13 juillet 2024
SEMANA | Dossier Jovenel | Me. Maisonneuve réfute les accusations d’assassinat par les 18 mercenaires, contredisant les déclarations du président Petro épargnant Martelly et Ariel Henry
Actualités Cas d'assassinat Corruption Diplomatie Insécurité|Kidnapping Justice PHTL livre Haiti à l'Occupation étrangère Société

SEMANA | Dossier Jovenel | Me. Maisonneuve réfute les accusations d’assassinat par les 18 mercenaires, contredisant les déclarations du président Petro épargnant Martelly et Ariel Henry

Me. Maisonneuve: « …il existait un élément qui prouverait l’innocence des détenus : « Le fils de Moïse a déclaré dans une émission de télévision que son père avait été tué avant l’arrivée des Colombiens« .

Selon le récit des ex-militaires colombiens, le mois suivant leur arrivée en Haiti, et Claude Joseph était encore Premier ministre et Léon Charles DG de la PNH, « après avoir parcouru toute la ville de Port-au-Prince (la capitale d’Haïti), ils ont été reçus par la police dans des salles diplomatiques« .

La même police les a emmenés le 8 juillet 2021, le jour de l’assassinat du président, aux premières heures du matin, pour « effectuer une opération visant à mettre en place un soi-disant réseau de sécurité ; ils les ont laissés dans une maison à 3 heures du matin, alors que le président était déjà mort« .

Dimanche 12 février 2023 ((rezonodwes.com))-

Les 18 ex-militaires colombiens détenus en Haïti, accusés de l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moïse, ont maintenant passé plus d’un an et demi en prison sans être au moins jugés pour déterminer s’ils sont coupables ou non.

Bien que certains les accusent d’être des mercenaires engagés pour attenter à la vie du président Tèt Kale-PHTK2, ils affirment avoir été engagés par une société américaine appelée CTU pour fournir des services de surveillance et de sécurité à l’ancien candidat Emmanuel Sanon, un opposant de Jovenel Moïse assassiné.

En plus, bien qu’aucune autorité judiciaire ne se soit encore prononcée, précisément parce que leur arrestation n’a même pas été légalisée après plus de 18 mois, le président Gustavo Petro a déclaré à la fin de l’année dernière que ces ex-militaires étaient des « mercenaires ».

« Aujourd’hui, j’ai présenté mes excuses à Haïti pour l’assassinat de son président par des mercenaires colombiens », a déclaré M. Petro.

Par contre, dans une interview accordée à SEMANA, l’avocat de ces Colombiens détenus en Haïti, Marc Antoine Maisonneuve, a répondu au chef de l’Etat et assuré que Petro « avait tort ». C’est la première fois que la défense de ces Colombiens s’oppose frontalement au gouvernement colombien.

« Je crois que le président Gustavo Petro a eu tort dans ses propos. Les Colombiens n’ont pas assassiné Jovenel Moïse. C’est ce que tout le monde dit ici en Haïti, les ex-militaires ont été utilisés comme boucs émissaires par des gens qui font partie du pouvoir ici, y compris l’équipe de ce gouvernement« , a déclaré l’avocat.

La défense des ex-militaires a révélé qu’Ariel Henry, qui a remplacé Moïse après son assassinat, et l’ancien président Martelly pourraient avoir été influents dans ce meurtre.

« Il ne faut pas oublier que (Martelly) était fatigué d’avoir la présence de Jovenel au Palais national. Ce sont ces deux-là », a déclaré Marc Antoine Maisonneuve.

L’avocat était contrarié par le fait que le président Petro avait qualifié ces anciens militaires de mercenaires. Car « un mercenaire est un stratège, un forestier, avant d’arriver sur les lieux du crime, un mercenaire connaît les moyens par lesquels il va s’échapper, mais les Colombiens sont restés après la mort de Moïse, ils sont restés jusqu’à leur arrestation ».

Antoine Maisonneuve a ajouté que « les vrais meurtriers » font obstruction à la justice pour que, apparemment, la vérité ne soit pas connue, car « si le procès commence, toute la vérité sera connue« .

Le défenseur des ex-militaires a ajouté qu’il existait un élément qui prouverait l’innocence des détenus : « Le fils de Moïse a déclaré dans une émission de télévision que son père avait été tué avant l’arrivée des Colombiens ».

Malheureusement, le président colombien ne comprend rien. Quelle enquête a-t-il menée ? Je pense que le président colombien devrait « s’excuser auprès des parents des Colombiens ».

Dialogue infructueux avec Haïti »

Selon le récit des ex-militaires colombiens, le mois suivant leur arrivée, après avoir parcouru toute la ville de Port-au-Prince (la capitale d’Haïti), ils ont été reçus par la police dans des salles diplomatiques. La même police les a emmenés le 8 juillet 2021, le jour de l’assassinat du président, aux premières heures du matin, pour effectuer une opération visant à mettre en place un soi-disant réseau de sécurité ; ils les ont laissés dans une maison à 3 heures du matin, alors que le président était déjà mort.

Après avoir réalisé que dans cette maison, le président était mort, ils sont sortis et se sont assis pour attendre l’arrivée des autorités, aucun d’entre eux n’a fui, ils sont restés à l’extérieur de la maison. Personne n’y est réapparu, et plus tard, la même police qui les avait emmenés les a capturés.

Ce récit n’a pas encore été confirmé par une quelconque instance judiciaire en Haïti, car jusqu’à présent, aucun des cinq juges en charge de l’affaire n’est allé au-delà de la réception du dossier. En outre, au milieu de l’année dernière, le palais de justice haïtien a été vandalisé, ce qui a entraîné la disparition des quelques informations disponibles.

Jusqu’à présent, le ministère des Affaires étrangères s’était montré prudent sur la question et s’était limité à indiquer qu’il prendrait les mesures nécessaires. Cependant, dans un document envoyé à SEMANA, le ministère colombien des affaires étrangères s’est prononcé ouvertement sur cette affaire et n’a pas hésité à décrire Haïti comme un pays qui ne « coopère pas ».

“El presidente Gustavo Petro no entiende”, abogado de exmilitares colombianos detenidos en Haití (semana.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.