Miami Herald | Conseil de Sécurité de l’ONU: Report du vote sur les sanctions et les troupes à déployer en Haïti

0
1701

Les haïtiens doivent identifier les grands ennemis de la Nation et les dénoncer. Ariel Henry et sa bande ne servent plus désormais les intérêts d’Haiti.

Lundi 17 octobre 2022 ((rezonodwes.com))–

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a ajourné une audience sur Haïti sans voter lundi sur la question de savoir s’il soutiendrait l’appel de la nation caribéenne et de ses partisans à fournir une aide internationale urgente pour aider à affronter les gangs armés qui continuent de bloquer l’acheminement du carburant après cinq semaines et ont plongé le pays dans une grave crise humanitaire.

« Le peuple haïtien ne vit pas, il survit », a déclaré le ministre de facto des affaires étrangères, Jean Venel Geneus, en expliquant au Conseil que quatre millions d’enfants haïtiens ne peuvent pas aller à l’école en raison du blocus et de la violence permanente, et que les femmes et les filles sont violées par des bandes armées. « C’est une réalité très dure et insondable pour le peuple d’Haïti que je décris ici maintenant ». Une déclaration qui contraste avec sa dernière récitation au Conseil de Sécurité.

Si les membres du Conseil de sécurité ont été unanimes dans leur condamnation de la violence des gangs, qui a laissé Haïti paralysé et sans capacité à faire face à une nouvelle épidémie de choléra, certains ont exprimé des réserves sur la voie à suivre.

Deux résolutions, toutes deux soutenues par les États-Unis et le Mexique, sont à l’étude. La première établirait un cadre pour imposer des sanctions financières aux gangs haïtiens et à ceux qui leur fournissent de l’argent et des armes. La seconde soutient le déploiement immédiat d’une force armée d’action rapide pour aider la police nationale d’Haïti à reprendre le contrôle de Varreaux, le principal terminal pétrolier du pays, ainsi que des ports maritimes et des routes.

Bien que certains pays membres aient publiquement exprimé leur soutien aux deux propositions, d’autres ont hésité, exprimant des inquiétudes quant aux effets négatifs potentiels des sanctions de l’ONU et de l’ingérence dans les affaires intérieures d’un pays. Un pays qui a acquis à l’Indépendance immédiatement avant les Etats-Unis alors que des pays de la Caricom se complaisaient encore dans l’esclavage.

Le projet de résolution sur les sanctions a été communiqué aux membres avant la réunion de lundi. Selon les procédures de l’ONU, si personne ne s’y oppose dans un certain délai, elle sera approuvée. La résolution sur le déploiement de troupes, en revanche, pourrait faire l’objet d’une bataille plus difficile, même si le gouvernement haïtien et le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, ont tous deux appelé la communauté internationale à intervenir avec une force.

source: Miami Herald

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.