Un haïtien publie un dictionnaire Kreyòl-Espagnol au Chili

0
691

Jeudi 26 mai 2022 ((rezonodwes.com))–

Yvenet Dorsainvil est arrivé au Chili après le tremblement de terre de 2010 en Haïti et a constaté le même événement au Chili, mais un autre mouvement faisait des ravages depuis quelques années sur « ses compatriotes », a expliqué le professeur de langues. Au cours de cette période, des centaines d’hommes et de femmes haïtiens ont reçu une lettre leur demandant de quitter le pays, beaucoup sans raison. Ils n’ont pas été expulsés, mais on leur a dit qu’ils devaient quitter le Chili.

Se rendre au service de santé, parler avec d’autres travailleurs sur le lieu de travail, demander un service ou même acheter au dépanneur peut être un défi complexe pour les Haïtiens. Bien qu’une partie importante d’entre eux parle les deux langues officielles d’Haïti, le créole et le français, tous ne parlent pas l’espagnol. Encore plus quand il s’agit d’un espagnol plein d’expressions et de mots qui lui sont propres, comme celui du Chili. Compte tenu de ce besoin, Yvenet Dorsainvil Oris a créé un dictionnaire qui comprend des termes, des salutations et des sections spéciales avec un design ludique et facile à lire pour tous les âges.

Dans ce contexte, et sans l’argent nécessaire pour survivre, beaucoup ont commencé à être embauchés dans des conditions d’esclavage par des employeurs qui profitaient de leur manque de papiers et leur proposaient « des salaires qui dans bien des cas suffisaient à peine à manger », rappelle Yvenet, quelque chose qui arrive encore. Au cours de ces années, le premier Haïtien est mort de froid, n’ayant nulle part où dormir.

Yvenet est venu au Chili dans le but d’étudier pour un diplôme de troisième cycle, mais la situation qu’il a trouvée concernant « ses compatriotes », comme il les appelait fréquemment lors de l’entretien, l’a amené à s’impliquer dans diverses luttes dans un pays où le racisme coexiste entre les idées .de nombreux citoyens et même dans les coupoles du pouvoir.

« La première chose que j’ai faite a été de créer une équipe de football comme stratégie pour rassembler la communauté, car les Haïtiens aiment le football. On a commencé à échanger sur le terrain et on a parlé de nos problèmes pour voir comment on pouvait les résoudre en se rapprochant des autorités », se souvient le professeur.

C’est ainsi qu’a commencé l’organisation de la communauté haïtienne (avec l’appui des églises) qui avait des leaders et des représentants par communes. Une radio et un magazine sont nés à la suite de cette organisation et l’idée était le soutien mutuel et la circulation d’informations utiles, et dans le cas de la radio, elle est également devenue un espace de connexion avec la famille et les amis d’Haïti, car la nostalgie par le pays des Caraïbes était un autre point commun entre les migrants.

« Grâce au magazine, nous avons réalisé plusieurs études et l’une d’entre elles portait sur les enfants et le logement. Nous avons découvert que les enfants avaient beaucoup de problèmes à l’école parce qu’ils ne comprenaient pas la langue et aussi parce qu’ils avaient cessé d’être des enfants d’une certaine manière », a déclaré le chef de la communauté. De nombreux pères et mères, ne maîtrisant pas l’espagnol et confrontés à l’adaptation plus rapide des garçons et des filles, les ont utilisés comme traducteurs pour sortir et faire de la paperasse. Donc, leur temps de jeu et de dispersion, était désormais dédié à cela.

Yvenet a commencé à enseigner l’espagnol à la bibliothèque Independencia. De nombreux «amis et gens des églises» l’ont aidé avec l’espace et la coordination des classes. Comme il l’a dit, « beaucoup de garçons sont venus en classe, mais le problème c’est qu’un jour 100 sont venus et la semaine suivante 100 autres différents, il n’y avait pas de continuité et quand on a demandé c’était à propos d’un changement d’horaires de travail, ou qu’ils avaient trouvé du travail », a-t-il dit. . C’est ainsi qu’est né le premier dictionnaire, qui était au départ un manuel de poche assez limité.

La brutalité de l’affaire Joane Florvil n’a laissé aucun migrant indifférent. « On se sent très vulnérable, on ne sait pas quand ça va nous toucher », dit Yvenet en écarquillant les yeux et en pressant ses mains contre ses paupières. À cette époque, la prise de conscience des limites de la langue s’est développée non seulement dans les communautés de migrants, mais aussi dans les espaces de service chiliens.

Ce premier dictionnaire est devenu « dans quelque chose de poche, chaque professionnel de la santé a commencé à avoir son dictionnaire au bureau », a-t-il déclaré. Mais au fil du temps, dans les cours d’espagnol, le professeur a pris conscience d’un autre problème : « dans la classe, les garçons m’ont dit qu’à l’endroit où ils travaillent ils ont entendu d’autres mots qui n’étaient pas dans le dictionnaire. Je leur ai demandé quelles étaient ces choses. Cachai, m’ont-ils dit, ils entendaient des mots comme ça dans leur travail et pas dans les cours », a déclaré Yvenet. « Là, j’ai ajouté le chilianisme que j’appelle chilien, pour qu’ils s’adaptent au monde du travail. »

À la suite de cet exercice est né le nouveau Dictionnaire Espagnol-Kreyòl Kreyòl-Espagnol, un livre de la maison d’édition Planeta Sustainable (164 pages) qui cherche à construire un pont entre deux langues et cultures « contribuant à l’éducation interculturelle et faciliter la rencontre entre des peuples frères qui, aujourd’hui plus que jamais, doivent se comprendre et s’embrasser », indique la description éditoriale.

Le dictionnaire contient plus de 1 500 termes en espagnol et plus de 1 600 en kreyòl, ainsi que des sections spéciales sur les salutations, les nombres (cardinaux, ordinaux et fractionnaires) et les parties du corps humain, présentés dans des pages colorées, ludiques et dynamiques conçues pour lecture facile simple et dynamique pour les personnes de tous âges.

« Depuis que je suis arrivé au Chili, il y a eu beaucoup de changements, notamment en matière de santé. Aujourd’hui, nous avons des professionnels qui ont leur propre dictionnaire et aussi des traducteurs, il y a beaucoup plus de sensibilité concernant la migration et nos droits, mais il reste encore un long chemin à parcourir », a déclaré le professeur de langue qui a suivi des cours de troisième cycle en relations internationales et politique étrangère. Actuellement, il travaille dans divers espaces de recherche et effectue différentes tâches liées à la migration.

Source : https://m.elmostrador.cl/agenda-pais/2022/05/25/referente-de-la-comunidad-haitiana-lanzo-un-diccionario-kreyol-espanol-el-resultado-de-una-respuesta-colectiva-a-una-necesidad-que-va-mas-alla-del-idioma/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.