Camille Chalmers : « Haïti est un laboratoire des nouvelles formes de domination en Amérique latine »

0
853

Dimanche 8 mai 2022 ((rezonodwes.com))–

Dans une interview accordée à Tiempo Argentino , l’économiste Camille Chalmers analyse la région et la complicité de certains gouvernements avec les Etats-Unis, ainsi que la situation critique que traverse son pays, tout en alertant sur la « consolidation du gangstérisme » depuis 2010 lorsque l’extrême droite a pris le pouvoir.

Par Gerardo Szalkowicz

Haïti a été le premier pays indépendant des Amériques et le premier au monde à abolir l’esclavage. Depuis lors, comme l’a dit Galeano, « c’est un pays jeté à la décharge pour le châtiment éternel de sa dignité ». Son histoire condense un long parcours de coups d’Etat, d’ingérences et d’occupations qui en ont fait le territoire le plus pillé et appauvri de la région. Aujourd’hui, cette domination du Nord s’exerce à travers l’euphémisme de « l’intervention humanitaire » et a pour élément nouveau la prolifération des gangs de criminels de la drogue, un modèle de contrôle social déjà réussi en Colombie, au Mexique et en Amérique centrale qui s’étend silencieusement en toute l’Amérique latine. Au cours des deux dernières semaines, la guerre des gangs a fait au moins 39 morts et huit disparus ; De janvier à mars, 225 enlèvements ont été enregistrés, 58% de plus qu’en 2021 ; et, selon des organisations de défense des droits de l’homme, quelque 9 000 personnes ont été déplacées des trois municipalités qui entourent la capitale, Port-au-Prince.

Tiempo Argentino a analysé l’étape que traverse le pays des Caraïbes avec Camille Chalmers, économiste, professeur d’université et leader populaire reconnu, coordinateur de la Plateforme de développement alternatif d’Haïti (PAPDA), qui était dans le pays pour l’assemblée de l’ALBA continentale Mouvements d’articulations.

– Ils dénoncent que ces dernières années la « gangstérisation » d’Haïti a été imposée. Depuis quand et comment ce schéma de violence criminelle s’exprime-t-il dans la vie de tous les jours ?

-A partir de 2010, une nouvelle étape s’ouvre dans la vie politique d’Haïti gouvernée par l’extrême droite et dirigée explicitement depuis Washington, dont l’objectif fondamental est de stopper le processus de mobilisation populaire, toujours très fort dans le pays. Il est déjà le troisième président de ce parti d’extrême droite, le PHTK. Michel Martelly était là, puis Jovenel Moïse et, après son meurtre, Ariel Henry. Le tout sans aucune légalité ni légitimité car ils ont été élus frauduleusement. Un point central de cette étape est le processus brutal de destruction des institutions. L’autre élément clé est cette gangstérisation du pays. La consolidation des gangs armés, notamment dans les quartiers populaires, qui organisent des massacres et terrorisent la population. Des gangs paramilitaires qui ont réussi à contrôler une partie importante de Port-au-Prince, qui a également bloqué la liaison entre la capitale et trois départements, et organisent quotidiennement des enlèvements, entravant ainsi toute vie démocratique. Même la vie sociale en est très paralysée.

Tiempo Argentino : Quel serait l’objectif principal de ce réseau paramilitaire et à quels intérêts répond-il ?

–L’objectif principal est de bloquer le processus de mobilisation sociale, d’empêcher toute véritable participation politique. Ils parviennent à effrayer et à paralyser la population pour que ces gouvernements impopulaires et illégitimes puissent être imposés sans résistance, car la seule façon pour eux de rester est par ces méthodes antidémocratiques, par la force, en utilisant la police, ce qui reste de l’armée et, surtout à ces gangs paramilitaires. L’objectif est donc d’installer la terreur, de briser le tissu social, les liens de confiance et tout éventuel processus de résistance, comme celui qui s’est fortement manifesté dans la rue ces trois dernières années. Expulser le peuple de tout le jeu politique et faciliter l’exécution du projet économique pour continuer à piller les ressources du pays et être un appendice des intérêts des transnationales nord-américaines et européennes. En Haïti, il y a des ressources importantes, par exemple il y a un gros gisement d’or qu’ils veulent exploiter à la frontière avec la République dominicaine et il y a des multinationales qui ont déjà investi, donc ils construisent le contexte politique qui leur permet de le faire sans résistance. C’est un projet économique très clair qui a besoin d’un pouvoir autoritaire et d’un degré élevé de répression.

Tiemp o Argentino : Quels sont les liens de ces gangs avec le pouvoir politique local et étranger ?

-Il y a un lien très clair, démontré, entre ces gangs et les secteurs du pouvoir. Ils sont liés à ce projet d’extrême droite. Et ce sont des groupes qui ont des financements et des armes qui viennent des États-Unis. Beaucoup de ses dirigeants sont des Haïtiens qui ont été rapatriés par les États-Unis, ils appartiennent à des réseaux criminels organisés transnationaux, avec des niveaux élevés de formation militaire. Bref, ils ont des liens avérés avec le gouvernement haïtien, sont dirigés depuis Washington et ont également le soutien du Secrétariat général de l’Organisation des États américains. C’est le même modèle

ou qu’il a été utilisé en Amérique centrale avec les escadrons de la mort, et plus récemment étroitement lié au trafic de drogue en Colombie et au Mexique.

Tiempo Argentino : Comment ce « gangster model » a-t-il joué dans l’assassinat de Jovenel Moïse en juillet dernier ? Que sait-on jusqu’à présent ?

-En vérité, il n’y a aucun élément pour savoir exactement ce qui s’est passé. Ce que nous savons, c’est qu’il y a eu une participation des agences de sécurité des États-Unis, la CIA, des mercenaires colombiens et des secteurs de l’extrême droite locale, dans une lutte pour le contrôle du trafic de drogue et des secteurs stratégiques de la politique. Cet assassinat s’est produit juste à un moment de grande mobilisation populaire et a été utilisé pour arrêter l’accumulation des forces progressistes, introduisant la confusion dans le sentiment de la population, car l’extrême droite a utilisé le cadavre de Moïse pour le présenter comme un martyr, comme un héros national. Ca n’a jamais été vraiment le cas.

Tempo Argentino : Quelle est votre réflexion et votre message pour l’Amérique Latine concernant ce que le problème haïtien implique dans une clé régionale ? Et que diriez-vous aux présidents du pôle progressiste latino-américain en plein essor ?

-Il est très important d’être conscient que ce qui se passe en Haïti est un laboratoire pour les nouvelles formes d’intervention, de contrôle et de domination en Amérique latine. Et de nombreux gouvernements de la région ont été complices de cette situation avec les troupes d’occupation de la MINUSTAH, qui n’ont laissé que destruction, morts, maladies, misère et violations. L’utilisation des armées de la région a été déterminante dans la dégradation de la situation institutionnelle en Haïti, il y a donc une responsabilité, il y a un devoir de réparer, il y a un devoir de solidarité et un devoir de construire des solutions communes. Il est essentiel que les peuples d’Amérique latine soutiennent les luttes du peuple haïtien. Nous avons besoin de plus de solidarité, de plus de diffusion et de plus de présence ici pour construire une Caraïbe autonome, souveraine et libre de la domination américaine. Et je dirais aux gouvernements progressistes de comprendre que leur avenir dépendra avant tout de l’approfondissement des processus d’intégration.

Source : https://www.tiempoar.com.ar/mundo/camille-chalmers-haiti-es-un-laboratorio-de-las-nuevas-formas-de-dominacion-en-latinoamerica/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.