La Chambre de Commerce des États-Unis pour le renouvellement du TPS aux Haïtiens!

Mardi 31 octobre 2017 ((rezonodwes.com))– La Chambre de commerce des États-Unis, dans une correspondance, exhorte le « Department of Homeland Security » à étendre les mesures de statut de protection temporaire (TPS) pour El Salvador, le Honduras et Haïti. Ces désignations, affirme la Chambre, sont en vigueur depuis 2001, 1999 et 2010 respectivement et, selon le Centre d’études sur la migration, s’appliquent à un nombre important de personnes – 195 000 Salvadoriens, 57 000 Honduriens et 50 000 Haïtiens.




Bien que la Chambre affirme comprendre que le programme TPS soit temporaire, la réalité est que ces personnes ont vécu et travaillé dans des collectivités partout au pays, dans certains cas depuis près de deux décennies maintenant. « Nous vous invitons à prolonger les désignations actuelles du TPS et à travailler avec le Congrès sur une résolution plus permanente du statut de ces bénéficiaires du TPS », indique le Vice Président Senior également « Chief Policy Officer ».

« La participation au marché du travail pour chacune des populations respectives de TPS de ce pays est supérieure à 80%. Mettre fin à ces désignations mettrait fin à l’autorisation de travail de nombreux employés clés pour nos sociétés membres. De plus, la perte d’autorisation d’emploi pour ces populations aurait un impact négatif sur plusieurs industries clés où les bénéficiaires du TPS représentent une part importante de la main-d’œuvre. Ces industries comprennent la construction, la transformation des aliments, l’hôtellerie et les services de soins à domicile.

En ce qui concerne l’industrie de la construction, la fin de la désignation TPS pour ces trois pays aggravera les pénuries de main-d’œuvre dans l’industrie à un moment où ces travailleurs sont essentiels aux efforts de reprise des ouragans dans des États comme le Texas et la Floride. On estime à 50 000 le nombre de travailleurs de la construction de ces trois pays qui ont le TPS, dont beaucoup résident dans ces deux États. Mettre fin à l’autorisation de travail de ces personnes irait à l’encontre de l’objectif de l’administration d’assurer un rétablissement rapide et complet de ces zones sinistrées », ajoute le signataire de la lettre, Neil L Bradley.




« Nous vous exhortons à prolonger les désignations du TPS pour El Salvador, Haïti et le Honduras pendant une période de temps raisonnable afin d’assurer la stabilité de ces destinataires du TPS et des entreprises qui les emploient », conclut Neil L. Bradley.

Headshot of Neil Bradley
Neil L. Bradley, Vice Président Sénior et Chief Policy Officer
Thomas J. Donahue
Thomas J. Donohue, président et CEO

L’image contient peut-être : texte

L’image contient peut-être : texte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *