USCG | Rapport. De janvier à octobre 2022, au total 7 173 migrants haïtiens interceptés en mer, sous le régime d’Ariel Henry et ses alliés SDP-Fusion-MTV-Inite

0
450

Tant et aussi longtemps que la communauté internationale continue d’imposer le régime corrompu Tèt Kale-PHTK au pouvoir en Haiti, il n’y aura aucune perspective d’avenir luisant pour les haïtiens. PHTK a prouvé sa totale incompétence durant ses 11 ans à la tête de l’Etat d’Haiti.

La frontière terrestre n’est pas le seul moyen pour les migrants de trouver leur chemin vers les États-Unis. De nombreux migrants haïtiens et cubains font le difficile voyage en mer. Les garde-côtes américains patrouillent dans le vaste océan, à la recherche de migrants à plus de 1 500 pieds de distance du détroit de Floride.

NEWSY’S BEN SCHAMISSO: On a five-hour flight like this one, what are the chances that you are going to find some migrant boats?

LT. CONNOR HOEHLE: We could find two to three, three to four today, so it’s definitely always been a busy area. It’s just gotten noticeably busier.

Mercredi 26 octobre 2022 ((rezonodwes.com))–

Newsy a récemment intégré un équipage de Miami chargé de surveiller le passage maritime entre les États-Unis, Cuba et les Bahamas. Après quelques heures de vol, les garde-côtes ont enregistré un repérage, et en bas, sur les bateaux de sauvetage, leurs collègues sont passés à l’action.

Les migrants qui tentent le périlleux voyage de plusieurs jours vers la Floride viennent pour la plupart de Cuba et d’Haïti.

Cherchant à fuir la pauvreté, la violence et la persécution, ils prennent la mer en nombre record. Les garde-côtes américains affirment avoir intercepté plus de 13 000 Haïtiens et Cubains, – respectivement 7 173 haïtiens et 6182 cubains – cette année, un record depuis près de trois décennies.

Pour les migrants, être pris dans l’océan peut être une bénédiction et une malédiction. Leur vie est souvent sauvée, mais ils sont aussi généralement renvoyés chez eux dans la semaine qui suit.

« Même si c’est pour retourner à Cuba, ils rentrent chez eux auprès de leurs proches, et ils ne sont pas perdus en mer », a déclaré Nicole Groll, quartier-maître chez les garde-côtes américains.

Ceux qui parviennent à gagner la terre ferme sont confrontés à des situations différentes. Certains sont autorisés à rester pendant que leur demande d’asile est examinée.

Lyly, une immigrante haïtienne, est arrivée en Floride par la mer en août 2021. Cet homme de 28 ans, qui a travaillé bénévolement pour le défunt président haïtien Jovenel Moïse, affirme avoir été attaqué à deux reprises et menacé d’une arme par une faction politique rivale.

Lyly dit avoir entendu parler d’une opération de passeurs par un ami et être monté à bord d’un bateau avec 40 autres Haïtiens. Quatre jours plus tard, ils ont nagé vers le rivage près de Miami et ont été arrêtés par les autorités frontalières.

Après un mois de détention fédérale, Lyly a été libéré par l’ICE sur parole.

Aujourd’hui, il attend une décision sur son dossier d’asile – une procédure qui peut prendre des années. En attendant, il reçoit l’aide d’une organisation de réinstallation de réfugiés appelée Church World Service.

David Claros, directeur régional de Church World, estime que le fait que les gens prennent la mer en dit long sur la dégradation des conditions de vie dans leur pays.

« J’aimerais que les gens réfléchissent : que faudrait-il pour que vous décidiez de partir. Je me fiche de mourir. Je dois quitter cet endroit », a déclaré M. Claros.

Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, est encore sous le choc de l’assassinat du président Moïse l’année dernière. La violence des gangs, les manifestations de rue, la corruption, et une épidémie de choléra amènent le pays à un point de non-retour.

À Cuba, le gouvernement autoritaire s’efforce de se remettre d’une profonde crise économique, tout en continuant à réprimer les dissidents politiques.

En mer, le lieutenant Hoehle dit que lui et ses collègues considèrent leur mission comme une mission humanitaire. Bien que, techniquement, leur travail consiste à empêcher la migration non autorisée, ils disent que leur objectif est de sauver des vies.

« Ce sont des gens qui se trouvent dans une situation désespérée », explique le lieutenant Hoehle. « Nous veillons simplement à leur sécurité en mer. »

source: On Board With The U.S. Coast Guard: Surveilling The Sea For Migrants (newsy.com)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.