Des migrants haïtiens organisent un chemin de croix dans le sud du Mexique avant une nouvelle caravane

0
1075

Vendredi 15 avril 2022 ((rezonodwes.com))– Quelque 200 migrants, pour la plupart originaires du Venezuela, d’Haïti, d’Afrique et d’Amérique centrale, ont organisé ce vendredi saint la « Viacrucis del Migrante » dans le sud-est mexicain, avant le départ d’une nouvelle caravane des migrants se rendant à Mexico.

La promenade a quitté le parc du bicentenaire de Tapachula, à la frontière de l’État mexicain du Chiapas avec le Guatemala, avec des bannières avec des légendes telles que « Viacrucis migrante 2022 » et « Cristo migrante », ainsi que des enfants, des femmes et des familles portant de petites croix en bois. . .

Le migrant vénézuélien Juan Cancino a souligné qu’il participe à cet exode parce qu’il fuit une dictature et que son objectif principal n’est pas de rester au Mexique, mais plutôt d’avancer vers les États-Unis.

« Ils nous retardent de trois mois, ils veulent nous garder ici et nous n’avons plus d’argent, à part ça il n’y a plus à manger et ils violent nos droits humains (l’Institut national des migrations et la police », a-t-il dénoncé.

Le voyageur a déclaré qu’on leur avait donné un document pour effectuer une procédure dans le pays, « mais ils l’ont emporté et déchiré ».

Antonio Cuello Albarrán, un migrant du même pays, a déclaré qu’avec le « Chemin de croix des migrants », ils demandent l’autorisation de se rendre à la frontière nord.

« Nous allons marcher pour réaliser nos rêves, que nous avons tant promis à nos enfants et à notre famille, d’atteindre les États-Unis, tous difficiles, mais pas impossibles », a-t-il assuré.

Les migrants sont arrivés à l’église de San Agustín, située dans le centre de Tapachula, où ils ont culminé cette promenade avec les croix, les bâches et les couvertures pour se réorganiser et se reposer pour partir ce samedi dans une caravane.

Luis Rey García Villagrán, directeur du Centre pour la dignité humaine, a annoncé que ce samedi, ils partiront vers 7h00 (13h00 GMT) avec un contingent de 700 migrants cherchant à atteindre le bureau de migration de Huixtla pour traiter le visa valide pour des raisons humanitaires sur tout le territoire mexicain.

« Il n’y a pas d’attention, ils disent qu’ils sont en vacances, mais hier ils ont fait un raid où ils ont arrêté sept migrants », a-t-il interrogé.

L’activiste a critiqué le fait que les bureaux de migration de Tapachula soient saturés, mais lorsque les migrants veulent se déplacer vers d’autres bureaux administratifs, ils sont détenus.

Ce groupe de personnes restera dans le parc du Bicentenaire, qui a été aménagé comme un campement temporaire, où ils passeront la nuit avant d’embarquer pour le voyage vers la capitale mexicaine.

La région connaît un flux record vers les États-Unis, dont le bureau des douanes et de la protection des frontières (CBP) a détecté plus de 1,7 million d’immigrants sans papiers à la frontière avec le Mexique au cours de l’exercice 2021, qui s’est terminé le 30 septembre.

Le Mexique a expulsé plus de 114 000 étrangers en 2021, selon les données de l’Unité de politique migratoire du ministère de l’Intérieur du pays.

Source : EFE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.