AJH dénonce les attaques et intimidations à l’encontre des journalistes ; Eddy Jackson Alexis invite ceux-ci à porter plainte devant les juges à la solde du pouvoir

0
180

Eddy Jackson Alexis a l’air d’oublier que l’enquête se poursuit concernant l’assassinat de 2 journalistes haitiens en 2019. L’Etat en faillite d’Haïti, actuellement, ne peut assurer la sécurité d’aucun citoyen, seul l’apprenti-dictateur qui, dans son tour d’ivoire jusqu’au 7 février 2021, est bien protégé de la fureur des gangs qu’il a lui-même réunis en fédération, selon son ancien conseiller juridique Me. Reynold Georges.

Vendredi 31 juillet 2020 ((rezonodwes.com))–L’Association des journalistes haïtiens a condamné vendredi vigoureusement et dénoncé les attaques délibérées et les menaces proférées à l’encontre de trois collègues par des individus « clairement identifiables » et a appelé à des sanctions contre les auteurs de ces actes.

Dans une déclaration publique, son secrétaire général, Jacques Desrosiers, a regretté qu' »en ce milieu d’année 2020, les journalistes doivent encore se préoccuper des faits qu’ils dénoncent dans l’exercice de leur profession« .

Selon l’APH, le correspondant de Radio Sans Fin, Cenès Joseph, a été menacé de mort le 9 juillet dernier par des militants qui se disent proches du régime de l’apprenti-dictateur Jovenel Moise, et le 28 juillet, des personnes armées ont attaqué le cameraman-reporter Yvens Sétoute dans la commune de Cité Soleil.

Pradel Alexandre, journaliste à Radio Union à Saint-Marc, est également visé par le chef du gang local de Savien, qui l’accuse d’avoir informé le gang rival, a encore indiqué M. Desrosiers exhortant les autorités judiciaires à « punir les auteurs de ces attaques et menaces et a appelé les journalistes à faire preuve de professionnalisme et de responsabilité ».

Par ailleurs, le secrétaire d’État de facto attaché au ministère de la Communication, Eddy Jackson Alexis, tout en condamnant les faits révélés par l’AJH et feignant d’ignorer que l’apprenti-dictateur a mis la justice haïtienne en coupes réglées et que « 50 juges corrompus du système » sont à la solde du Palais national, a invité les victimes à porter plainte devant les tribunaux. Jackson, leur a assuré que « le gouvernement fera tout son possible pour lutter contre l’insécurité et le banditisme« . Des phrases déjà mille fois lues, entendues et répétées.

Soulignons qu’aucune enquête sérieuse n’a jusqu’à présent abouti pour nous permettre d’identifier les présumés auteurs et ou complices de l’assassinat des journalistes Pétion Rospide, le 10 juin 2019 à Port-au-Prince et Néhémie Joseph, le 10 octobre de la même année, dans le Plateau Central.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.