Flashback 19 aout 2020 | Miami Herald – Scandale de corruption en Haïti : Un nouveau rapport démontre que des milliards ont été gaspillés dans le cadre de l’aide de PetroCaribe

0
814

Martelly et Lamothe encore libres de leur mouvement!

Flashback, 19 aout 2020

Et la corruption continue et s’amplifie dans cette petite république oubliée des Amériques et mise au banc des rancarts et états en faillite. Jovenel Moise, un apprenti-dictateur et présumé corrupteur corrompu, selon le dernier rapport de la Cour des Comptes, qui revient sur ses stratagèmes, réunit actuellement autour de lui Pierre-Louis Opont. Celui-ci a falsifié les résultats officiels de la présidentielle de 2011, selon ses propres déclarations et sans décharge de la Cour des Comptes, revient en charge des affaires de la République après un passé n’inspirant aucune confiance.

Miami Herald : »Des années de corruption non endiguée entravent le développement d’Haïti »

Mercredi 19 août 2020 ((rezonodwes.com))–Le dernier volet d’une enquête accablante menée par la Cour supérieure des comptes et des litiges administratifs d’Haïti – l’équivalent du Government Accountability Office américain – montre comment plus de 2 milliards de dollars en pétrodollars provenant du projet de financement des importations de pétrole de PetroCaribe du Venezuela ont été détournés sur une période de huit ans par plusieurs gouvernements haïtiens.

La majeure partie de cet argent, dépensé au cours de la décennie qui a suivi le tremblement de terre dévastateur du 12 janvier 2010, a été gaspillée, détournée et mal gérée, car elle a été versée à des centaines de projets qui n’ont guère contribué à améliorer la vie des Haïtiens après la pire catastrophe naturelle de l’hémisphère.

« Les étapes clés relatives à la bonne gestion des projets d’investissement n’ont pas été suivies », a conclu la Cour après avoir constaté qu’un grand nombre des 409 projets qu’elle a examinés ont été mis en œuvre sans « souci d’efficience, d’efficacité et d’économie ».

« Pour un grand nombre des projets examinés, la définition des besoins était insuffisante, les estimations utilisées étaient incomplètes et l’analyse des risques était insuffisante », a déclaré la Cour. Les auditeurs ont ajouté que des ajouts non essentiels aux projets étaient également responsables des dépassements de coûts qu’ils ont observés.

« Aucune considération pour les générations futures n’a été prise en compte dans la mise en œuvre de ces projets », ont-ils conclu.

Arrivant essentiellement à la même conclusion que les deux rapports précédents, dont l’un reste dans les tiroirs du Sénat haïtien, les dernières conclusions de la Cour des comptes d’Haïti sont présentées sur 1 067 pages. Le rapport, publié lundi, couvre la période comprise entre septembre 2008 et septembre 2016. Il inclut les six gouvernements sous les présidences de René Préval, Michel Martelly et du président par intérim Jocelerme Privert. La valeur de l’ensemble des projets s’élève à 2,2 milliards de dollars, dont 1,7 milliard a été déboursé et, pour la plupart, analysé.

Mais jusqu’alors, Haïti faisait partie des pays des Caraïbes et d’Amérique centrale qui ont bénéficié du programme pétrolier PetroCaribe du Venezuela. Dans le cadre de ce programme, les pays recevaient des produits pétroliers avec des paiements différés sur 25 ans à un taux d’intérêt aussi bas que 1 %. Les économies ainsi réalisées étaient considérées comme des prêts de développement du Venezuela, que les pays pouvaient investir dans des programmes sociaux pour aider leurs pauvres.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.