17 juin 2024
Monterrey-Mexique. Le créole ajouté à la liturgie d’une messe d’adoration pour mettre les réfugiés Haïtiens en communion avec le Christ
Actualités Annonces Culture Religion Société

Monterrey-Mexique. Le créole ajouté à la liturgie d’une messe d’adoration pour mettre les réfugiés Haïtiens en communion avec le Christ

Lors de la messe, les mystères ont été lus en créole, français, anglais, portugais et espagnol pour les centaines d’Haïtiens et d’Américains centraux qui ont assisté à l’adoration perpétuelle à la paroisse Maria Goretti de Colonia Industrial au Mexique.

Jeudi 7 octobre 2021 ((rezonodwes.com))–« Bonjour, restez tranquille s’il vous plait… guarden silencio, por favor, vamos a rezar el rosario en cinco idiomas » a lancé le Père de Jesús Sánchez Gallegos et ses traducteurs, devant des centaines d’Haïtiens et de Centraméricains réunis pour une messe dans la chapelle de l’Adoration de Notre-Dame du Perpétuel de la paroisse Maria Goretti, dans la communauté industrielle.

À 18 heures, lors d’une messe inhabituelle célébrée en cinq langues, le prêtre a dirigé la liturgie devant des centaines d’Haïtiens, de Dominicains, de Honduriens et de Salvadoriens vivant temporairement à Casa INDI, a rapporté la presse locale.

Les applaudissements et les chants de la chorale rassemblant 5 des 12 jeunes qui la constituent se sont fait entendre pendant une heure dans le quartier.

Le premier mystère a été lu en créole, le second en français, le troisième en anglais et le quatrième en espagnol, devant les centaines d’Haïtiens venus pour la plupart du Brésil et du Chili.

« Qui va dire le quatrième mystère en espagnol ? » a demandé le père Felipe de Jesús.

La chorale de cinq jeunes appelée Ministerio de Música Amén, dirigée par Juan Miguel Contreras Castillo, a interprété ses chansons pendant l’homélie à l’intersection des rues Miguel Nieto et Luis Mora dans ce quartier de Monterrey.

Jourdain Fritto, originaire d’Haïti, est monté sur scène et a commencé à chanter en créole la chanson « Dame la mano », ce qui a mis l’ambiance, tandis que les tambours étaient joués par Sadrac Borgelin, originaire de Port-au-Prince.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.