Haïti | Nuit d’horreur à Carrefour Feuilles – Ariel Henry est le « réel chef suprême et effectif des gangs armés criminels »

0
1235

Réactions policières critiquées face à la violence gangstérique à Carrefour-Feuilles

La réaction de la police nationale, habituellement rapide pour réprimer les manifestants anti-pouvoir en ayant recours aux gaz lacrymogènes, est vivement critiquée pour sa réponse tardive face à l’escalade de violence perpétrée par les gangs. Les résidents de Carrefour-Feuilles pointent du doigt les gangs, qu’ils estiment être à la solde du régime Tèt Kale, dirigé par « Dr. Ariel Henry en tant que Chef Suprême et Effectif ». Cette situation évoque également des comparaisons avec l’ère de « Dr. Duvalier, Chef Suprême et Effectif des VSN ».

sur le même sujet: Des leaders haïtiens écrivent à l’Union africaine – Rezo Nòdwès (rezonodwes.com)

Vendredi 11 aout 2023 ((rezonodwes.com))–Outre sa responsabilité dans l’affaire de l’assassinat de Jovenel Moïse, Dr Ariel Henry est également perçu comme « le maître d’orchestre derrière les récentes activités des gangs criminels à Caradeux, Tabarre et Savane Pistache« . Ainsi, selon un intellectuel de Carrefour-Feuilles qui a préféré garder l’anonymat en raison des événements meurtriers en cours dans cette zone métropolitaine depuis la fin de juillet et vendredi matin encore, « le neurochirurgien serait leur chef suprême et effectif, donc le seul à pouvoir tirer sur leurs ficelles à volonté« .

Chef Suprême des gangs criminels armés accusé de manipulation en vue d’une intervention étrangère

De leur côté, un des membres influents de l’association de défense des quartiers de Carrefour-Feuilles, joint au téléphone, a déclaré que Ariel Henry « déploie ces derniers efforts considérables quitte à nous éliminer pour convaincre le Conseil de Sécurité d’approuver l’envoi de troupes kenyanes en mission commandée dans le pays« .

Au cours de la nuit de jeudi à vendredi, des résidents ont été témoins d’explosions provenant d’armes de gros calibres, provoquant une atmosphère de peur et d’insécurité. Curieusement, malgré la présence habituellement imposante de la police lors des manifestations anti-gouvernementales, peu de mesures ont été prises pour protéger la population des attaques perpétrées par des gangs armés.

Les habitants de la région soupçonnent ces gangs d’être liés au régime Tèt Kale en place et de « soutenir l’idée d’une intervention étrangère sous prétexte de restaurer l’ordre« , confie un autre résident interrogé par Rezo Nòdwès.

Contrairement à l’association composée d’anciens Premiers ministres Tèt Kale et alliés accusés de malversations des fonds de Petro Caribe, un collectif de leaders haïtiens a uni ses forces au sein d’une autre association. Cette semaine, ils ont rendu publique une lettre ouverte visant à sensibiliser les dirigeants africains, particulièrement les chefs d’État et de gouvernement, à la situation critique qui prévaut en Haïti.

Cette missive rejette avec fermeté l’implication du Kenya dans la proposition d’une prétendue « force multinationale », qui, en réalité, dissimulerait une intervention américano-onusienne. Ces leaders mettent en évidence les manœuvres manipulatrices du gouvernement de facto, sous la direction d’Ariel Henry en tant que « chef suprême des bandits armés », insinuent les victimes des derniers actes du banditisme à Savane Pistache (Carrefour Feuilles).

Le but de cette conspiration, ont-ils soutenu, est de « semer le chaos à l’échelle nationale, créant ainsi une justification pour une intervention étrangère« . La correspondance insiste sur la nécessité de mettre en lumière les aspects machiavéliques de cette initiative, dénonçant toute tentative de tromper l’opinion publique nationale et internationale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.