Ariel Henry, « le chien couchant des américains », écrit Hatiti-Observateur, interdit à ses collabos de se déplacer « sans sa permission » à l’extérieur du pays

0
521

Le monarque Henry Nul veut être le seul maitre à bord du bateau à la dérive. Maintenant, aucun de ses collabos ne peut partir pavaner, tout comme le cas des ministres de facto Ricard Pierre, Nesmy Manigat sans demander et obtenir la permission de l’esclave à talent en chef.

Mercredi 7 décembre 2022 ((rezonodwes.com))–Le Premier ministre de facto, Dr. Ariel Henry, après avoir obtenu en octobre dernier de ses collabos et conzés l’autorisation de solliciter une force étrangère dans le pays, durcit maintenant le ton envers eux.

Parvenu à la tête du pays, selon un choix dicté par Michel Martelly, confirme Laurent Lamothe, le monarque Henry Nul, fort du soutien du Canada et des Etats-Unis, en dépit de graves soupçons de corruption et de criminalité, voudrait être le seul maitre à bord du bateau de l’état défaillant d’ Haïti où tout vient à manquer.

Localement, l’étau se resserre sur les hauts fonctionnaires

Chien couchant des Américains, et, par voie d’extension, des Canadiens aussi, Ariel Henry, suivant le mot d’ordre de Washington, a mobilisé ce qu’il contrôle encore, en matière de ressources administratives, pour jouer sa partition dans la distribution des sanctions. Mais encore, et surtout, en rendant disponibles d’autres personnes dont les cas sont à l’étude pour des actes tout à fait différents, mais aussi bien criminels. C’est pourquoi, souligne Haiti-Observateur, il a ordonné au ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales de veiller à ce qu’aucun haut fonctionnaire de l’administration publique, ses collabos directs dans la descente du pays aux enfers, ne tente de s’en fuir du pays.

Sur ces entrefaites, ce ministère a acheminé une circulaire en ce sens, aux agents de l’Immigration, toutes catégories comprises, afin de surveiller de près, tous les ports et aéroports du pays, pour que personne ne quitte le pays, sans être muni d’une autorisation émise par le Premier ministre lui-même.

Émise, à la date du 16 décembre 2022, la « Note Circulaire », qui concerne tous les agents de l’Immigration : superintendant général, superviseurs généraux adjoints, superviseurs et inspecteurs, stipule:

 » La Direction de l’Immigration et l’Émigration par la présente ordonne à tous les agents d’Immigration dans les différents ports, aéroports et postes frontaliers du pays de réclamer de tout haut fonctionnaire de l’État (ministre, secrétaire d’État, directeur général, en partance pour l’étranger, une autorisation dument signé du Premier ministre l’habilitant à le faire. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.