12 juillet 2024
La Chine exhorte l’ONU à tenter de stopper l’approvisionnement en armes et munitions des gangs criminels en Haïti
Actualités Insécurité|Kidnapping Justice Société

La Chine exhorte l’ONU à tenter de stopper l’approvisionnement en armes et munitions des gangs criminels en Haïti

La Russie a soutenu l’appel de la Chine à réviser le projet de résolution américano-mexicain. Un porte-parole de la mission russe auprès des Nations unies a déclaré que « compte tenu de la situation en Haïti, nous pensons qu’il faut avoir la possibilité d’apporter des modifications au mandat de la mission. »

Jeudi 14 juillet 2022 ((rezonodwes.com))–

La Chine a exhorté jeudi le Conseil de sécurité de l’ONU à tenter de stopper l’approvisionnement en armes légères et en munitions des gangs en Haïti, qui n’a pas été en mesure d’endiguer une recrudescence de la violence criminelle et des enlèvements.

Pékin a également demandé au Conseil d’exiger l’arrêt immédiat de la violence des gangs, des activités criminelles, des barrages routiers et de l‘occupation de toute institution publique.

Elle souhaite également que le Conseil se déclare prêt à imposer des sanctions supplémentaires, notamment l’interdiction de voyager et le gel des avoirs, aux personnes qui soutiennent la violence des gangs ou les activités criminelles, violent les droits de l’homme ou portent atteinte à la paix, à la stabilité et à la sécurité d’Haïti.

Le mandat de la mission politique de l’ONU en Haïti prenant fin vendredi, les 15 membres du Conseil ont tenté de s’entendre sur une nouvelle résolution pour prolonger la mission. La résolution a été initialement rédigée par les États-Unis et le Mexique, et la Chine a proposé des révisions soutenues par son allié la Russie.

Le projet révisé, obtenu jeudi par l’Associated Press, comprend une autre proposition majeure de la Chine.

Elle demande au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, de consulter les autorités haïtiennes, les pays de la région concernés et les organisations régionales « sur le déploiement d’une unité de police multinationale » en Haïti. Elle opérerait en étroite coordination avec la mission politique de l’ONU « pour soutenir les efforts de la police haïtienne dans la lutte contre la violence des gangs afin d’établir et de maintenir la sécurité publique et l’ordre public et de promouvoir et protéger les droits de l’homme ».

Le projet initial prévoyait de renforcer la mission de l’ONU en y incluant jusqu’à 42 conseillers de la police et des services correctionnels, dirigés par un commissaire de police de l’ONU, ainsi que du personnel chargé de veiller à ce que la violence sexuelle et sexiste soit prise en compte.

Lorsque la résolution actuelle prolongeant la mission de l’ONU a été adoptée en octobre, Haïti était aux prises avec l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet dernier, un tremblement de terre de magnitude 7,2 qui a tué plus de 2 200 personnes en août, et une escalade de meurtres, d’enlèvements et de guerres de territoire liés aux gangs.

Un an après l’assassinat de Moïse, la violence des gangs est encore pire, et Haïti est entré dans une chute libre qui a vu l’économie s’effondrer et de nombreux Haïtiens fuir le pays pour échapper à la tourmente. Dans le même temps, les tentatives de formation d’un gouvernement de coalition ont échoué et les efforts pour organiser des élections générales sont au point mort.

Cette semaine, les autorités de la capitale haïtienne ont signalé que des dizaines de personnes étaient mortes à la suite de plusieurs jours d’affrontements entre bandes rivales dans le quartier violent de Cité Soleil. Médecins sans frontières a déclaré que des milliers de personnes étaient prises au piège dans le quartier, sans eau potable, sans nourriture et sans soins médicaux.

Un porte-parole de la mission chinoise auprès des Nations unies a déclaré qu’un embargo sur les armes destinées aux gangs criminels était « le minimum » que le Conseil devait faire en réponse à la situation épouvantable en Haïti.

« Tout ce qui ne va pas dans ce sens va non seulement décevoir le peuple haïtien, mais signifie également une occasion perdue pour le Conseil de sécurité », a déclaré le porte-parole, qui n’a commenté que sous couvert d’anonymat.

D’autres membres du Conseil ont déclaré qu’un embargo sur les armes serait inapplicable.

Le projet de résolution révisé par la Chine exhorte « toutes les parties prenantes haïtiennes », y compris la mission de l’ONU et l’organisation régionale CARICOM, à parvenir à un accord dans les six mois sur un processus politique dirigé par les Haïtiens pour la tenue d’élections législatives et présidentielles inclusives, pacifiques, libres, justes et transparentes dès que les conditions de sécurité et les préparatifs logistiques le permettront.

La Russie a soutenu l’appel de la Chine à réviser le projet de résolution américano-mexicain. Un porte-parole de la mission russe auprès des Nations unies a déclaré que « compte tenu de la situation en Haïti, nous pensons qu’il faut avoir la possibilité d’apporter des modifications au mandat de la mission. »

Les Nations unies ont été impliquées en Haïti par intermittence depuis 1990, et la dernière mission de maintien de la paix de l’ONU a été dans le pays de 2004 à octobre 2017. La mission politique qui s’y trouve actuellement conseille le gouvernement haïtien sur « la promotion et le renforcement de la stabilité politique et de la bonne gouvernance », y compris la mise en œuvre de l’état de droit, le dialogue national inclusif et la protection des droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.