12 juillet 2024
Des milliers d’Argentins défilent 46 ans après le coup d’État du 24 mars 1976
Actualités Cas d'assassinat Flashback Insécurité|Kidnapping Justice Société

Des milliers d’Argentins défilent 46 ans après le coup d’État du 24 mars 1976

« Plus jamais ça, plus jamais ça », répète la foule en rappelant le coup d’Etat qui a déposé les trois pouvoirs constitutionnels présidés en 1976.

Jeudi 24 mars 2022 ((rezonodwes.com))–Des dizaines de milliers d’Argentins ont à nouveau défilé jeudi sur la Plaza de Mayo (Place de Mai) de Buenos Aires, 46 ans après le coup d’État qui a installé une dictature responsable de dizaines de milliers de disparitions, d’exils et d’exécutions dans des centres clandestins.

Taty Almeida, de l’organisation humanitaire Mères de la Place de Mai – Ligne fondatrice, a clôturé la cérémonie au cri de « 30.000 détenus-disparus ! présents ! », après avoir averti que « nous ne permettrons pas que la démocratie soit endommagée, depuis qu’elle a été récupérée (en 1983) ce peuple en a pris soin pour toujours« .

Dans une ambiance de fête pour le retour dans les rues de la capitale argentine après la pandémie de covid, qui a empêché cette marche emblématique d’avoir lieu en 2020 et 2021, les manifestants ont réclamé « mémoire, vérité et justice« .

« Plus jamais ça, plus jamais ça« , a répété la foule en mémoire du coup d’État qui a déposé les trois pouvoirs constitutionnels présidés en 1976 par la péroniste María Estela Martínez de Perón.

Quelques membres des Mères et Grands-mères de la Place de Mai, tous âgés de plus de 90 ans, ont accompagné la marche depuis un bus, tandis que dans les rues était déployée une immense banderole de plus de 200 mètres avec des photos des visages des disparus portées par des proches et des militants.

« Je suis les traces de ma mère à la recherche de mon frère qui a été arrêté-disparu à Misiones (nord-est), qui est ici (sur une photo) avec les 30 000 personnes. Que le peuple argentin ne manque plus jamais de démocratie, de participation, d’engagement ! Nous voulons la justice, qu’ils nous disent ce qui s’est passé« , a déclaré à l’AFP María Graciela Leyes, 63 ans, l’une de celles qui portaient le drapeau.

Auparavant, une autre manifestation massive des partis de la gauche radicale a concentré les critiques sur le récent accord du gouvernement avec le Fonds monétaire international (FMI) pour refinancer la dette de quelque 45 milliards de dollars accordée en 2018 à l’ancien président libéral Mauricio Macri.

« 30.000 camarades détenus-disparus, présents ! Non à l’accord gouvernement-FMI ! », pouvait-on lire sur leur banderole.

Le président de gauche Alberto Fernandez a mené un autre acte dans la matinée dans lequel il a annoncé la réparation des dossiers de huit travailleurs et scientifiques de la Commission nationale de la science et de la technologie (Conicet) où il apparaîtra qu’ils ont subi une « disparition forcée ».

« La dictature a été impitoyable parce qu’elle avait peur de la pensée« , a déclaré Fernández. « Nous savons tous qu’il y a eu une dictature qui a persécuté, tué, assassiné, condamné à l’exil, fait disparaître des gens et reporté l’Argentine comme aucun autre gouvernement ne l’a jamais fait », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.