Les greffiers haïtiens toujours en grève; Ariel Henry invité au « Sommet des Amériques » confirme son « indifférence » envers la bonne marche des institutions publiques

0
654

En Haiti, l’appareil judiciaire se met en mode « pause statique » et Ariel Henry est pris pour un dirigeant « démocrate » par ses tuteurs internationaux misant sur son « pouyanis » pour organiser la « troisième tragédie électorale PHTK » à coup sûr.

Mercredi 11 mai 2022 ((rezonodwes.com))–L’Association nationale des greffiers haïtiens (ANAGH) a déclaré qu’en dépit des réunions, aucun accord n’a été conclu jusqu’à présent entre les grévistes, le ministère de la Justice et des Finances et le Premier ministre Ariel Henry. Celui-ci passé pour un « démocrate » aux yeux de ses principaux tuteurs internationaux, en dépit des tueries et de violations flagrantes des droits humains dans son pays, durant sa ‘gouvernance’, est tout de même invité à venir pavaner à Los Angeles, au « Sommet des Amériques ».

Les autorités « restent indifférentes aux greffiers et aux magistrats, et ne donnent aucune satisfaction à leurs différentes revendications« , a déclaré l’organisation dans un communiqué, quelques heures après le relancement de la grève qui dure depuis un mois.

Le 12 avril dernier, le syndicat a entamé une grève illimitée pour faire pression sur l’exécutif afin qu’il mette en œuvre l’accord du 3 novembre 2017 prévoyant une augmentation des salaires et une égalisation des honoraires des commissaires du gouvernement.

Les greffiers ont critiqué le manque de volonté du gouvernement de facto de répondre aux revendications des travailleurs, malgré les multiples grèves de ces dernières années, qui paralysent le système judiciaire abracadabra, aggravant le problème de la détention préventive prolongée.

La ANAGH a critiqué l' »insensibilité » du ministre de facto de la Justice, Berto Dorcé, lui-même un repris de justice en 1997, « face à la population assoiffée de justice de la quasi-totalité des détenus des pénitenciers du pays », alors que certains d’entre eux ont passé jusqu’à dix ans en détention sans être entendus par un juge ou un avocat.

Soulignons qu’ en janvier dernier, les greffiers ont organisé leur première grève de l’année qu’ils ont levée quelques semaines plus tard, en gardant l’espoir que leurs situation et conditions de travail allaient connaitre une amélioration.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.