Des parlementaires américains exhortent l’administration Biden à « redésigner Haiti pour le TPS »

0
2134

Sous le règne du monarque Henry Nul, « Haïti connaît actuellement l’une de ses pires flambées de violence depuis des décennies« , écrivent les parlementaires dans une lettre adressée au président Biden.

Vendredi 2 décembre Un groupe de démocrates de la Chambre des représentants a demandé à l’administration Biden de renouveler un programme d’immigration clé qui protège les Haïtiens aux États-Unis.

Dans une correspondance, les représentants démocrates Cori Bush (Mo.), Ayanna Pressley (Mass.) et Mondaire Jones (NY), ont demandé au secrétaire à la sécurité intérieure Alejandro Mayorkas de prolonger et de redésigner le statut de protection temporaire (TPS) pour Haïti.

« Alors que les Haïtiens sont confrontés à une crise sans précédent dans leur pays, nous demandons instamment à l’administration de prolonger la désignation de 2021 et de redésigner Haïti pour le TPS, de publier rapidement l’avis du registre fédéral et de prévoir une période d’enregistrement d’au moins 180 jours pour les titulaires actuels du TPS et les nouveaux bénéficiaires dans le cadre de la redésignation », ont-ils écrit.

La demande des législateurs fait suite aux démarches de plus de 400 groupes de défense des immigrants et des Haïtiens qui, le mois dernier, ont demandé à l’administration Biden de renouveler le TPS pour ces personnes en détresse depuis plusieurs années.

Il convient de rappeler qu’en vertu du TPS, les ressortissants étrangers originaires d’un pays victime d’une catastrophe naturelle ou d’origine humaine peuvent vivre et travailler aux États-Unis tant que la désignation de leur pays est active, mais les désignations TPS ne peuvent être accordées par le secrétaire à la sécurité intérieure que pour une durée maximale de 18 mois.

« Haïti connaît actuellement l’une de ses pires flambées de violence depuis des décennies. L’État de droit s’est effectivement effondré. Des gangs puissants règnent en toute impunité et, dans certains cas, avec la complicité du gouvernement, comme en témoignent les récentes sanctions imposées par les États-Unis et le Canada aux présidents actuel et précédent du Sénat haïtien, et par le Canada à l’ancien président Michel Martelly et à deux anciens premiers ministres », ont écrit les législateurs.

La désignation initiale du TPS d’Haïti remonte à un tremblement de terre de 2010 et a été prolongée plus ou moins sommairement jusqu’à ce que l’administration Trump cherche à mettre fin à la plupart des désignations TPS ; l’administration Biden a rapatrié au moins 25 000 Haïtiens, dans la plupart des cas en vertu d’une politique de gestion des frontières de l’ère Trump qui permettait aux fonctionnaires américains de refuser aux Haïtiens leur droit de demander l’asile.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.