»La situation de chaos en Haïti est créée par la communauté internationale pour s’emparer des richesses de notre sous-sol », déclare le diplomate Edwin Paraison

0
1429

Dimanche 2 octobre 2022 ((rezonodwes.com))–

L’ancien consul d’Haïti en République dominicaine, Edwin Paraison, a affirmé que la situation que traverse le pays est la conséquence d’un plan international visant à s’emparer des ressources se trouvant dans le sous-sol de la nation.

Selon Paraison, c’est une expérience que plusieurs pays africains ont déjà eue en raison de la richesse de leur sous-sol, en raison des diamants qu’ils ont en Afrique et d’autres matériaux ; et notre pays a de l’uranium, il pourrait donc montrer le même schéma.

« On dit qu’en Haïti nous avons de l’uranium et d’autres métaux du sous-sol et que d’une certaine manière il y a des acteurs de la communauté internationale qui pourraient être intéressés à exporter ce matériel », a-t-il allégué.

Cependant, l’ancien consul a déclaré que bien qu’ils aient créé des situations conflictuelles, ils n’ont pas provoqué une situation d’expulsion de la population.

« Parce que si on essaie de mieux comprendre, la partie qui a à voir avec les flux migratoires en Haïti ne se situe pas au niveau des caravanes de migrants », a-t-il dit.

En plus de cela, il a exprimé qu’il comprend qu’ils ont eu d’autres cas de conflits politiques et chaque fois qu’il y a ce chaos, une alarme est créée en République dominicaine, par rapport à une éventuelle ruée des Haïtiens vers le territoire dominicain, qui dans son l’opinion ne s’est jamais produite massivement.

« On ne peut nier qu’il y a eu une croissance de la présence haïtienne ici au pays ces dernières années, et surtout une migration qui peut être intéressante pour la République dominicaine, car on parle déjà de la classe moyenne supérieure qui vient avec un capital pour pouvoir investir.

Gangs criminels bénéficiant d’un soutien international

Le responsable haïtien a assuré que les gangs criminels qui opèrent dans la nation voisine sont soutenus d’une manière ou d’une autre par les secteurs locaux et internationaux, cependant, il a précisé qu’ils n’ont aucun élément pour dire que les groupes criminels sont financés par des secteurs extérieurs,

Paraison a indiqué qu’à un moment donné Hélène Lalim, la responsable du système des Nations Unies en Haïti, a soutenu la création d’une fédération de gangs et cela s’est fait officiellement à travers un programme parce que le gouvernement de feu le président Jovenel Moise a voulu à un moment donné lancer un programme de désarmement.

« Ils ont compris qu’à travers ce programme, il serait opportun d’avoir tous les chefs de gangs dans le même espace pour pouvoir mieux les contrôler, mais le résultat a été totalement le contraire », a-t-il expliqué.

La route vers la catastrophe

Participant à une interview sur l’émission Contact 360, Paraison a déclaré que la crise qu’ils traversent « est en passe de devenir une catastrophe au niveau international et politique ».

Il a également indiqué qu’il s’agit d’une catastrophe qui conduit à un régime politique dont la montée au pouvoir a été facilitée par un secteur de la communauté internationale en 2011.

« Nous avons eu un tremblement de terre en 2010, et à ce moment-là nous avions feu René Préval comme président et nous avons dû organiser des élections parce que son mandat se terminait et la communauté internationale a participé très activement à l’organisation de ce processus électoral », a déclaré Paraison, Il a également ajouté que les résultats finaux ont été modifiés et que son pays a connu « un accident de l’histoire qui n’aurait jamais dû se produire, soutenu… notamment par un secteur de la communauté internationale ».

Source : https://listindiario.com/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.