Los Angeles Times | Le soutien des États-Unis aux mauvais acteurs en Haïti doit cesser

0
1023

Samedi 30 octobree 2021 ((rezonodwes.com))–

Les dirigeants politiques et les chefs d’entreprise ont longtemps utilisé les forces paramilitaires pour terroriser les opposants en Haïti, principalement dans la capitale et dans d’autres grandes villes.

Mais la pratique s’est considérablement intensifiée et s’est répandue dans toute la campagne sous Jovenel Moise et son prédécesseur soutenu par les États-Unis, Michel Martelly, selon Louis Herns Marcelin, un expert d’Haïti à l’Université de Miami.

« Environ 60 % à 70 % des sénateurs ont leurs propres gangs, et les familles oligarques qui contrôlent le secteur privé en Haïti ont soit leurs propres gangs, soit des chefs de gangs sur leur liste de paie », a-t-il déclaré.

La poignée d’oligarques a longtemps tiré les ficelles de l’ombre, contrôlant tous les secteurs de l’économie haïtienne, volant les coffres du gouvernement et exerçant une influence surdimensionnée sur les décideurs américains. Et ils ont un bassin illimité de jeunes hommes sans emploi pour faire leur offre dans les rues.

Les démocrates au Congrès disent que le soutien des États-Unis aux mauvais acteurs en Haïti doit cesser.

« Nous avons souligné tout le monde, y compris le secrétaire d’État [Antony J.] Blinken, il faut vraiment corriger le tir », a déclaré la représentante Yvette D. Clarke (D-N.Y.), coprésidente du caucus de la Chambre des représentants en Haïti, dans une interview.

« Alors que Moise était encore en vie, nous étions très préoccupés par le maintien de son administration parce que l’insatisfaction était très résonnante parmi la population là-bas. »

Elle a déclaré que ses collègues parlaient avec l’administration et espéraient toujours qu’elle adopterait une nouvelle approche.

« Les choses ne peuvent pas empirer en Haïti. Et nous avons l’occasion et l’ouverture, compte tenu du niveau de crise auquel ils sont confrontés, de diriger en ce moment d’une manière qui aide les Haïtiens à trouver des solutions haïtiennes. »

Les critiques sont également venues des rangs du département d’État américain.

En septembre, Daniel Foote, l’envoyé spécial des États-Unis pour Haïti, a démissionné en signe de protestation et a publié une lettre cinglante critiquant l’administration Biden pour avoir soutenu le « Premier ministre de facto non élu, le Dr Ariel Henry » au sujet de l’accord élaboré par la coalition de la société civile.

Dénonçant les États-Unis pour leur longue histoire de soutien aux autocrates, Foote a écrit que ce dont les Haïtiens ont besoin « c’est de l’occasion de tracer leur propre voie, sans marionnettes internationales et candidats favorisés, mais un soutien sincère pour cette voie. Je ne crois pas qu’Haïti puisse jouir de la stabilité tant que ses citoyens n’auront pas la dignité de choisir véritablement leurs propres dirigeants de manière juste et acceptable. »

« L’orgueil qui nous fait croire que nous devrions choisir le gagnant – encore une fois – est impressionnant. »

La question dans l’esprit de beaucoup de personnes impliquées dans les affaires haïtiennes alors que le pays tombe dans un désespoir de plus en plus profond: pourquoi l’administration Biden continue-t-elle sur la même voie qui a conduit à ce point?

« Ce ne sont pas les Haïtiens qui ont décidé que cet État mafieux devrait être là pour prendre nos institutions en otage », a déclaré Monique Clesca, une responsable du développement des Nations Unies à la retraite basée à Port-au-Prince.

Clesca fait partie de la Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise, un groupe de la société civile de 13 membres qui s’est formé en mars. Il comprend des dirigeants d’église, des groupes de défense des droits des femmes, des prêtres vaudou, des travailleurs humanitaires, des avocats, une coalition paysanne rurale, des syndicats et des membres de la diaspora.

« Les États-Unis sont le genou de Derek Chauvin sur notre cou », a déclaré Clesca, faisant référence à l’ancien policier de Minneapolis reconnu coupable du meurtre de George Floyd en 2020. « Maintenant, nous nous organisons pour dire stop, assez. »

En juillet, le groupe a trouvé un accord pour un gouvernement de transition de deux ans visant à renforcer la sécurité, les soins de santé et l’éducation, à éradiquer la corruption et à créer un climat pour des élections libres et équitables.

Mais les diplomates influents des principaux pays donateurs en Haïti, dirigés par l’ambassadrice américaine Michele Sison, ont en fait rejeté cet accord en soutenant le Premier ministre nommé par Moise,Ariel Henry, pour diriger la nation.

source

Au nom de la AmCham , SEM Martelly remet une plaque d'Honn… | Flickr
Haïti signe un important accord de santé avec les Etats-Unis
iciHaiti - Politic : Kenneth H. Merten met Evans Paul - iciHaiti.com : All  the news in brief 7/7

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.