L’Édito du Rezo | Mirlande Manigat – Ariel Henry: un mariage de déraison

0
1923
Un mariage de déraison? regardent-ils toujours dans la même direction?

Jeudi 9 février 2023 ((rezonodwes.com))–

Installée le 6 février 2023, par le proconsul Ariel Henry, dans ses fonctions au fameux HCT, lequel doit être entendu non comme le Haut Conseil de Transition ainsi qu’on veut nous le faire croire mais bien plutôt comme le Haut Conseil des Traîtres, Mirlande Manigat apparaît plus que jamais ni plus ni moins comme une vendue politique. Manifestement une Conzé de plus ! Une entrepreneure politique, rentière de la première heure, complètement hors sol, déconnectée de la terrible réalité du pays, comme en témoigne sa médiocre allocution lors de sa prise de « haute fonction » !

C’est ainsi que, le trémolo dans la voix, elle s’est honorée du fait que les amis tels que André et consorts du proconsul Ariel Henry – un homme honni dans tout le pays – l’ont choisie pour intégrer ce fumeux HCT, allant même jusqu’à remercier le Bon Dieu afin de montrer sa pleine satisfaction de cette position tant espérée. Elle était, bien entendu, tout aussi fière de participer, le 8 février, au Conseil des ministres, présidé par un dirigeant PHTK placé à la tête du pays par les « Blancs » sur un tweet.

Quelle dégringolade !

Il importe de noter par ailleurs que l’opération du 6 février s’est déroulée au pas de charge, au ministère du Commerce, sous haute sécurité d’hommes blancs, baraqués, menaçants, lunettes noir foncé cachant bien les yeux, armés jusqu’aux dents. Pas besoin donc d’être détenteur d’un doctorat de science politique à la Sorbonne pour comprendre qu’elle a été exécutée sur ordre des nouveaux Occupants, des néo-colons, présents à la cérémonie, qui ne se gênent même plus pour montrer qui gouverne réellement Haïti. En d’autres termes, l’histoire retiendra que Mirlande Manigat aura bel et bien été une collabo ayant contribué à souiller la souveraineté du peuple haïtien en vendant son âme aux « Blancs » ! Une de plus, une de trop ! Qui plus est, une vendue intronisée au ministère du Commerce : quel symbole ! Quel cruel symbole pour celle qui jadis avait déjà accepté de jouer, en son âme et conscience, le rôle de complice dans le funeste théâtre mis en scène par ces mêmes « Blancs », en 2010-2011, pour installer leur pantin à la tête du pays ! Avec le résultat que l’on sait !

Le plus pathétique dans cette affaire – et cela n’échappe point aux observateurs avisés de la chose politique haïtienne – est que cette véritable démonstration de force, ce passage en force, pour le lancement de ce machin HCT s’opère dans la négation la plus totale de la loi-mère haïtienne, avec la bénédiction de celle habituellement présentée comme étant sinon la seule du moins la plus éminente spécialiste de la Constitution en Haïti. Hélas, c’est cette même personnalité, habituée pourtant à sortir sa plume bien acérée sous les différents gouvernements passés pour critiquer leurs décisions anticonstitutionnelles, qui se fait aujourd’hui toute petite, en acceptant de piétiner la Constitution à son tour. Ce pour un morceau de lard politique tendu par les nouveaux Occupants !

Quel cynisme !

Pathétique, on vous dit !

Mais, en vérité, si Mirlande Manigat se plaît si ostensiblement à siéger dans ce Haut Conseil des Traîtres (HCT), c’est parce qu’elle lorgne, avant tout, la présidence d’un hypothétique Conseil constitutionnel qui serait créé dans la perspective d’un retour à l’ordre constitutionnel selon le plan bien connu des nouveaux Occupants. Quitte à ce que cela s’effectue à la suite de l’organisation d’un tripatouillage électoral en vue de doter le pays d’un soi-disant nouveau président, comme la mascarade électorale qu’elle a cautionnée à sa manière en novembre 2010 et janvier 2011. San wont, san santiman, elle est prête à récidiver !

À partir de là, cette granmoun dezòdone, âgée aujourd’hui de 82 ans, perd toute crédibilité aux yeux de la population haïtienne, et de la jeunesse en particulier, et prouve ainsi – s’il en était besoin – le degré démentiel jamais atteint par la déliquescence morale de l’élite politico-intellectuelle haïtienne au cours des dernières décennies.

In fine, docteure en science politique, professeure de droit constitutionnel, dirigeante d’un parti qui se prétend « démocrate, national et progressiste », l’épouse de l’ancien président de la République – lui-même installé au pouvoir lors d’une mascarade électorale par le régime militaire de facto dirigé, en 1988, par le général Henri Namphy, et éminent intellectuel –, Leslie F. Manigat, aurait dû faire preuve d’un minimum de décence, d’éthique et de patriotisme. Autrement dit, elle aurait dû renoncer à ce pathétique mariage de déraison avec Ariel Henry, orchestré par les néo-colons sous l’égide de l’ONU au détriment de la volonté de la majorité du peuple haïtien.

Toutefois, hélas, tout laisse à croire que cette haute personnalité de l’élite haïtienne devenue désormais toute petite par son geste politique minable, ne pense qu’à sa pomme, qu’à son ego surdimensionné et n’a que faire du peuple martyr haïtien, lequel trime, depuis des lustres, dans la misère et la crasse la plus abjecte. Comme les politiciens haïtiens les plus pourris, Mirlande Manigat fait de la politique avec un petit « p » et, par-là même, se déshonore !

Qui s’assemble se ressemble ! Tous pareils donc !   

caricature: Castro Desroches

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.