Colectivo Haitianos | Les Haïtiens en République dominicaine dénoncent la violation de leurs droits fondamentaux

0
1094

Les Haïtiens vivant en République dominicaine ont dénoncé vendredi les « violations systématiques » de leurs droits fondamentaux par les autorités dominicaines.

Vendredi 16 décembre 2022 ((rezonodwes.com))–

« Nous sommes confrontés à des violations systématiques des droits de l’homme, dans le cadre de politiques qui déshumanisent et humilient une communauté d’immigrés qui apporte des contributions si importantes à tous les aspects de la vie nationale« , a déclaré le collectif #Haitianos RD dans un communiqué à l’occasion de la Journée internationale des migrants.

Depuis l’année dernière, le gouvernement dominicain a renforcé les mesures visant à freiner l’immigration clandestine, qui touche particulièrement les Haïtiens, dans le contexte de la grave crise politique et sécuritaire que traverse Haïti, qui partage l’île d’Hispaniola avec la République dominicaine.

Cette année, indique la note, le gouvernement dominicain a choisi « d’intensifier une politique qui viole les droits de l’homme, comme l’expulsion collective » des migrants haïtiens, qui contribuent, selon les données de 2017, entre 7 % et 9,5 % du produit intérieur brut (PIB) de la République dominicaine.

Le collectif a évoqué les opérations de détention et de rapatriement menées par les autorités migratoires.

Dans ces cas, il a révélé que plusieurs cas « d’extorsions, des vols de biens, des meurtres, des raids sans mandat, des détentions de femmes enceintes et de mineurs, entre autres violations graves des droits de l’homme, des lois nationales et des accords binationaux et internationaux, ont été documentés« .

À cet égard, il a appelé le gouvernement dominicain à « investir des efforts dans la régularisation des Haïtiens ordinaires et extraordinaires » par le biais d’une troisième phase du Plan national de régularisation des étrangers.

Le Colectivo #Haitianos RD a demandé les mêmes mesures « flexibles » adoptées pour la régularisation de dizaines de milliers d’immigrants vénézuéliens, « dont le pays, comme Haïti, traverse une grave crise ».

« Si nous voulons éviter la migration irrégulière, nous devons faciliter la régularisation de la migration, et non l’entraver », a-t-il conclu.

En novembre dernier, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a demandé à la République dominicaine de mettre fin aux déportations forcées d’Haïtiens, compte tenu de la violence et de la crise dans le pays voisin.

La réponse des autorités ne s’est pas fait attendre : le président dominicain, Luis Abinader, a exprimé son opposition aux déclarations de Türk, qu’il a qualifiées d' »inacceptables » et d' »irresponsables », et a annoncé que les expulsions d’Haïtiens sans papiers allaient non seulement se poursuivre, mais s’intensifier.

Des milliers de ressortissants haïtiens résident en République dominicaine, la plupart en situation irrégulière.

source: Efe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.