Le Conseil d’administration de l’Office national de partenariat en éducation (ONAPE) est de nouveau opérationnel

0
606

Relance du conseil d’administration de l’ONAPE

Mercredi 22 Juin 2022 ((rezonodwes.com))–

Le Conseil d’administration de l’Office national de partenariat en éducation (ONAPE) est de nouveau opérationnel. Après un long temps d’hibernation, il s’est réuni, ce mardi 21 juin, à l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la formation professionnelle.

Cette réunion a été présidée par le ministre Nesmy Manigat, faisant également office de président dudit conseil. Il était assisté, à l’occasion, du directeur général de l’ONAPE, le Dr Hervé Boursiquot, et du professeur Auguste D’Meza, membre de son cabinet.Rappelant l’importance de l’ONAPE pour le partenariat en éducation et la mise en œuvre des grands chantiers en éducation, le ministre Manigat s’est réjoui de la relance de ce Conseil qui joue un rôle fondamental dans la vie de l’institution.

Aussi, compte-t-il sur la contribution de chaque partenaire pour faire avancer les dossiers de la réforme éducative avec l’appui des acteurs nationaux et internationaux concernés.Au cours de cette rencontre ayant inauguré les travaux de ce Conseil, le titulaire du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) avait jugé utile de détailler certaines décisions, prises récemment, en vue d’activer la réforme éducative en cours.

En l’occurrence, il s’est arrêté sur la phase pilote du baccalauréat technique qui sera initié à la prochaine rentrée scolaire (septembre 2022), sur la transition linguistique que vit le pays et qui nécessité des réaménagements dans les contenus enseignés et dans la manière d’enseigner, et sur le livre unique qui sera disponible, également à la rentrée scolaire 2022-2023, pour les élèves de 1ere et de 2e années de l’école fondamentale.Au sujet du baccalauréat technique, Laurent Saint-Cyr, de la Chambre de commerce et d’industrie (CCIH), a émis des avis favorables.

Il estime que cela pourrait ancrer davantage l’école dans la réalité du pays tout en corrélant enseignement-apprentissage et besoins du marché du travail national, au surplus du marché régional. Des avis partagés notamment par le syndicaliste Yvel Admettre de la Ligue nationale des enseignants haïtiens (LINEH), Caroline Hudicourt du Consortium des organisations du secteur privé de l’éducation (COSPE) et Sherly Jean-Charles, représentante du ministère de l’Economie et des Finances (MEF).

Sur ce point, le directeur général de l’ONAPE, le Dr, Hervé Boursiquot, et le coordonnateur de la Commission nationale de développement des acquis de l’expérience professionnelle (CNDVAEP), Charles Levelt Joseph, ont fait ressortir la nécessité d’œuvrer à la valorisation des métiers étant donné que le pays en a grand besoin pour faire fonctionner les entreprises, créatrices de biens et de services pour lesquels elles doivent mobiliser un savoir-faire qu’elles sont obligées d’importer, le plus souvent.

Quant aux chantiers du « livre unique », comme Christon St.-Fort de la Fédération des écoles protestantes d’Haïti (FEPH) ou Célita Févry du Centre haïtien d’action sociale pour l’avancement de la famille (CHASAF), d’autres membres du Conseil ont fait part de leur appréciation. A les entendre, le « livre unique » aura l’utilité de mettre à la disposition des apprenants des contenus conformes aux curricula, plus compréhensibles dans leur langue maternelle (le créole).

Aussi, évitera-t-il aux parents de faire des dépenses inutiles dans l’acquisition de plusieurs manuels qui ne sont d’aucun intérêt pour l’apprentissage au niveau du premier cycle de l’école fondamentale. Pour faciliter une meilleure compréhension de ces chantiers et de bien d’autres, le ministre Nesmy Manigat s’avise, suivant une régularité, de les travailler avec les membres du Conseil d’administration de l’ONAPE.

Il envisage également de les exposer et expliciter, au secteur privé des affaires, pourvoyeur d’emplois, souffrant d’un manque de main-d’œuvre qualifiée dans nombre de secteurs d’activité.

Suivant la loi créant et organisant l’Office national de partenariat en éducation (ONAPE), le Conseil d’administration constitue l’organe de décision de l’institution.

Ce Conseil est placé sous la présidence du ministre de l’Education nationale, assisté de deux vice-présidents que sont le ministre de l’Economie et des Finances, et un représentant du secteur privé.

Le Conseil a, entre autres, pour attributions de décider de l’orientation de l’Office, d’approuver le plan d’activités annuelles et pluriannuelles, d’approuver le projet de budget et le plan de financement, de prendre toutes les décisions visant sa bonne marche. (Cf., Le Moniteur du lundi 19 novembre 2007, 162eme Année, No. 102).

Le nouveau Conseil d’administration de l’ONAPE est ainsi constitué de : Sherly Jean-Charles, représentante du ministère l’Economie et des Finances (MEF) ; Laurent Saint-Cyr, représentant de la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti (CCIH) ; Reine Leroy, représentante du ministère de la Planification et de la coopération externe (MPCE); Marie Camesise Izidor, représentante de l’Union des parents d’élèves progressistes d’Haïti (UPEPH) ; Célita Févry, représentante du Centre haïtien d’action sociale pour l’avancement de la famille (CHASAF) ; Yvel Admettre, représentant de la Ligue nationale des enseignants haïtiens (LINEH), membre de la Plateforme de syndicats d’enseignants haïtiens (PSEH) ; Caroline Hudicourt, représentante du Consortium des organisations du secteur privé de l’éducation (COSPE) ; Christon St.-Fort, représentant de la Fédération des écoles protestantes d’Haïti (FEPH) ; Charles Levelt Joseph, représentant de la Commission nationale de développement des acquis de l’expérience professionnelle (CNDVAEP) ; Hervé Boursiquot, directeur général de l’ONAPE.

Ce conseil est présidé par le ministre Nesmy Manigat.

Bureau de communication / MENFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.