Unibank-Unitransfer : « Il n’y a pas d’évidence pour soutenir les accusations faites contre nous »

0
315

par Montaigne Marcelin

Dimanche 19 mai 2019 ((rezonodwes.com))– Par lettres en date du  28 mars et 3 Avril 2019, la Unitransfer et la Unibank respectivement, à travers leur avocat à New York , ont fait connaître au juge LaShann DeArcy Hall, leur position par rapport aux 13 chefs d’accusation que contenait la plainte amendée du 27 janvier.

Depuis, il y a eu une cette fameuse conférence préparatoire du 10 Avril 2019, l’ordonnance du juge en date du 12 avril et la plainte nouvellement amendée du 24 Avril 2019  ajoutant d’autres chefs d’accusations pour arriver à un total de 16. 

Nous estimons que ces correspondances sont  importantes pour bien comprendre la position des entreprises haïtiennes dans cette affaire qui est pendante devant les tribunaux américains. Aussi  soumettons-nous une traduction Google à l’attention de nos chers lecteurs . Le document original est communiqué en «  slide ».

Montaigne Marcelin
Consultant Indépendant

19 mai 2019

28 mars 2019

Juge LaShann DeArcy Hall

Juge au tribunal de district des États-Unis

District Est de New York

225 Cadman Plaza East

Brooklyn, NY 11201

Re: Odilon S. Celestin, et. Al. Michel Joseph Martelly, et. al., 18-CV-7340-LDH-JO;

Motion en sanctions de Unitransfer USA, Inc. en vertu de FRCP 11

Votre honneur:

Conformément à vos pratiques individuelles, la défenderesse Unitransfer USA, Inc. («Unitransfer») demande un calendrier de briefing concernant sa requête en sanctions en vertu de la règle 11, qui a été signifiée à l’avocat des plaignants le 6 mars 2019. Le délai a expiré, et les plaignants n’ont pris aucune mesure corrective. Les sanctions prévues à la règle 11 sont appropriées lorsqu’une partie dépose une plaidoirie dépourvue de fondement factuel raisonnable ou lorsqu’une partie dépose une plaidoirie de mauvaise foi dans un but impropre. La règle 11 impose à l’avocat l’obligation de procéder à une enquête préalable sur les faits et le droit afin de lui permettre de certifier que la plainte est bien fondée en fait et en droit.

En l’espèce, les avocats des demandeurs ont manqué à cette obligation car il n’existe aucune preuve probante que: (1) Unitransfer a déjà conclu des contrats illicites, (2) Unitransfer a jamais perçu des honoraires des membres du groupe présumés, (3) UnitTransfer a fait de fausses déclarations matérielles pour inciter le paiement des frais, (4) Unitransfer a été enrichi par la perception des frais, (5) Unitransfer exerce ses activités en Californie pour prouver une violation de la loi de l’État de Californie, ou (6) les plaignants n’ont pas consenti à payer les frais, de même que les requêtes pour une réclamation en vertu du statut de vol civil de la Floride

Aucune preuve à l’appui d’un accord illicite: chaque plainte contre Unitransfer repose sur la conclusion par Unitransfer d’un accord illicite avec d’autres défendeurs, en violation du Sherman Act.

Les plaignants n’ont aucune preuve que Unitransfer ait conclu un accord avec d’autres défendeurs, encore moins un accord ayant un objectif illégal. Une enquête raisonnable aurait révélé l’absence de preuve de la part de Unitransfer de conclure un accord avec un objectif illégal. Fait révélateur, les plaignants ne font même pas état de faits dans leur plainte modifiée pour étayer leurs allégations concluantes selon lesquelles Unitransfer a conclu un accord illégal. Il est difficile de savoir si les plaignants allèguent (1) Unitransfer avait un accord avec Haïti, ou (2) l’accord était conclu entre Unitransfer, les autres opérateurs de transfert de fonds et Haïti, ou (3) l’accord visait tous les défendeurs. Ce manque de précision révèle en outre le manque de preuves et de diligence requise des demandeurs dans l’action en justice. Cette absence de preuve à l’appui de l’affirmation selon laquelle Unitransfer a conclu un accord pour poursuivre un but illégal enfreint la règle 11 et justifie l’imposition d’une sanction.

