Caricom – Tous les leaders sont dûment élus et légitimes, excepté Ariel Henry, « l’exécuteur des basses oeuvres », nommé par un groupe d’ambassadeurs étrangers

0
894

Les dirigeants de la CARICOM se rendent ce week-end au Suriname pour leur principal sommet, avec à l’ordre du jour des questions clés telles que l’obtention de compensations pour les événements climatiques majeurs, la lutte pour se remettre de la pandémie de COVID-19 et la réduction de la facture croissante des importations alimentaires.

Le président Chan Santokhi, qui a remporté les élections générales il y a deux ans, présidera la conférence de trois jours qui débutera cérémonieusement le dimanche soir par les plénières au Torarica Resort. Trois nouveaux dirigeants – Phillip Davis des Bahamas, Phillip Pierre de Sainte-Lucie et Dickon Mitchell de Grenade – ainsi que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Gutteres, prendront la parole lors de la cérémonie d’ouverture, aux côtés de M. Santokhi et de la secrétaire générale Carla Barnett. Dickon a remporté les élections générales la semaine dernière et sera non seulement le plus récent chef de gouvernement à la table, mais aussi de loin le plus jeune, à 44 ans.

Par ailleurs, le Premier ministre d’Haiti, Dr. Ariel Henry, fera figure de l’unique dirigeant illégitime assis au bord de la table. En effet, il n’y a aucune loi, aucun article constitutionnel, aucune référence constitutionnelle haïtienne l’habilitant à gouverner Haiti depuis environ un an, sans avoir reçu au préalable un mandat parlementaire. Dr. Henry deviendra ainsi dimanche le seul et unique dirigeant de la Caricom n’étant pas mandaté par la majorité su peuple haïtien à effectuer un déplacement jusqu’au Surinam. « Soit il est venu de son propre chef ou mandaté par le groupe d’ambassadeurs étrangers qui l’ont nommé autoritairement pour exécuter des basses oeuvres« , a affirmé le dirigeant des droits humains, Dr. Josué Renaud, dans un long entretien accordé samedi à Rezo Nòdwès.

Les dirigeants de la CARICOM déclarent qu’ils auront une discussion approfondie sur la question du changement climatique et des événements climatiques, car la région subit chaque année des ouragans plus forts et plus puissants, en raison du réchauffement de la planète et de l’augmentation des températures de la mer qui en résulte.

Les dirigeants affirment qu’ils souhaitent également faire pression sur les pays occidentaux, qui émettent la majeure partie du dioxyde de carbone et d’autres gaz dans l’atmosphère, afin qu’ils respectent les engagements pris lors des sommets de Paris et de Glasgow (Écosse) au cours des cinq dernières années en matière de financement du changement climatique, de l’atténuation et de l’adaptation.

Le sommet d’Écosse, en particulier, avait promis des sommes de l’ordre de 100 milliards de dollars d’ici à la fin de 2020, voire davantage d’ici à 2026, mais les pays en développement disent qu’ils doivent sauter et se dandiner à travers de nombreux obstacles administratifs et autres pour accéder aux financements et les encaisser.

En outre, la Guyane a déclaré qu’elle poursuivrait ses efforts de sensibilisation en vue de modifier les habitudes d’importation et d’alimentation de la population caribéenne, afin qu’elle consomme davantage de produits alimentaires locaux et en importe moins, la facture annuelle totale des importations ayant déjà dépassé 5 milliards de dollars.

« La réunion entendra le chef de file de l’agriculture et le groupe de travail ministériel spécial de la Caricom sur l’agriculture sur les moyens de faire progresser le secteur », a indiqué une note officielle, faisant référence au président Irfaan Ali de la Guyana. La Guyane a accueilli un sommet agricole en mai. Sept dirigeants, plusieurs ministres de premier plan et d’autres personnes avaient participé à cet événement visant à améliorer la sécurité alimentaire dans la région.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.