Quel type de cloche l’église catholique fera-t-elle sonner ce jeudi contre l’insécurité et le kidnapping instaurés par les gangs pro-pouvoir ?

0
688
Feb. 25, 2013 Miami ANA RODRIGUEZ-SOTO | FC Bishop Chibly Langlois of Les Cayes, president of the Haitian bishops' conference, and Bishop Launay SaturnŽ of Jacmel, take part in the Mass. Haitian bishops, priests and representatives of the French bishops and the German bishops' aid agency, Adveniat, met in Miami with Archbishop Thomas Wenski to discuss the projects to be funded by PROCHE, the Partnership for the Reconstruction of the Church in Haiti, which aims to bring international resources to bear in helping Haiti's Church rebuild the facilities that were damaged or destroyed after the Jan. 12, 2010 earthquake.

Jeudi 15 avril 2021 ((rezonodwes.com))–

Pour protester contre la terreur des gangs armés pro-pouvoir, l’Eglise catholique a demandé que toutes les cloches du pays résonnent ce jeudi à 12h00, et une messe spéciale sera également célébrée à cette heure.

Quelle est le symbolisme de ce geste ? Quelle cloche l’Eglise catholique fera t-elle résonner pour dire non à la terreur instaurée par les gangs pro-pouvoirs en Haiti ?
S’agira t-il d’un glas tinté ou d’un glas romain annoncant cette calamité publique qu’est devenu le régime PHTK en Haïti ?

C’est quoi un glas ?

Le glas est la sonnerie de cloche signalant l’agonie, la mort ou les obsèques d’une personne, dans la tradition catholique et orthodoxe.

Il a longtemps été sonné dès le commencement de l’agonie d’une personne jusqu’à sa mort, ou alors entre sa mort et ses funérailles, et actuellement uniquement pendant les obsèques.

Le glas est la sonnerie de cloche signalant l’agonie, la mort ou les obsèques d’une personne, dans la tradition catholique et orthodoxe.

Il a longtemps été sonné dès le commencement de l’agonie d’une personne jusqu’à sa mort, ou alors entre sa mort et ses funérailles, et actuellement uniquement pendant les obsèques.

Le glas est aussi sonné pour annoncer une calamité publique.

La cloche, instrument liturgique et outil de communication

Née d’une alchimie complexe de la terre et du feu, la cloche convoque à l’assemblée chrétienne, accompagne parfois la célébration des offices religieux et rythme les étapes de la vie de la communauté monastique ou paroissiale. Elle rassemble les vivants dans le sentiment d’appartenir à une communauté bien identifiée.
Les usages liturgiques des cloches se sont multipliés dans la suite des temps, il en est qui sont spéciaux à certaines contrées.

L’usage premier de la cloche, du moins en Occident, semble être la convocation des chrétiens pour la prière. C’est cette fonction qui a permis leur généralisation progressive entre le VIe et le IXe siècles ; les règles monastiques anciennes ont contribué à cette diffusion mais la pratique se propagea vite dans les églises de paroisse.

La bénédiction fait des cloches un meuble d’église destiné à annoncer la célébration des offices. Elle est le signe sonore qui rassemble les chrétiens pour la liturgie mais le son de cet instrument s’adresse aussi à ceux qui ne peuvent pas y participer : dans les monastères, les tintements de la consécration permettaient aux frères convers qui ne participaient pas à la messe conventuelle de s’associer à la célébration. Autour des monastères, les fidèles étaient avertis que les religieux allaient s’adonner à la louange divine au fur et à mesure des différents offices de la journée.

Plusieurs cloches permettent d’avoir des sonneries cultuelles variées correspondant aux différentes cérémonies et au Temps liturgique (Temps ordinaire, Temps de Pénitence – Avent, Carême – Temps pascal…). Le nombre de cloches mises en volée varie selon le degré de solennité. Par exemple, pour un ensemble de 4 cloches, on aurait les volées suivantes :

Jours ordinaires : 1 cloche (La) Fêtes mineures : 2 cloches (Sol, La) Dimanches et Fêtes majeures : 2 cloches (Fa, la) Solennités mineures : 3 cloches (Fa, Sol, La) Solennités majeures (« Grandes fêtes ») : 4 cloches dont le bourdon, (plenum)

Ce « règlement des sonneries » dépend avant tout de l’évêque et non de l’autorité civile.

L’Angélus
L’Angélus est une prière en trois versets, suivie d’un Ave Maria. La sonnerie de l’angélus invite les chrétiens à s’associer à leur manière à la liturgie des heures. Cette sonnerie caractéristique se fait entendre habituellement trois fois par jour : matin, midi et soir ; cette sonnerie est caractérisée par : 3 fois trois coups puis volée d’une cloche (en général la plus petite) ou de plusieurs cloches. Il convient de veiller à bien espacer les coups et les séries (1 coup, silence de 5 secondes, etc.) puis un silence de 10 secondes avant la deuxième série et de même avant la troisième série puis lancement de la cloche en volée pendant 1 minute. Il faudrait dans le temps d’une série avoir le temps de réciter l’invocation et le repons ainsi que la récitation d’un Ave Maria.

Sacrements et événements de la vie.

La cloche est aussi un outil de communication de masse. Dans une société où l’Église accompagnait par ses rites et ses sacrements les grandes étapes de la vie humaine, cette fonction restait encore étroitement liée à la liturgie. Il est d’usage de célébrer un baptême et un mariage par des sonneries joyeuses. Il en est de même pour les fêtes patronales.

Pour un défunt, la cloche rend, au contraire, un glas funèbre. La sonnerie pour les morts est inspirée d’une double pensée de foi : on invite ainsi les vivants à prier pour les défunts, on leur rappelle en même temps qu’ils mourront un jour et qu’ils doivent songer à préparer pour eux-mêmes ce passage red

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.