New York – « Les migrants Haïtiens doivent comprendre que le TPS n’est pas un chèque en blanc pour tous », laisse entendre le président de la Colombie, Iván Duque

0
2128

« La situation que nous vivons avec les migrants haïtiens est bien plus importante que cela« , affirme Ivan Duque. Entre-temps à Port-au-Prince, débutent les manœuvres, les stratagèmes pour avancer vers des élections dont l’issue est connue d’avance.

Mardi 12 octobre 2021 ((rezonodwes.com))–Le président colombien Iván Duque a fait référence ce mardi depuis New York à la situation qui se produit avec la migration des Haïtiens en Colombie et en particulier à ce qui se passe à Necoclí, dans la province d’Antioquia, où il y a eu une grande agglomération de migrants.

En ce qui concerne la possibilité d’un corridor humanitaire, comme le préconisent certaines organisations, le chef de l’État a déclaré que la Colombie a coopéré avec le Panama sur nombre de ces questions, plutôt que sur cette alternative.

« Parlons de la situation telle qu’elle se présente. Je pense que ce problème ne concerne pas seulement la Colombie et le Panama. La situation que nous connaissons avec les migrants haïtiens est beaucoup plus importante« , a souligné le président, notant qu’Haiti – le pays livré aux gangs PHTK – « a été touché par un tremblement de terre, a été victime des effets de la pandémie et a un appareillage économique sérieusement affecté« .

M. Duque a déclaré que la façon de faire face à cette situation est d’inviter tous les pays de la région et presque tout l’hémisphère à agir de manière responsable.

Le chef de l’État a ajouté qu' »il faut être clair sur les offres de statut de protection temporaire qui ont été faites aux États-Unis pour les Haïtiens, afin qu’ils ne considèrent pas que c’est une sorte de chèque en blanc pour tous les migrants qui arrivent sur le sol américain« , ajoutant « parce que ce n’est pas comme ça« .

M. Duque a déclaré qu’il était très important qu’entre les différents pays « nous puissions rapidement nous réunir et coordonner nos efforts », car il ne s’agit pas seulement d’une affaire colombienne.

Il a ajouté que la Colombie a entretenu des relations avec le Panama pour tenter de gérer cette situation de la meilleure façon possible.

Le chef de l’État a également déclaré qu’il est nécessaire d' »agir très sévèrement » lorsque nous constatons des cas de traite d’êtres humains ou de personnes qui cherchent des moyens illicites pour faciliter la sortie du territoire colombien vers un autre endroit.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.