Journal Métro | Une «invasion» d’Haïti se prépare « pour défendre les intérêts stratégiques, économiques de l’Occident », détaille un documentaire

0
946

par Jean Numa Goudou

Une «invasion» d’Haïti se prépare, affirme un documentaire

À la fin d’un documentaire intitulé Le pillage d’un peuple publié sur sa chaîne YouTube, le média 7 jours sur Terre, qui s’intéresse principalement à l’actualité internationale, affirme qu’une invasion d’Haïti se prépare. Pendant environ une heure, l’auteur de la vidéo, Benjamin Tremblay, fait un survol historique du pays, de la colonisation à aujourd’hui, avant de présenter cette thèse.

«Ce qui se prépare, c’est une nouvelle invasion d’Haïti, non pas pour défendre les intérêts des Haïtiens mais bien pour défendre les intérêts stratégiques, économiques et géopolitiques de l’Occident», lance M. Tremblay, un ancien de la radio étudiante de l’Université Laval devenu documentariste web.

C’est pourtant le gouvernement haïtien lui-même, dirigé par le Dr Ariel Henry depuis l’assassinat de Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021, qui a fait une demande officielle d’envoi d’une force armée au pays.

«Au nom du Gouvernement que j’ai l’honneur de diriger et au nom du peuple haïtien, j’en appelle à la solidarité agissante des pays amis d’Haïti qui ont la capacité de déployer sans délai une force spécialisée armée internationale…», écrivait le Dr Henry le 9 octobre dernier, dans une lettre adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Gutteres.

Invasion ou intervention?

Le débat intéresse la communauté haïtienne. La journaliste québécoise d’origine haïtienne. Mélissa François a attiré l’attention de ses fans sur la question sur son fil Twitter.

«La question n’est pas de savoir si M. Henry a produit une demande, estime pour sa part le professeur de science politique à l’Université de Moncton, Roromme Chantal. Elle est plutôt de savoir s’il a les provisions légales et la légitimité politique pour faire cette demande? Et la réponse est non.»

La Constitution haïtienne exige qu’un premier ministre bénéficie de l’aval du parlement haïtien avant d’exercer le pouvoir exécutif, une étape qui n’a pas été franchie par l’actuel gouvernement. Or, sans élections depuis 2016, le pays est sans le moindre élu, notamment depuis lundi dernier.

Si le déploiement d’une force armée étrangère se faisait dans les conditions politiques actuelles, ce serait une invasion.Roromme Chantal, professeur de Sciences politiques à l’Université de Mocton, d’orgine haïtienne

«Dans la communauté haïtienne de Montréal, beaucoup disent que la seule façon de régler la question de sécurité, c’est une invasion», rapporte pour sa part l’ancien professeur de sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Jean-Claude Icart, d’origine haïtienne.

Mais selon lui, «cette situation d’insécurité, on a l’impression qu’elle est entretenue par la communauté internationale». Le but serait, toujours d’après l’ancien professeur, «d’acculer le peuple à accepter ce qu’il ne voudrait pas, c’est-à-dire des élections sous la gouverne d’Ariel Henry, essayer de donner un vernis de légalité à l’occupation qui existe aujourd’hui par gangs interposés.»

Trudeau résiste aux Américains

lire l’article sur le site Journal Métro

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.