Pérou – La présidente Dina Boluarte convoquée par le parquet pour témoigner sur la mort de 77 manifestants dont de migrants haïtiens victimes de pays-lock

0
1121

Ariel en rit!

Jeudi 25 mai 2023 ((rezonodwes.com))–

La présidente du Pérou, Dina Boluarte, a été convoquée par le ministère public pour témoigner le 31 mai dans le cadre de l’enquête préliminaire sur les dizaines de morts survenues lors des manifestations antigouvernementales entre décembre et mars.

La convocation est prévue pour mercredi prochain à 9h00 heure locale (14h00 GMT) et a été confirmée aujourd’hui par l’avocat de Dina Boluarte, Joseph Campos, qui a déclaré qu’ils attendaient « avec une grande impatience ce jour-là pour pouvoir déposer ».

« Nous exprimons notre désir de collaborer afin de clore ce chapitre qui n’a pas de sens. Maintenir la présidente dans une enquête judiciaire concernant cette responsabilité ne se justifie pas », a déclaré M. Campos à la station de radio RPP.

Le 10 janvier, le ministère public a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire pour les crimes présumés de génocide, d’homicide aggravé et de lésions corporelles graves.

Elle s’était déjà rendue au parquet le 7 mars, mais n’était pas venue témoigner car elle attendait la résolution d’une tutelle de droits déposée par le bureau du procureur général, qui demandait qu’elle soit incluse dans l’enquête en raison de la déclaration du Premier ministre, Alberto Otárola.

L’ancien premier ministre Pedro Angulo, les anciens ministres de l’intérieur Víctor Rojas et César Cervantes et l’actuel ministre de la défense Jorge Chávez ont également été inclus dans l’enquête.

Bien que M. Campos ait assuré que Mme Boluarte entendait répondre à la citation à comparaître, il n’a pas confirmé si la procédure se déroulerait au parquet ou au palais du gouvernement, une prérogative dont elle jouit en raison de ses hautes fonctions.

« Nous devrons le déterminer », a-t-il déclaré, avant de souligner que le jour de l’assignation, la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres se tiendra également et qu’un exercice national de simulation de tremblement de terre a été programmé.

Les protestations ont éclaté au Pérou après le coup d’État manqué du président de l’époque, Pedro Castillo (2021-2022), le 7 décembre de l’année dernière, et se poursuivent depuis janvier avec des manifestations et des affrontements avec les forces de l’ordre pour exiger la démission de M. Boluarte, la fermeture du Congrès, l’anticipation des élections générales et la convocation d’une assemblée constituante.

Selon diverses sources, au moins 49 civils ont été tués au cours de ces affrontements, tandis que les manifestations ont fait 77 morts au total, d’autres personnes, dont plusieurs Haïtiens, ayant également trouvé la mort à la suite d’actions telles que des barrages routiers.

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a condamné dans son dernier rapport la violence utilisée par les forces de sécurité lors des manifestations et a déclaré avoir trouvé des cas d' »exécutions extrajudiciaires » au Pérou.

Elle a également souligné que les violences commises par les forces de l’ordre dans la région d’Ayacucho, au sud du pays, devaient être examinées « selon une approche ethnique et raciale » et que la situation pouvait être considérée comme un « massacre », ce que le gouvernement de Boluarte a rejeté.

Le 13 mai, la présidente a accusé Mme Castillo d’être « l’auteur des plus de 60 victimes » des manifestations, qu’elle a associées au « trafic de drogue et à l’exploitation minière illégale ».

« Nous savons déjà que, où que nous allions, Pedro Castillo envoie son piquet de grève, financé par le trafic de drogue et l’exploitation minière illégale. Nous n’allons pas les écouter, nous continuons à travailler », a-t-il déclaré.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.