PNH, autorités & Gang : Les amitiés mortelles de Ti-Greg et Ti-Jé

Policier sanctionné pour violation de droits humains, le garde du corps du représentant de l’exécutif dans l’Ouest, Ti-Greg, aurait été abattu par un chef de gang avec lequel il aurait entretenu de solides relations amicales

Vendredi 11 janvier 2019 ((rezonodwes.com))– Indexé par les organisations des droits humains dans le massacre de La Saline, le policier Grégory Antoine alias Ti Greg n’a pas eu le temps de se défendre et de faire la lumière sur les accusations portées contre lui par devant les instances compétentes.

Selon les déclarations de sa famille et de ses proches amis, Ti-Greg aurait été assassiné par le désormais célèbre chef de gang sévissant à Savane Pistache, Ti-Jé. Celui-ci aurait, selon ses parents, refusé de remettre le cadavre de Ti-Greg aux autorités.

Une nouvelle tout-à-fait étonnante, puisque ce policier aurait, selon le présentateur de l’émission Boukante Lapawol sur Radio Mega, Guerrier Henri, de solides relations avec son présumé meurtrier.

Un homme qui, d’ailleurs, fait régner depuis quelque temps sa funeste loi sur les habitants de ce nouveau quartier chaud et qui serait responsable d’une attaque armée contre le leader du parti RDNP, l’entrepreneur de jeux de hasard, Eric Jean-Baptiste.

Mais, qu’est-ce qui s’est réellement passé entre les deux hommes? Une énigme que la police haïtienne, spécialiste des enquêtes se poursuivant à l’infini, ne pensera même pas à élucider malgré la demande expresse du patron de Ti-Greg, le délégué départemental de l’Ouest, Pierre Rigaud Duplan.

Entre-temps, cette histoire tout-à-fait déroutante a plongé Carrefour Feuilles dans une situation de tension et de violence, avec des barricades enflammées érigées par les partisans en colère de ce policier, sanctionné il y a peu par l’IGPN (Inspection Générale de la Police Nationale d’Haïti) pour violation de droits humains.

De paisibles citoyens ont fait les frais de cette singulière situation, empêchant les jeunes de la zone de se rendre à l’école tout en entraînant des incendies de véhicules et causant la mort d’au moins une personne.

Mortelles, ces amitiés de caïds!

Photo de Hansy P. Poulard.

Une pensée sur “PNH, autorités & Gang : Les amitiés mortelles de Ti-Greg et Ti-Jé

  • 12 janvier 2019 à 3:46
    Permalink

    Rien de nouveau sous le soleil. J’ai bien lu, « Mortelles, ces amitiés de caïds! » Dans toutes les directions, pour illustrer on peut prendre en exemple le militant lavalas Amiot Métayer alias Cubain. Après le coup d’Etat du 30 septembre 1991, comme son patron JB Aristide, il avait pris le chemin de l’exil. En 1994, il s’empressait de laisser les Etats Unis pour accompagner son chef dans la honte. Le 21 septembre 2003, M. Métayer a été assassiné par ses grands amis et associés politiques. Les journaux de l’époque avaient cité le nom d’un certain Jean-Claude Jean-Baptiste (ex-DG de la PNH) dans son assassinat. Mais attention, il n’était pas à son premier coup… Le 29 février 2004, bien avant la démission de JB Aristide le présumé assassin Jean-Baptiste ne laissait aucune trace. Li Jete l, li te pran Sant…

    Selon plusieurs sources, en 1991, comme délégué départemental du Sud, M. Jean-Baptiste avait joué un très grand rôle dans l’assassinat du pasteur et leader politique Sylvio C. Claude. Le 26 mars 2003, dans une interview accordée à Radio Métropole, la fille du pasteur Claude, Marie Denise Claude ne manquait pas de confirmer la participation de l’homme dans l’assassinat. C’était un rappel…

    Pas trop longtemps, un journaliste photographe a été assassiné dans les mêmes conditions. Yo kase fèy kouvri sa, yo vle di bagay yo. Des liaisons dangereuses de tous les côtés.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.