Aucun transfert de preuve des plaignants n’a été causé par Unitransfer lors de la collecte des fonds; chaque réclamation contre Unitransfer repose sur des allégations manifestement fausses des plaignants selon lesquelles ils auraient subi des dommages résultant du  paiement les frais prétendument illégaux5. La «classe» supposée ne comprend que des citoyens des États-Unis et de ses territoires qui étaient assujettis au droit de 1,50 USD6. En termes simples, il n’existe aucun membre de ce groupe comparable à Unitransfer. Tout reçu provenant d’une transaction utilisant Unitransfer indique clairement que les 1,50 USD en cause sont payés par le destinataire du transfert d’argent en Haïti au moment du retrait des fonds transférés. Dans les cas où des fonds sont transférés d’Haïti aux États-Unis, Unitransfer impute les frais de 1,50 $ en cause à l’expéditeur en Haïti au moment du transfert. En tant que tel, il n’existe aucune preuve montrant que les frais sont évalués aux États-Unis. Ainsi, même si ces frais étaient illégaux (ce qui n’est pas le cas), car la classe est limitée aux personnes vivant aux États-Unis et sur ses territoires, et Unitransfer n’a jamais soumis (1) aucun des membres présumés du groupe n’a subi de dommages de la part de la conduite de Unitransfer, et (2) par définition, nul ne peut même prétendre au statut de membre du groupe pour avoir utilisé les services d’Unitransfer. Fait important aux fins de la règle 11, ces informations étaient facilement accessibles aux demandeurs, car elles sont imprimées sur chaque reçu Unitransfer. Il est donc clair que les demandeurs ont omis de procéder à un examen de base des faits, et encore moins d’une enquête objectivement raisonnable, avant d’engager des poursuites. En outre, Unitransfer a expliqué cela en détail dans sa requête en sanctions au titre de la règle 11, et les plaignants et leurs avocats ont continué à donner suite à leurs demandes après l’expiration de la période de refuge.

Aucune preuve que Unitransfer a fait de fausses déclarations significatives: Il n’existe aucun élément factuel permettant à Unitransfer de faire des fausses déclarations importantes, sur lesquelles les demandeurs se fondent dans chaque demande. Les plaignants allèguent à plusieurs reprises à l’appui de leurs affirmations que les accusés représentaient les droits perçus comme des « taxes légitimes levées

[ou" imposées "]

pour » financer l’éducation gratuite et obligatoire « 7. Cependant, la plainte modifiée contredit cette affirmation, car elle montre  que les 1,50 $ sont des «frais imposés par la BRH»

Il est manifestement évident, si on en croit les plaignants qui attribuent une telle allégation à tous les « défendeurs », que les plaignants attribuent une citation du défendeur Martelly concernant les honoraires de son « programme d’éducation gratuit et obligatoire » à tous les accusés, sans se soucier de savoir si Unitransfer fait une telle déclaration. Les plaignants ne peuvent contourner le manque de preuves que Unitransfer a fait cette déclaration en se fondant sur leur prétendu accord de complot illégal, car il n’existe aucune preuve que Unitransfer ait jamais souscrit à un tel accord.

Unitransfer n’a jamais été enrichi par les frais: Il n’existe aucune preuve à l’appui de la demande d’enrichissement sans cause des demandeurs contre Unitransfer. Incroyablement, les plaignants contredisent directement leurs allégations concluantes selon lesquelles Unitransfer convertit les frais pour son «usage personnel et privé» et est «enrichi injustement. . . en conservant les revenus provenant des plaignants et des autres membres du groupe qui ont acquitté les frais, « en reconnaissant que les honoraires sont finalement reversés à Haïti et recouvrés par ceux-ci.10 Ainsi, les plaignants n’ont pas seulement la preuve que Unitransfer recevait de l’enrichissement, ils ont reconnu qu’ils avaient des preuves qui réfutent .

Le résultat inévitable est que les sanctions au titre de la règle 11 sont justifiées.

