Biden menace la Russie de dures sanctions si elle attaque l’Ukraine

0
776

Mardi 7 décembre 2021 ((rezonodwes.com))–Joe Biden a « fait savoir » à Vladimir Poutine que la Russie s’exposerait à de « fortes sanctions, entre autres économiques » en cas d’escalade militaire en Ukraine, lors du sommet virtuel mardi entre les deux hommes.

Selon un communiqué de la Maison-Blanche, le président américain a également « exprimé la profonde préoccupation » des États-Unis et de leurs alliés face à l’accumulation de troupes russes à la frontière avec l’Ukraine.

« Les deux présidents ont chargé leurs équipes de donner suite (à l’échange) et les États-Unis le feront en étroite coordination avec leurs alliés et partenaires », a encore indiqué l’exécutif américain.

La Russie ne veut pas de l’OTAN en Ukraine

De son côté, le Kremlin a indiqué que Vladimir Poutine avait dénoncé auprès de son vis-à-vis américain le potentiel militaire croissant de l’OTAN aux frontières de la Russie lié à son soutien à l’Ukraine. À ce sujet, il a demandé des « garanties » sur le non-élargissement de l’alliance vers l’Est.

« L’OTAN fait des tentatives dangereuses d’user du territoire ukrainien et développe son potentiel militaire à nos frontières, c’est pourquoi la Russie a un intérêt sérieux à des garanties juridiques sûres excluant un élargissement de l’OTAN à l’Est », a écrit le Kremlin dans un communiqué, après un entretien « franc et professionnel » entre les présidents russe et américain.

Répondant aux menaces de sanctions américaines en cas d’opération militaire russe contre l’Ukraine, « Vladimir Poutine a répondu qu’il ne fallait pas rejeter la responsabilité sur les épaules de la Russie » étant donné le comportement de l’Alliance atlantique.

Il a aussi dénoncé « la ligne destructrice de Kiev » qui, selon lui, cherche à « démonter » les accords de Minsk de 2015, un processus de paix censé mettre fin au conflit entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine et qui est au point mort depuis des années.

« Les dirigeants se sont entendus pour demander à leurs représentants d’entamer des consultations de fond sur ces sujets sensibles », a dit la présidence russe.

Vladimir Poutine a en outre proposé mardi à Joe Biden de lever toutes les mesures de rétorsion visant les missions diplomatiques de leurs deux pays prises ces derniers mois en pleines tensions entre les États-Unis et la Russie.

Selon le Kremlin, les relations entre Moscou et Washington « ne sont pas dans un état satisfaisant ».

« La partie russe a proposé de faire table rase de toutes les restrictions accumulées concernant le fonctionnement des missions diplomatiques, ce qui pourrait permettre de normaliser d’autres aspects des relations bilatérales » russo-américaines, selon le communiqué russe.

La télévision russe avait montré un échange de politesses au début de cette vidéoconférence, filmé du point de vue de Vladimir Poutine, assis face à un écran, derrière une longue table vernie dans sa résidence de Sotchi, une station balnéaire sur la mer Noire.

La Maison-Blanche a pour sa part diffusé une photographie montrant le contrechamp : Joe Biden dans la « Situation Room », salle de crise ultra-sécurisée de la Maison-Blanche, entouré de conseillers.

L’un d’eux, son conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, doit répondre aux questions de la presse aujourd’hui à Washington.

Les États-Unis, accusés de faire cavalier seul lors du retrait d’Afghanistan et de mener certains dossiers internationaux sans trop d’égards pour leurs alliés, insistent lourdement sur leur étroite coordination avec les Européens et les Ukrainiens.

Joe Biden téléphonera d’ailleurs mardi au président français Emmanuel Macron, à la chancelière allemande Angela Merkel, et aux premiers ministres italien Mario Draghi et britannique Boris Johnson pour faire suite à son échange avec Vladimir Poutine.

Il doit également, dans les jours qui viennent, rendre compte de la conversation au président ukrainien Volodymyr Zelensky, avait annoncé l’exécutif américain lundi.

Joe Biden a redit à son homologue russe « son soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale » ukrainiennes, selon la Maison-Blanche.

lire la suite dans LaPresse

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.