OEA: Luis Almagro, accusé de violer le code d’éthique de l’organisme, s’engage à faire face à la crise « préfabriquée » en Haïti ; les phtkistes Généus et Bocchit s’en réjouissent

0
1539

Ironie de l’histoire, « l’esclave à talent », Jean Victor Généus a approuvé la résolution sur le Nicaragua alors que son régime criminel et corrompu PHTK, enfonce davantage Haiti dans le « shithole » avec les gangs fédérés.

Dr. Josué Renaud: « La crise en Haïti est fabriquée pour justifier une intervention militaire et donner de l’oxygène au régime PHTK et au système peze sous, pèp Ayisyen kale je’n« .

Samedi 8 octobre 2022 ((rezonodwes.com))–L’OEA s’est engagée à s’attaquer aux crises du Nicaragua et d’Haïti lors de la clôture de son assemblée annuelle à Lima vendredi, alors que le secrétaire général du l’organisation régionale, Luis Almagro, est accusé d’avoir violé son code d’éthique.

Par consensus, l’Assemblée de l’OEA a décidé d’appeler les pays à « offrir de toute urgence un soutien direct » à Haïti pour renforcer la lutte contre le trafic de drogue, et « arrêter l’expansion des bandes armées qui terrorisent la population« , selon une résolution adoptée jeudi.

« Ce vote est d’une grande importance dans la mesure où il annonce un engagement clair des États membres à aider le gouvernement haïtien à combattre et à empêcher l’entrée d’armes et de munitions destinées aux bandes armées« , a déclaré vendredi le ministre de facto des Affaires étrangères, Jean Victor Geneus. Ironie de l’histoire, celui-ci – dont le cerveau devrait marcher au ralenti -, a déclaré en septembre dernier devant le Conseil de Sécurité des Nations-Unies que « tout est sur contrôle« .

L’ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, Bocchit Edmond, jamais ratifié par le parlement haïtien, a déclaré vendredi à l’AFP que son pays avait « formellement » demandé une aide internationale pour faire face à une grave crise sécuritaire que la « police nationale ne peut gérer seule« .

« Nous ne devons pas le présenter comme une force étrangère pour l’occupation du territoire haïtien« , mais comme « un appel à la solidarité« , a tenté de nuancer Bocchit Edmond sachant pertinemment qu’on appelle un chat, un chat. Toutefois, il était incapable d’établir dans le temps la durée de cette « force de solidarité » appelée à combattre les gangs fédérés par son propre régime pour « fabriquer » cette crise, a commenter Dr. Josué Renaud.

Depuis que le premier ministre contesté, Dr. Ariel Henry, a annoncé de façon autoritaire la hausse vertigineuse du prix de l’essence en septembre, le pays le plus pauvre des Amériques et l’un des plus corrompus de la région, est en proie à des émeutes et à des pillages. La police, à l’occasion, exerce des exactions jusqu’à arriver à tirer à hauteur d’homme sur des manifestations pacifiques.

En outre, le plus grand terminal d’importation de carburant du pays est contrôlé par de puissants gangs armés à la solde du pouvoir et ses alliés, une belle justification, selon des leaders d’opinion, pour « venir finaliser le programme confié à PHTK ».

L’éthique mise à mal

L’assemblée, réunie sous le thème « Ensemble contre l’inégalité et la discrimination », s’est clôturée par la déclaration de Lima.

Le document, auquel le Paraguay, le Salvador et le Guatemala ont exprimé des objections, « condamne toute distinction, exclusion, restriction ou préférence, ainsi que tout type de violence » pour des motifs allant de la race, la couleur, le sexe et la religion, à l’âge, l’ethnie, la position politique, l’origine sociale, le handicap, l’orientation sexuelle et l’identité ou l’expression de genre.

Après la clôture de l’Assemblée à Lima, la première en personne depuis 2019, Almagro a déclaré qu’il faisait l’objet d’une enquête interne pour avoir prétendument violé les règles éthiques de l’organisation en raison d’une relation personnelle liée à l’environnement de travail.

« Nous avons reçu une plainte anonyme concernant une possible violation du code d’éthique et du code de travail de l’OEA de notre part », a-t-il déclaré.

La plainte a été transférée au bureau de l’inspecteur général de l’OEA, a déclaré le secrétaire, qui s’est dit « très calme », affirmant avoir toujours respecté les règles.

« Je n’ai jamais été le supérieur hiérarchique d’une personne avec laquelle j’avais une relation, je ne l’ai jamais promue et je n’ai jamais augmenté son salaire », a-t-il conclu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.