait par téléphone, aux questions de Me. Elco Saint-Amand et de cba, pour le compte exclusif de Rezo Nòdwès, a énuméré les pré-requis pouvant justifier une telle intervention directe des autorités haïtiennes auprès de leurs homologues haïtiens. Pour la femme de loi de la Floride, fondamentalement rien a changé depuis le premier octroi du statut de protection temporaire, sur une base humanitaire, insiste-elle, aux dizaines de milliers de compatriotes arrivés aux USA, avant le séisme du 12 janvier 2010.




La maladie du choléra qui a endeuillé des milliers de familles haïtiennes, l’assistance inefficace des victimes du séisme par la Croix-Rouge, en outre, le dernier ouragan d’octobre 2016, sont autant de critères avancés par Sœurette Michel pour encourager la présidence haïtienne à emboîter le pas. Elle a également rappelé que des conventions internationales, sur un plan strictement humanitaire, font obligation à tout pays d’assister des ressortissants d’un autre pays ami en danger résultant particulièrement des désastres naturels.

Evoquant la question de l’octroi du TPS à des ressortissants haïtiens, honduriens, salvadoriens ou népalais, comme étant une affaire interne américaine, Mme Michel a cependant fait remarquer que les Etats-Unis, sous la base d’action humanitaire, volent toujours au secours des personnes affligées, des opprimés de partout dans le monde, voire déjà présents sur son territoire. Pour calmer l’anxiété des haïtiens qui sont dans l’expectative, surtout après les dernières nouvelles révélées sur des cas d’étude sur la criminalité enregistrée dans communauté haïtienne, Jovenel Moise doit plus que jamais contacter les autorités américaines pour débattre de la question.

D’autre part, les signaux envoyés par Port-au-Prince à l’extérieur, avec 4 carnavals organisés en une semaine dont les retombées se font encore attendre aux Cayes, des millions comme frais supplémentaires accordés à Pâques au Parlement, des millions additionnels exigés par la présidence pour renforcer ses déplacements sur le terrain, l’appui inconditionnel des Sénateurs à un trafiquant de drogue emprisonné, sont de nature à nous faire passer pour la cigale et faire croire que tout va pour le mieux dans la république de Port-au-Prince. Pourtant, le gouvernement soutient mordicus que les quelques gourdes (en perspective) à ajouter au prix élevé du gallon de diesel à la pompe, viendrait résoudre certains problèmes voire améliorer les conditions de vie de la population des villes plongées dans une noirceur totale le soir.




Pour finir, Madame Michel réitère sa volonté d’être toujours à l’avant garde dès qu’il s’agit de la défense des intérêts de nos frères et sœurs, qui attendent sous un autre ciel où luit l’espoir d’un mieux-être mais avec comme seul point de rédemption, un éventuel renouvellement de ce statut temporaire protégé et prolongé .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.