L’administration Biden envisage d’assouplir les sanctions contre le Venezuela

0
626

Mardi 17 mai 2022 ((rezonodwes.com))–

Les États-Unis envisagent d’alléger les sanctions économiques contre le Venezuela dans un geste visant à encourager la reprise des négociations entre l’opposition soutenue par les États-Unis et le gouvernement du président Nicolas Maduro.

Le département du Trésor a délivré mardi une licence à Chevron, la seule grande compagnie pétrolière américaine encore présente dans ce pays d’Amérique du Sud, pour procéder à un éventuel redémarrage de la production, qui avait cessé en raison des sanctions américaines, selon le Washington Post.

Cette licence pourrait marquer le début d’une série de mesures visant à alléger les sanctions pétrolières, en fonction de la coopération du gouvernement vénézuélien, selon de hauts responsables américains, comme le rapporte le journal.

Si le gouvernement du président Nicolás Maduro reprend les négociations avec l’opposition en vue de garantir des élections libres et équitables en 2024, les États-Unis pourraient autoriser Chevron à commencer à envoyer des équipements au Venezuela.

« Le monde sait que le Venezuela a fait ses premiers pas sur la voie de la reprise économique grâce à ses propres efforts, en dénonçant et en surmontant les sanctions illégitimes et le blocus inhumain. Notre peuple est fier du travail et des réalisations de ces derniers temps », a réagi la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodríguez sur son profil Twitter officiel.

Face à l’éventuelle décision de Washington, elle a souligné que le gouvernement vénézuélien a déjà « vérifié et confirmé » cette démarche, raison pour laquelle Caracas espère maintenant entamer le chemin « pour la levée absolue » des sanctions, qu’elle a qualifiées d' »illégales ».

« Le gouvernement bolivarien du Venezuela, attaché à ses profondes valeurs démocratiques, continuera à promouvoir inlassablement un dialogue fructueux en format national et international », a ajouté Mme Rodríguez sur ses réseaux sociaux.

Le président colombien Iván Duque a lui aussi salué cette éventuelle avancée, assurant qu’il s’agit d’un « triomphe de la pression diplomatique ». « C’est à lui de reconnaître les outrages qui ont été commis dans le passé contre les compagnies pétrolières de ce pays », a-t-il déclaré, selon Caracol Radio.

Ces démarches interviennent après la levée des sanctions contre Cuba, imposées sous l’ancien président américain Donald Trump, et dans le contexte de l’invasion russe en Ukraine, qui a conduit à un rapprochement sans précédent depuis trois ans entre l’administration Biden et le gouvernement vénézuélien.

Washington a imposé des sanctions sur le pétrole vénézuélien en 2019 en représailles à l’élection présidentielle de 2018. Le Venezuela produit actuellement environ 800 000 barils de brut par jour, ce qui est loin des trois millions qu’il a maintenus pendant des années.

Le blocus de l’industrie énergétique du pays sud-américain a entraîné une plus grande dépendance à l’égard de Moscou, et Washington étudie actuellement les moyens d’annuler certaines des sanctions imposées au Venezuela.

Les États-Unis envisagent cette option depuis plusieurs mois. En mars, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré à la chaîne NBC que « tout assouplissement » des sanctions serait subordonné aux « mesures concrètes » prises par M. Maduro et « les personnes qui l’entourent ».

RENCONTRE AVEC LA DÉLÉGATION DE L’OPPOSITION

La délégation de l’opposition, conduite par Gerardo Blyde, et la délégation du gouvernement vénézuélien, conduite par le président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, Jorge Rodríguez, se sont entretenues en vue de la reprise du dialogue avec l’opposition au Mexique.

« En ma qualité de représentant de la délégation du gouvernement bolivarien du Venezuela pour les processus de dialogue, j’ai tenu une réunion avec Gerardo Blyde pour rechercher des formules d’action future », a-t-il déclaré sur son profil Twitter officiel.

M. Rodríguez a précisé qu’au cours de la réunion, ils ont également abordé la question d’Alex Saab, homme de paille présumé du président vénézuélien Nicolás Maduro. « Notre frère Alex Saab, qui est retenu en otage depuis 704 jours, est membre à part entière de la délégation vénézuélienne et est notre délégué », a-t-il déclaré.

De son côté, Blyde a publié une déclaration corroborant les pourparlers « formels » pour parvenir à une telle réactivation. « Ces entretiens comprendront des réunions et des discussions dans le but de préciser et de convenir des éléments nécessaires à la reprise rapide de ce processus », a-t-il déclaré.

« Nous réitérons notre totale volonté de construire de toute urgence un grand accord politique pour parvenir au redressement du Venezuela par la ré-institutionnalisation démocratique du pays, la tenue d’élections libres, justes et transparentes et la restitution des droits fondamentaux pour tous les Vénézuéliens », a-t-il déclaré.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.