Unitransfer n’exerce aucune activité en Californie: rien ne prouve que Unitransfer ait enfreint le code et / ou la common law californiens11, car Unitransfer n’exerce aucune activité en Californie ni ne détient une licence lui permettant de le faire. Toute enquête raisonnable des plaignants indiquerait qu’Unitransfer est autorisé à exercer des activités commerciales dans seulement onze (11) États et non en Californie. Les documents accessibles au public montrent également qu’Unitedransfer n’est pas enregistré en Californie12. De plus, les demandeurs ne disposent d’aucune preuve établissant qu’Unisransfer exerçait ses activités en Californie sans être correctement enregistré. Ça ne le fait pas. Néanmoins, les demandeurs invoquent contre Unitransfer des actions en violation de la loi de l’État de Californie (chefs 5 à 7, 10), qui se fondent toutes deux sur l’hypothèse erronée selon laquelle Unitransfer exerce ses activités en Californie.

La demanderesse Marazita affirme être domiciliée en Californie et avoir passé des contrats avec Unitransfer13. Cela est manifestement faux ou trompeur, car aucun contrat de ce type n’aurait pu être conclu en Californie, Unitransfer ne l’effectuant pas. Comme il est facile de vérifier à partir de dossiers publics que Unitransfer n’effectue pas et ne peut pas effectuer de transfert d’argent en Californie, les plaignants ont invoqué ces demandes sans aucun fondement factuel ni aucune preuve et sans procéder à une enquête raisonnable pour déterminer si les accusations basées en Californie seraient soutenues. contre Unitransfer. L’avocat des plaignants et la plaignante Marazita devraient être sanctionnés individuellement pour ces allégations manifestement fausses.

Unitransfer ne peut être tenu pour responsable en vertu de la loi sur le vol civil en Floride: les demandes de vol et de conversion en civil ne sont accompagnées de la preuve requise. Indépendamment de toute autre allégation, rien ne permet de nier que, en payant les frais à Unitransfer, les payeurs ont consenti à ces frais et que Unitransfer n’avait pas l’intention nécessaire pour soutenir une violation du statut de vol civil de Florida ou une demande de conversion. Selon la loi de la Floride, «il ne peut y avoir de conversion lorsqu’une personne consent à la possession par une autre des biens prétendument convertis. . . . De même, un tel consentement exclut clairement l’intention de priver une autre personne de ses biens, comme l’exige la loi sur le vol civil en Floride. »Dans Capital Factors, la cour a décidé que les bénéficiaires en cause avaient donné leur consentement lorsqu’ils avaient sciemment payé des accusations. Il en va de même pour les demandeurs qui paient les frais ici, et un tel consentement empêche toute intention de voler, ce qui rend la conversion et le vol civil insoutenables.

 Les demandeurs n’avaient aucune base probante pour justifier une telle intention et devraient être sanctionnés.

Stinson Leonard Street LLP

/s/ Kieran M. Corcoran

Kieran M. Corcoran (KC4935)

kieran.corcoran@stinson.com

-andPaul D. Turner, Pro Hac Vice

Perlman, Bajandas, Yevoli & Albright

Attorneys for Defendant Unitransfer USA, Inc.

cc: Tous les avocats au dossier via ECF

3 avril 2019

L’honorable LaShann DeArcy Hall

Tribunal de grande instance des États-Unis – District est de New York

225 Cadman Plaza East, salle d’audience 4H nord

Brooklyn, New York 11201

Re: Odilon S. Celestin, et. Al. Michel Joseph Martelly, et. al., 18-CV-7340-LDH-JO;

Lettre d’avant-motion pour la défenderesse Unibank, requête en annulation de S.A.

Votre honneur:

Conformément à la section III.A. Unibank, S.A. («Unibank») demande une conférence préparatoire à la requête concernant sa motion de rejet. Le principal motif de rejet de Unibank est le manque de compétence personnelle de notre Cour à l’égard de Unibank. Dans l’intérêt de l’efficacité judiciaire et de la conservation des ressources, Unibank demande à la Cour de définir un calendrier de briefing lui permettant d’aborder sa compétence personnelle et de ne l’informer des autres motifs de licenciement que si la Cour constate qu’il existe une compétence personnelle.

