Dossier Jovenel – Laurent Lamothe, incapable de se prononcer sur des « informations classifiées » par la justice américaine, continue de faire semblant de se jeter à corps perdu

0
427

Claude Joseph et Laurent Lamothe, quoiqu’ils disent et tergiversent encore pour s’affirmer, ni l’un ni l’autre de ces Premiers ministres dont la nomination a été approuvée par le Core Group, respectivement, ne peut ouvertement s’exprimer sur la protection des informations classifiées par la justice américaine dans le dossier d’assassinat de Jovenel Moise. Mesye sispann bat kò nou. Nou pa diferan de Ariel Henry. La corruption et la soumission sont les points en commun.

à lire : Assassinat Jovenel Moïse : Le CARDH veut un tribunal spécial, international ou hybride | Rezo Nòdwès (rezonodwes.com)

Samedi 7 mai 2022 ((rezonodwes.com))–Jamais, on ne verrait un Laurent Lamothe dont la seule des principales qualifications remplies pour devenir le Premier ministre choisi le 4 mai 2012, était ses 35 ans accomplis et plus, opiner sur le dossier du Président Jovenel Moise assassiné, mis en partie sous scellé par la justice américaine. A chaque septième jour de chaque mois depuis la tragédie du 7 juillet 2021, c’est la même rengaine. Il tweete pour tweeter. Des tweets ternes, fade, insipide et sans saveur, ki pap fè dosye-a fè yon pa kita yon pa nago. D’ailleurs, où est passé le juge chargé d’instruire le dossier ?

« Nou pap lage cha a toutan nou pa jwenn #JistisPouJovenel Asasen yo te met sote ponpe, n ap jwenn verite a!« , a écrit M. Lamothe, au 10ème mois de l’assassinat de Jovenel Moise. Celui-ci a été parachuté par Michel Martelly dans la mouvance Tèt Kale à l’insu de l’entrepreneur Laurent Lamothe alors que ce « joveneliste converti » était censé être lui-même le dauphin, pour les élections truquées à venir en octobre 2015.

Le 26 avril dernier, Univision, dans un texte intitulé « Y a-t-il un lien entre les services secrets américains et l’assassinat du président haïtien ?« , – ce que M. Lamothe a probablement lu -, a rapporté et nous citons que « dans un document déposé auprès du tribunal de Miami, le procureur a demandé au juge de nommer un « responsable de la sécurité des informations classifiées » dans l’affaire qui l’oppose à Mario Palacios, un ancien soldat colombien qui a été arrêté après l’assassinat de Jovenel Moise« . En ce sens, Lamothe devrait orienter son tweet du jour si toutefois, il veut rester conséquent à lui-même et qu’il ait le courage de relayer les informations internationales crédibles (New York Times, CNN) citant Michel Martelly et son beau-frère Kiko Saint-Rémy dans le magnicide du 7 juillet.

« Les documents du tribunal », a commenté Univision, « n’expliquent pas en détail pourquoi la mesure de protection est nécessaire, ni à quel type de preuve elle pourrait faire référence« . Ainsi quand Laurent Lamothe – un des principaux indexés dans la dilapidation des fonds de Petro Caribe, selon un rapport de la CSCCA – a rappelé samedi que « Asasen yo te met sote ponpe, n ap jwenn verite a!« , à quoi fait-il exactement allusion et qu’a-t-il fait depuis 10 mois pour faire surgir « cette vérité »? Peut-on parler avec la bouche pleine?

Il est important de noter que l’ex-PM (constitutionnel!) Laurent Lamothe – contrairement à Lapin, Jouthe, Claude Joseph et Ariel Henry -, n’a tweeté pas une seule fois depuis le 26 avril sur les analyses, considérations et hypothèses émises par Miami Herald et Univision, sur une éventuelle participation des agents fédéraux américains dans la disparition brutale de Jovenel Moise de la même façon que des laches, à la solde du régime PHTK 2, avaient éteint le feu de conviction allumé du bâtonnier Dorval, dans un pays qui n’est jusqu’à présent « ni dirigé ni administré« .

Pour rappel et notamment à l’endroit de Laurent Lamothe – nèg lajan Ayeopò Ile-à Vache la – l’ordonnance de protection des preuves, ce qu’il feint d’ignorer en tweetant pour tweeter samedi matin, « indique soit une source qui a des liens avec les services de renseignement, soit un accusé qui a des liens avec des informations des services de renseignement qui pourraient être soit à décharge, soit à charge », a déclaré David Weinstein, ancien procureur fédéral qui travaille maintenant dans un cabinet privé à Miami.

Au final, n’a-t-il pas raison quand il vient de couvrir ses arrières, surtout que le fauteuil à la haute magistrature haïtienne n’est réservé uniquement qu’aux soumis, zonbis, bèbè, jé wè bouch P, et avides de boire le sang des innocents.

Univision | Dossier Jovenel: Y a-t-il un lien entre les services secrets américains et l’assassinat du président haïtien ? | Rezo Nòdwès (rezonodwes.com)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.