« Je remercie Pompeo pour son soutien clair à la démocratie en Haïti » a tweeté Bocchit dans une comédie pince-sans-rire frisant l’indécence

1
1285

« la corruption finit par épuiser la démocratie » Transparency International

Alors que depuis février 2019, Edmond Bocchit qui, bien avant le dysfonctionnement du Parlement haitien, ne pouvait y venir faire aucun dépôt de loi, voire participer au Sénat de la République, comme le veulent des règles démocratiques, à un débat sur des instruments internationaux qu’Haïti aurait signés, laisse croire aujourd’hui que le pays vit sous un régime démocratique. Un audacieux mélange d’un homme ne voyant que les petits intérêts mesquins de son clan

Vendredi 24 janvier 2020 ((rezonodwes.com))–Les Haïtiens auraient tout vu et entendu avec ce régime PHTK bafouant ouvertement toutes les normes démocratiques définissant l’état de droit, parce que, tout simplement, ont affirmé des opposants qu’, « une certaine frange de la communauté internationale, les Etats-Unis en particulier, soutient les multiples dérives de Jovenel Moise« , président (d’un « sh**hole » dixit Donald Trump), un pays à l’indice de perception de corruption le plus élevé dans les Caraïbes, selon le Transparency International dans son rapport officiel publié jeudi 23 janvier 2020.

Qu’a bien fait Edmond Bocchit, le puissant et influent membre du régime du premier ministre de facto Jean-Michel Lapin, du rapport de Transparency International plaçant Haïti dans la liste des pays les plus corrompus de la planète ? Il a, dans ses lobbys, infructueusement tenté d’ignorer le rapport officiel de la Cour des Comptes indexant le président Jovenel Moise d’utilisation de « stratagème » pour pouvoir mieux détourner les fonds de Petro Caribe, jusqu’à vouloir imposer ses quatre volontés à Haïti, le seul PMA (pays moins avancé) de l’Amérique latine et des Caraïbes.

« Je remercie @SecPompeo pour son soutien clair à la démocratie en # Haïti« , écrit Edmond Bocchit, dont le chef de gouvernement a présenté au moins deux fois sa démission au président contesté Jovenel Moise. Autrement dit, M. Bocchit qui a casé un de ses proches parents, sans qualification dans une diplomatie haïtienne à genoux , occupe illégalement le poste de ministre haïtien des Affaires Etrangères, puisque depuis le 30 avril 2019, ses actions ne sont soumises à aucun contrôle parlementaire.

Trop pressé de prendre la route des élections bidons dont les résultats seront connus d’avance avec des cartes Dermalog imposées et un certain CEP croupion, Bocchit en comédien, fait retentir l’appel lancé par le Département d’Etat pour des élections. Les seules élections qui viendront définitivement mettre fin à toute poursuite de Jovenel Moise comme co-auteur de la dilapidation des fonds de Petro Caribe.

Se transformant en donneur de leçon, cet homme, grâce au système de gouvernance très corrompu établi en Haïti, et devenu institutionnalisé par la bande à Gary Bodeau, en 2019, lors de la mise en accusation du président Jovenel Moise, indexé d’usurpation de titre, dispose, selon son bon vouloir, des sommes collectées dans des consulats haïtiens aux Etats-Unis à partir d’émission de livrets de passeports.

Aujourd’hui, Edmond Bocchit, sans fonction légale dans l’administration haïtienne, se sert de caisse de résonnance pour la tenue d’élections en Haïti, le pays le plus corrompu de la région des Caraibes, pour que la législature de la honte du type de la 50e se reproduise aisément et facilement.

Jamel Dieudonné Borismon

1 COMMENT

Répondre à Regard Perçant Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.