L’absence de juridiction personnelle est facilement démontrée. Unibank est une banque haïtienne qui ne possède ni propriété ni succursale à New York. Il n’a adopté aucun comportement qui soit conforme à la loi de New York sur la compétence personnelle à long bras (N.Y.C.P.L.R. § 302 (a)), ni n’ait établi le nombre minimal de contacts requis pour satisfaire aux exigences constitutionnelles de la procédure normale pour l’exercice de la compétence personnelle.

Unibank n’a aucun contact avec New York, sans parler du «« processus continu et systématique de faire des affaires »à New York qui« justifie [l ‘] établissement de la présence [d’une société étrangère] «dans l’État», comme l’exige le demandeurs à établir leur compétence générale.2 Les demandeurs ne contredisent pas ces faits et n’allèguent pas de tels contacts.

Les demandeurs n’ont pas démontré prima facie leur compétence sur Unibank et ne peuvent fonder cette compétence sur les contacts présumés de Unitransfer USA, Inc. («Unitransfer») avec New

La seule présence de la filiale n’établit pas la présence de la société mère dans l’État.

… Pour que les tribunaux de New York aient une compétence personnelle… la filiale doit être soit un “agent”, soit un “simple département” de la société mère étrangère…

[I] t peut être extrêmement difficile. . . établir prima facie la compétence sur une société étrangère. . . Telle est cependant la conséquence des problèmes inhérents à la poursuite en justice d’une société étrangère qui a soigneusement structuré ses activités de manière à se séparer de l’exploitation de ses filiales à cent pour cent aux États-Unis – comme elle peut le faire à juste titre. . . . [Il] serait inapproprié pour nous de nous écarter des [règles de compétence] ou de créer une exception à celles-ci en raison des problèmes que les demandeurs pourraient rencontrer pour respecter leurs normes quelque peu strictes. Les demandeurs ne peuvent pas et ne peuvent pas prétendre qu’Unitransfer est un «agent» d’Unibank, car Unitransfer n’exécute pas tout ce que Unibank pourrait faire s’il se trouvait à New York.4 Unibank effectue une gamme complète d’opérations bancaires, tandis qu’Unitbank est simplement un opérateur de transfert d’argent. Les demandeurs ne peuvent pas non plus et ne peuvent pas alléguer des faits qui confirment qu’Unitransfer est un «simple département» d’Unibank. Déterminer si une filiale est un simple département nécessite:

une enquête factuelle. . . en prenant en considération (1) la propriété commune. . . ; (2) la dépendance financière de la filiale vis-à-vis de la société mère; (3) le degré d’intervention de la société mère dans la sélection et l’affectation du personnel de direction de la filiale et le non-respect des formalités; et (4) le degré de contrôle exercé par la société mère sur les politiques marketing et opérationnelles de la filiale.

En ce qui concerne la propriété commune, les plaignants concluent qu’Unitransfer est une filiale à 100% d’Unibank, mais n’offrent aucun soutien pour ce poste. Unibank ne détient aucune participation directe dans Unitransfer, dont le seul propriétaire est GFN American Holdings, LLC. Unibank est l’unique membre de GFN American Holdings.

Même si Unibank était l’unique propriétaire d’Unitransfer, cela ne suffirait pas pour justifier sa compétence.6 Les demandeurs ne peuvent pas et ne peuvent pas alléguer des faits montrant que Unitransfer ne peut pas fonctionner sans le soutien financier d’Unibank, comme l’exige la dépendance financière7. toute aide financière fournie par Unibank conserve ses propres bénéfices, contrôle ses finances et établit ses propres états financiers.

De plus, les demandeurs ne peuvent ni ne peuvent alléguer aucun fait démontrant qu’Unibank contrôle les livres et registres d’Unitransfer, participe à la sélection des dirigeants de Unitransfer, ou ignore les formalités de la société. Au contraire, Unitransfer tient ses propres livres, a son propre conseil d’administration et ses propres réunions, et paie ses propres dirigeants. et, une recherche google montrerait que Unitransfer produit ses propres déclarations de revenus fédérales. Ces facteurs montrent que Unitransfer n’est pas un simple département.

