Dany Laferrière lancera mercredi son cinquième roman dessiné

0
854

Vendredi 29 juillet 2022 ((rezonodwes.com))– Pour retrouver la magie des nuits passées en Haïti, à une époque où on pouvait encore voir les étoiles dans le ciel et rêvasser un peu en silence, l’académicien haitiano-québécoise Danny Laferrière a écrit son cinquième roman dessiné,  »Dans la splendeur de la nuit », qu’il lancera mercredi prochain.

Ce recueil de poèmes, porté par des dessins originaux de l’auteur et évoquant une traversée nocturne de Port-au-Prince, permet au récipiendaire du Prix Médicis 2009 de revenir sur les origines de son inspiration.

Le lecteur suit dans les méandres des nuits dans son pays natal, Haïti, les déambulations du jeune homme passionné par la lecture d’un poète chinois, Li Po, qu’il cite et dessine régulièrement, comme un phare dans une nuit de souvenirs.

Le livre est séparé en cinq sections ayant chacune un thème graphique légèrement différent des autres

Chaque section à son identité propre, mais le tout reste très harmonieux et le récit se déroule de manière très fluide et évidente.

Pour Alain Mabanckou, Dany Laferrière, par son talent de narrateur et la finesse de son crayon, invente le « réalisme merveilleux poétique ».

L’académicien affirme à Radio-Canada qu’il a l’impression que l’espace laissé à la nuit a beaucoup diminué au fil du temps, notamment avec l’urbanisation et les dangers qui se multiplient en Haïti. Il se rappelle de son enfance à Petit-Goâve, quand sa grand-mère le réveillait au beau milieu de la nuit pour lui montrer le ciel.

 » On n’avait pas d’électricité à l’époque, on avait des lampes. En même temps, on avait le ciel étoilé, la mer des Caraïbes et la lune pour nous guider, pour rêver aussi», se remémore-t-il.  »Ça vous enlève du sentiment de nationalisme. On se dit que le monde est vaste.»

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.