Les plaintes pour usage excessif de la force contre les migrants aux États-Unis augmentent de 32 %, indique un rapport

0
687

Le rapport sur les enquêtes internes et la responsabilité des employés du CBP révèle que les arrestations d’agents ont également augmenté de 23 % : 253 en 2021 contre 205 l’année précédente

Dimanche 7 aout 2022 ((rezonodwes.com))–Les autorités américaines ont lancé 684 enquêtes pour usage excessif de la force par les agents des douanes et de la protection des frontières (CBP) des États-Unis en 2021, soit 32,5 % de plus que l’année précédente.

En 21 occasions, des dommages physiques importants aux victimes et même des cas ayant entraîné la mort ont été documentés. Quatre-vingt-quinze pour cent des abus policiers impliquant une violence extrême se concentraient principalement dans les États comptant les plus grandes populations de migrants : Californie, Arizona, Nouveau-Mexique et Texas.

L’image de ces abus qui a fait le tour du monde est celle de l’attaque par des officiers à cheval au Texas le 20 septembre 2021. La Maison Blanche a qualifié ces images d' »horribles », mais les quatre agents n’ont reçu que des sanctions administratives.

Le rapport sur les enquêtes internes et la responsabilité des employés du CBP révèle que les arrestations d’agents ont également augmenté de 23 % : 253 en 2021 contre 205 l’année précédente.

Ces niveaux de violence ont coïncidé avec l’une des périodes de migration les plus importantes de l’histoire de la frontière sud des États-Unis, la migration d’Amérique centrale et des Caraïbes (Haiti, Cuba notamment) ayant continué à augmenter en 2021.

Le CBP a assuré que des cours spécialisés ont été dispensés à la plupart de ses agents afin d’améliorer leurs techniques de détention et la détection de l’usage abusif de la force par l’analyse des actes de violence, l’utilisation d’enregistrements vidéo et d’entretiens qui permettent une plus grande certitude dans le verdict des enquêtes.

Le rapport comprend également des allégations de complicité ou de collusion avec des groupes impliqués dans le transfert illégal de migrants, bien que cela soit officiellement démenti. « Les activités illégales ont eu lieu principalement en dehors des heures de service, mais ont également inclus des activités en service dans les cas de corruption« , indique le rapport.

Jusqu’à neuf officiers ont été arrêtés pour des délits de corruption. « Dans tous les cas, l’activité illégale s’est traduite par un gain personnel impliquant le détournement ou l’abus de connaissances, d’accès ou d’autorité accordés en vertu d’une position officielle », peut-on lire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.