Enfin, les demandeurs ne peuvent pas et ne peuvent pas prétendre qu’Unibank ait un contrôle quelconque sur les opérations quotidiennes de Unitransfer. Unibank et Unitransfer disposent chacun de leurs propres systèmes informatique et téléphonique, ils ne peuvent pas accéder

Même si Unibank était l’unique propriétaire d’Unitransfer, cela ne suffirait pas pour justifier sa compétence.6 Les demandeurs ne peuvent pas et ne peuvent pas alléguer des faits montrant que Unitransfer ne peut pas fonctionner sans le soutien financier d’Unibank, comme l’exige la dépendance financière7. toute aide financière fournie par Unibank conserve ses propres bénéfices, contrôle ses finances et établit ses propres états financiers.

De plus, les demandeurs ne peuvent ni ne peuvent alléguer aucun fait démontrant qu’Unibank contrôle les livres et registres d’Unitransfer, participe à la sélection des dirigeants de Unitransfer, ou ignore les formalités de la société. Au contraire, Unitransfer tient ses propres livres, a son propre conseil d’administration et ses propres réunions, et paie ses propres dirigeants. et, une recherche google montrerait que Unitransfer produit ses propres déclarations de revenus fédérales. Ces facteurs montrent que Unitransfer n’est pas un simple département.

Enfin, les demandeurs ne peuvent pas et ne peuvent pas prétendre qu’Unibank ait un contrôle quelconque sur les opérations quotidiennes de Unitransfer. Unibank et Unitransfer disposent chacun de leurs propres systèmes informatique et téléphonique, ne peuvent pas accéder aux systèmes informatiques de l’autre et ont des dossiers et des comptes clients distincts. Il est important de noter que Unitransfer conçoit et paie ses propres supports publicitaires et promotionnels, y compris son site Web, ainsi que ses propres formulaires de transactions bancaires, sans ingérence des parents. Ces facteurs établissent en outre que Unitransfer n’est pas un simple ministère.

De même, les demandeurs ne peuvent et ne peuvent pas alléguer que (1) les activités présumées d’Unitransfer à New York étaient «« au profit »» d’Unibank, (2) et avec les «connaissances et consentement» d’Unibank, et (3) Unibank «exercée un «contrôle» sur «Unitransfer» dans cette affaire, comme cela est nécessaire pour une juridiction spécifique en vertu du NYCPLR § 302 (a) .10 Unibank n’a reçu aucun fonds ni bénéfice de la part d’Unitransfer en rapport avec les activités alléguées dans cette action en justice.

Étant donné que la plainte modifiée est dépourvue des allégations de compétence personnelle requises, la Cour devrait classer l’affaire comme suit: elle concerne Unibank. Si l’argument de compétence personnelle d’Unibank était rejeté, Unibank adopterait les motifs de renvoi invoqués par d’autres défendeurs, notamment la doctrine de l’acte d’État, l’impossibilité pour la Cour de se prononcer sur le respect procédural d’un pays étranger avec sa propre loi, forum non conveniens, manquement respecter les normes de procédure minimales et les motifs propres à chaque demande (y compris l’échec de toutes les demandes en vertu du droit californien, car Unibank n’exerce pas ses activités en Californie, les demandes de conversion et la loi sur le vol civil en Floride, car le consentement des plaignants aux Ce numéro exclut le vol et la conversion, ainsi que l’enrichissement sans cause, Unibank ne recevant aucun avantage). Unibank demande à exposer ces motifs, si nécessaire, après que la compétence personnelle ait été décidée. Si la Cour préfère entendre tous les motifs dans une requête en rejet,

Unibank demande par cette lettre la permission de le faire. En conséquence, Unibank demande la tenue d’une conférence préparatoire, demande l’autorisation de demander le rejet des demandes à son encontre et demande que la question de la compétence personnelle soit informée et traitée avant les autres motifs de rejet de chaque demande.

Respectueusement soumis,

Stinson Leonard Street LLP

/s/ Kieran M. Corcoran

Kieran M. Corcoran (KC4935)

kieran.corcoran@stinson.com

-andPaul D. Turner, Pro Hac Vice

Perlman, Bajandas, Yevoli & Albright

Attorneys for Defendant Unitransfer USA, Inc.

cc: All Counsel of Record via ECF Voir Slide pour document original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.