17 juin 2024
L’état-major de la PNH ouvre une enquête pour identifier les policiers rebelles affiliés à « Fantômes 509 », mais ceux de l’UDMO ne seraient pas concernés
Actualités Corruption Société

L’état-major de la PNH ouvre une enquête pour identifier les policiers rebelles affiliés à « Fantômes 509 », mais ceux de l’UDMO ne seraient pas concernés

Vendredi 18 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–Hervé Julien, un haut gradé de l’Inspection Générale de la Police Nationale d’Haïti (IGPN), a déclaré qu' »une enquête a été ouverte pour identifier les agents de police rebelles affiliés au mouvement Fantôme 509″, qui, d’après lui, « ont organisé de violentes manifestations dans la région métropolitaine« , en début de semaine.

« Les informations personnelles d’une centaine d’officiers sont actuellement à l’étude et ceux-ci seront interrogés au cours de l’enquête » a révélé Julien de l’IGPN, une instance redoutable au sein de cette institution policière actuellement placée sous contrôle direct du Palais national, n’ont cessé de dénoncer des militants interdits de manifester contre le pouvoir.

Les officiers de police identifiés dans ces actes de violence auront la possibilité de se défendre, puis l’inspection générale fera des recommandations à qui de droit, a souligné Julien qui, néanmoins, n’a, à aucun moment de la durée, soulevé la question de poursuite des agents de l’UDMO pour le même type d’actes de violences commis dans la capitale. UDMO, qui serait en mission commandée, est arrivée à faire libérer les 5 policiers enfermés au Pénitencier national, pour les « besoins éventuels » de la « justice » dans le cadre de l’enquête sur des objets disparus de la résidence du défunt-bâtonnier Dorval, au lendemain de son assassinat mystérieux.

Par ailleurs, Rameau Normil, directeur général a.i. de la PNH, – sans mandat légitime – a condamné le comportement des personnes qui prétendent faire partie de l’institution policière et a dénoncé leur association avec des « bandits de toutes sortes » pour brûler les biens publics et semer la terreur.

Pour sa part, le premier-ministre de fait, Joseph Jouthe, qui ne croit nullement dans l’existence réelle d’Haïti, même virtuellement, et que d’après lui les Haïtiens sont des « salopri« , a indiqué que « les forces de police sont bouleversées » et dénoncé « que plusieurs groupes se sont réunis pour perturber cet organisme », oubliant les rebuffades lancées en plein visage de Rameau Normil pour « incompétence » devant les caméras.

Jouthe, qui, sans aucune forme de procès, et se comportant en justicier et en vrai chef d’un pays du tiers monde et corrompu, avait ordonné la libération de 5 policiers, recommande au sujet des policiers de Fantômes 509, « une enquête administrative et l’activation du département de l’aide sociale, car il pourrait y avoir davantage de communication entre les cadres et les officiers ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.