Une association de fermiers haïtiens contre l’envoi des 500 tonnes de pistaches américaines en Haiti

0
1387
Tilling the soil in Papaye

peanut

Port-au-Prince, lundi 29 août 2016 (rezonodwes).- Plus de 50 fermiers haïtiens réunis en association agricole, ont manifesté leur mécontentement face à une éventuelle arrivée dans le pays, d’une cargaison de plus de 500 tonnes métriques de pistaches américaines. Cette information a été annoncée dimanche par la chaîne de télévision arabique Aljazeera, captée en Amérique.




L’envoi de ces quelques 500 tonnes de pistache, constituant uniquement en « dons des Etats-Unis faits aux écoliers haïtiens« , est perçu, d’après Aljazeera citant les fermiers haïtiens contestataires, « comme une menace pour saper les moyens de subsistance de milliers de personnes dans le pays » .

Cependant, le Département américain de l’Agriculture a affirmé que cette cargaison de pistaches destinées vers Haïti, est « un palliatif pour soulager la faim chez des écoliers » partant des fois pour l’école sans rien prendre le matin.




Des fermiers haïtiens qui ont révélé que des « modifications » sont apportées dans ces pistaches, ont peur qu’elles viennent détruire le peu qu’il reste des pistaches haïtiennes qui n’ont pas connu de modifications génétiques ou OGM. Les pistachiers haïtiens ont une capacité de reproduction illimitée. Pour le leader du groupe, Joseph Antoine Guillaume, rapporte Aljazeera, c’est ainsi qu’a presque disparu sur le marché haïtien, la vente du riz localement cultivé. Et aujourd’hui, des milliers de paysans abandonnent les terres, la campagne vers les villes, a regretté Jean-Pierre Ricot, un agent agricole du mouvement anti-peanut.




Il est à rappeler que plusieurs experts d’agences internationales, dans le passé, avaient déjà tiré la sonnette d’alarme contre l’envoi d’un tel don en nature à Haïti qui pourrait, selon eux, faire plus de mal que de bien à cette population déjà en souffrance. Notons également que d’après les chiffres récents avancés par la Banque Mondiale, le pays a connu une légère régression dans son état d’extrême pauvreté en passant de 31 à 24%. Toutefois, lamentablement, Haïti reste le pays le plus pauvre des Amériques où un ex-président s’est permis de construire une forteresse de plus de $8 millions, à l’issue d’un quinquennat controversé avec des élections à reprendre le 9 octobre prochain.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.