Un ancien Maire de la Croix-des-Bouquets kidnappé mardi par les gangs 400 Mawozo

0
1241

Qui est finalement à l’abri en Haïti ?

La valse des actes de kidnapping se poursuit allègrement dans le pays alors que le régime PHTK 3 ne pense qu’au partage d’un « gateau empoisonné » et son referendum illégal et interdit par la Constitution sans se soucier de l’exclusion d’Haïti d’un « Sommet pour la Démocratie » à être organisé par les américains. Uniquement pour les gangs 400 Mawozo, de janvier à octobre, le Centre d’analyse et de recherche en droits humains, a enregistré près de 800 cas de kidnapping, dont les 17 missionnaires américains et canadiens toujours aux mains de ces redoutables bandits.

Port-au-Prince, mardi 30 novembre 2021 ((rezonodwes.com))–Le mois de novembre prend fin avec l’enlèvement d’une dernière personnalité publique connue et reconnue. L’ancien maire de la Croix des Bouquets, Jonas Saint-Juste, a été kidnappé mardi avec son fils à Bon Repos.

Selon les premières informations, l’ancien fonctionnaire et collègue de travail de l’ancien maire Rony Colin, se rendait à l’école Jacques Stephen Alexis avec sa femme et ses deux enfants lorsqu’ils ont été interceptés par des individus armés.

Toutefois, sa compagne et l’un des enfants ont réussi à s’échapper, a appris Rezo Nòdwès. Pour l’instant, aucune nouvelle information n’a filtré à savoir si les ravisseurs ont exigé une rançon ou d’autres exigences en échange de leur libération.

Ces derniers jours, suite à la trêve des gangs armés G9 et alliés – pro-pouvoir PHTK – pour permettre la distribution de carburant, les enlèvements sont montés en flèche et rien que la semaine dernière, les organisations de défense des droits de l’homme ont fait état d’au moins 30 victimes, parmi lesquelles Solange Lafontant, veuve de l’ancien président René Preval, et le citoyen français Alain Sauval, directeur de l’université de Quisqueya.

Gédéon Jean, coordinateur du Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme, a également déploré l’augmentation des enlèvements collectifs et critiqué le fait que des personnalités du monde politique et du secteur privé aient développé consciemment ou indirectement la criminalité, dont les enlèvements, avec le soutien de gangs désormais autonomes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.